Agricultura : (veda mesi)

Agriculture : (voir mois)

 

 « Sumena è racoglierai. » (v.travaddu)

Sème et tu cueilleras.

Sta prighera hè pò dassi u simbulu di u travaddu è di u stentu. Raprisenta unu di i valori di a vita, quidda chì parmetti à tutt’omu di fà a so strada è di dà à manghjà à a so famidda.

Cette prière est sans doute le symbole du travail et de la nourriture méritée. Elle représente une des valeurs de la vie, celle qui permet à chaque homme de faire son chemin de vie et de donner à manger à sa famille.

«  Chi semina, raccoglie. » (Talianu)

«  Quel che semina si raccoglie. » (Talianu)

«  Chi simini ricogghi. » (Calabria)

«  Il faut semer qui veut moissonner. » (Français)

« Prima di coglie, bisogna à suminà. » (v. travaddu, prudenza)

Avant de cueillir, il faut semer.

«  Per cheuii, bisogna semmà. » (Piemonte)

È u cuntrariu :

«  Chi no semina non raccoglie. » (Talianu)

«  Nudde chiande e nnudde mange.“ (Puglia)

 « Pè a terra, terraticu ; pè i boi, buiaticu ; pè a sumente, interessu è pè a racolta, ùn ferma nunda chè ventu. »

Pour la terre, redevance; pour les bœufs, taxe; pour la semence, intérêt et pour la récolte, il ne reste que du vent.

In fatti, i tinti agricultori chì travaddavani pà un patronu si truvavani scalzi è niddi dopu avè pagatu tutti i tassi è l’impegni.

En réalité, les pauvres agriculteurs qui travaillaient pour un fermier se retrouvaient dépourvus après avoir réglé toutes les taxes et redevances.

« A peghju sumenti hè quidda chì ùn casca mai. »

La pire des graines est celle qui ne mûrit jamais.

«  Le mauvais arbre est celui qui ne donne pas de fruit. » (Tagalog, parlé dans les Philippines)

«  Mauvaise graine est tôt venue. » (La Fontaine)

«  Il n’est pire fruit que celui qui ne mûrit jamais. » (Italien)

« À chì sumina senza suvu, raccoddi senza saccu. »

Qui sème sans fumer, n’a pas besoin de sac pour ramasser.

« Suvu è acqua facenu i chjosi. »

Ce sont le fumier et l’eau qui font les jardins.

« Nè di suvu nè di l’acqua, ùn si ni pò dì mali. »

On ne peut dire du mal ni du fumier ni de l’eau, tous deux indispensables à la nature et à la bonne production de légumes.

« Ùn bisogna à lascià di suminà pe’ e passere. »  (v.vuluntà)

Il ne faut laisser de semer par crainte des moineaux.

« Non cessar per gli ucelli di seminar i piselli. » (Talianu)

«  Non devi evitare di seminare per paura delle cornacchie. » (Talianu)

«  Il ne faut pas laisser de semer par crainte des pigeons. » (Français)

«  Il ne faut cesser de semer parce que les oiseaux auront mangé quelques grains. » (Danois)

In un sensu più largu, ùn ci voli micca à stà à senta l’altri. Troppu chjocchi di campana inciunchisciani. Medd’hè à fà i so affari senza troppu ascultà titti i  critichi.

Dans un sens plus large, il ne faut pas écouter les autres. Trop de sons de cloches finissent par rendre sourd. Mieux vaut faire ses affaires sans trop écouter les ragots.

« Bien faire et laisser dire. « (Français)

« Chì sumina spini ùn vaga scalzu. » (v. cativezza)

Qui va pieds nus ne sème pas d’épines.

«  Chi semina spine non può andare scalzo. » (Talianu)

«  Cui simina spini non po’ jira scazu. » (Calabria)

«  Qui semenat ispinas non andet scurzu. » (Sardegna)

Si racoddi ciò chì s’hà suminatu :

«  Chi semina vento raccoglie tempesta. » (Talianu)

«  Chi simmina vientu ricogli spini. » (Calabria)

«  Chi seminada bentu incunzada tempesta. » (Sardegna)

«  Quien no quiera ver lástimas, no vaya a la guerra. » (Spagnolu)

«  Quien siembra vientos, recoge tempestades. » (Spagnolu)

«  Quand on sème des épines on ne va pas sans sabots. » (Henri Pourrat)

Si racoddi ciò ch’iddu s’hà suminatu com’è a dicini i pruverbii chì suvetani :

La récolte est le fruit des graines que l’on a semées comme dans les proverbes :

«  Qui sème des chardons recueille des piqûres. » (Anglais)

«  Qui sème le vent récolte la tempête. » (Français)

«  Celui qui souffle la poussière s’en remplit les yeux. » (Anglais)

«  Qui vit dans les roses doit chercher ses amis dans les épines. » (Scandinave)

« À chì và scalzu ùn sumenga trivuli. »  (v. prudenza)

Qui va nu-pieds ne sème pas de tribules.  (Plante à piquants).

«  Qui va pieds nus ne sème pas d’épingles. » (Français)

«  Qui sème des chardons recueille des piqûres. » (Anglais)

«  Qui vit dans les roses doit chercher ses amis dans les épines. » (Scandinave)

«  Quand on sème des épines on ne va pas sans sabots. » (Henri Pourrat)

«  L’épine ne fait souffrir que le pied non chaussé. » (Berbère)

« À chì ùn hà nè porcu  nè ortu, tuttu l’annu stà à coddu tortu. » (v. purceddu)

Celui qui n’a ni cochon ni jardin potager, reste toute l’année le bec dans l’eau.

U purceddu di casa (u mannarinu) incù a ricolta di l’ortu raprisintavani una garanzia vitali pà a famidda. Sta pratica era una manera di campà annant’à sè stessu.

Le cochon domestique associé à la récolte du jardin potager représentait une garantie  vitale pour la famille. Traditionnellement le cochon était tué pour les fêtes de Noël. Cette pratique s’inscrivait dans une économie d’auto-suffisance.

“ Chi non ha orto e non ammazza porco, tutto l’anno sta a muso storto.” (Talianu)

«  Chi de Natà nò ‘mmazza lu porcu, tuttu l’annu va cò lu musu stortu. » (Marche)

 « Agliu hè andatu è cipolla hè vultatu. »

Il est parti en tant qu’ail et il est revenu comme un oignon. Il est resté égal à lui même.

« Lanu ! Lanu ! Assai paglia è micca granu ! »  (v. paesi)

A Lanu on produit beaucoup de paille, mais peu de blé.

« Venachesi ! Fasgioli è pommi ! Pommi è fasgioli. »  (v. paesi)

 A Venaco il n’y a que des pommes et des haricots.

“Lascia corra u tribbiu in l’arghja.” (v.incertezza, tranchjara)

Laisser tranquille la pierre dans l’araire. Mais aussi peut être une manifestation de la paresse.

Ùn inchietassi micca. Esisti una cridenza chì dici di ùn caccià micca u tribbiu da l’arghja, par via ch’idd’ùn accaddi una disgrazia. Nighendu sta cridenza, oghji monda di sti petri sò divintati guarnitura di pilastri o d’intrata di casa.

 Ne pas s’en faire. Une croyance veut que l’on ne déplace pas la pierre de l’araire, sous peine de porter malheur. Faisant fi de cette croyance, aujourd’hui bon nombre de ces pierres sont devenues des parements de piliers ou d’entrée de maison.

« Prendre les choses du bon côté. » (Français)

A tranchjara hè à spissu tinuta com’è necessaria à u bon equilibriu suciali è spicologicu com’è a dicini i pruverbii chì suvetani :

La paresse est souvent considérée comme nécessaire à un bon équilibre social et psychologique comme dans les proverbes qui suivent :

«  La paresse est nécessaire. Il faut la mêler à sa vie pour prendre conscience de la vie. » (Jacques Chardonne)

« Lascià bolle a pignatta. »

Laisse bouillir la marmite. Ne pas s’en faire.

«  Prendre les choses du bon côté. » (Français)

« Ùn ci hè mansa senz’arghezza. »  (v. cumplimentarità)

Il n’y a pas de tas sans grenaille.

“Ogni filu hà a so cruna.”

Chaque fil trouve son chas.

«  En el mejor vino hay haces. » (Spagnolu)

 «  Chaque vin a sa lie. » (Français)

«  Chaque fleur a son parfum. » (Turc) 

«  Chaque bûcher a son tison. » (Prov. Gallica, XV° s.)

«  Où il y a lumière du soleil, il y a aussi ombre. » (Coréen)

« Campulori è Cervioni, aranci è mele (o peri) cutoni. »   (v. paesi)

Campulori et Cervioni, des oranges et des coins

« Campulori è Cirvioni, aranci, vini è cutoni. »   (v. paesi)

Campulori et Cervioni sont riches en oranges, en vin et en coins.

« I ciuddaghji di Surbuddà. »   (v. paesi)

Surbuddà est réputée pour ses oignons.

“Aliva benedetta, brusgia fresca è secca.”  (v. cridenza)

Olivier béni brûle aussi bien vert que sec.

« L’aliva, più pendi, più rendi. »

Plus l’olivier est chargé, plus il produit d’olives.

«  L’olio, tanto più pende, tanto più rende. » (Talianu)

 «  La branche chargée de fruits s’incline. » (Anglais)

« Quandu alive ùn ci n’hè più, Munticellu hè à corpu insù. »   (v. paesi)

Munticellu va mal les années où les olives manquent.

« Munticellu chì bellu paese quandu l’alive sò appese. »   (v. paesi)

 Munticellu est un beau village avec plein d’oliviers. (Réputé pour ses olives)

« Santu Petru hè un bellu paesu quandu l’olive sò appese… »   (v. paesi)

 Santu Petru est un beau village lorsque les olives pendent aux arbres.

« Dolce com’è l’oliu di Balagna. »  (v. paesi)

Suave comme l’huile de Balagne.

« Compra oliu, scarpi fini, calci in culu (bastunate) à Balaninu. »  (v. paesi)

Achte de l’huile, des souliers fins, coups de pieds au derrière au Balanin.

Risposta data, in i paesi di muntagna, à u balaninu chì ghjunghjiva par venda u so oliu. A balagna era cunnisciutu pà u so oliu.

Réponse faite, dans les villages de montagne, lorsqu’un balanin arrivait pour y vendre son huile. La Balagne était réputée pour son huile.

« Mandà da a fica à u piru. »  (v. incertezza)

Renvoyer du figuier au poirier.

« Mandà da u piru à a mela. »

Renvoyer du poirier au pommier.

«  Mener en barque. » (Français)

« Babbu pianta, figliolu spianta. »

Le père plante, le fils dilapide.

« Babbu incagna è figliu magna. »

« U babbu i stringhji, u fiddolu i spula. » (v. babbu, risparmiu, ziteddi)

Le père économise, le fils dilapide.

«  A padre avaro, figliuol prodigo. » (Talianu)

«  A pader avar, fioeu desperaa. » (Lombardia)

«  Pare che guadagna, fio che magna. » (Veneto)

«  A padre endurador, hijo gastador. » (Spagnolu)

 «  A père amasseur, fils gaspilleur. » (Français)

«  A père avare, fils prodigue. » (Français)

« Cent’anni hò, cent’anni mi ritrovu

 Dammi una pulitina è tornu novu. » (U castagnu)

Si tu me tailles, malgré mes cent ans, je retrouverai ma jeunesse (le châtaignier).

« Cent’anni pullone, cent’anni castagnu, cent’anni cavone. »

Cent ans jeune, cent ans adulte et cent ans vieux.  (Le châtaignier vit environ 300 ans)

« Chì si voli caccia i vogli si vendi l’ortu è i fogli. » (v. voddi)

Celui qui veut satisfaire ses envies peut vendre son jardin et même les feuilles.

“Vurebbe salvà i cavuli è a foglia.”  (v. esagerazioni)

Vouloir sauver les choux et la feuille.

“Vurria salvà i cavuli è e fiore.”

Vouloir sauver les choux et les fleurs.

«  Vouloir ménager la chèvre et le chou. » (Français)

« Ghjucà e duie parti in cumedia. » 

Jouer les deux parties en comédie.

« Cinciriola, cinciriola, piglia lu sangue è caccialu fora. »

Folle avoine, tire le sang et jette le dehors.

« Coprimi a coda chì t’alzeraghju sin’a gola.”

Recouvre bien de terre mes racines tu pousseras très haut.

« Chi zappa in fretta, racoglierà piangendo. » (Talianu)

 « Piglià com’è a mente. »

S’enraciner aussi facilement que la menthe.

« A gattia arba ùn mori mai. »

«  La mala hierba crece mucho. » (Spagnolu)

«  La mauvaise herbe ne meurt pas. » (Tagalog, parlé dans les Philippines)

« Cunnosci l’arba chì faci i fiori. »  (v. malizia)

Il connaît l’herbe qui donne des fleurs. (Il est malin)

«  Conocer la aguja de marear. » (Spagnolu)

«  Sabe muchas bartolinas. » (Spagnolu)

«  Saber más que las culebras. » (Spagnolu)

«  Saber mucho latin. » (Spagnolu)

 «  Savoir y faire, savoir mener sa barque. » (Espagnol)

«  Il a plus d’un tour dans son sac. » (Français)

«  Connaître mouche en lait. » (Français)

«  Avoir plusieurs cordes à son arc. » (Français)

«  Rusé comme la mouche qui boit le lait sans se noyer. » (Français)

« Senti nascia l’arba. »  (v. attinzioni)

Il entend pousser l’herbe. (Se dit de qqn de malin ou de qqn. qui a l’oreille fine)

«  Il a l’oreille fine. » (Français)

« Fammi povara, ti faraghju ricca. »  (A fica : più si puta, più dà frutta.)    (v. puvertà)

Plus on taille le figuier, plus il produit de fruits.

«  Jamais figuier sans héritier. » (Français)

« À chì manghja i fichi acerbi, ùn hà maturi. » 

Qui mange des figues vertes n’en a pas de mûres.

« À chì manghja turzoni ùn hà più fighi. » (v. spindiera, manghjà è bia)

Qui mange des figues vertes n’a plus de figues.

«  Chi vuol aver frutti, non colga tutti i fiori. » (Talianu)

 «  Il a mangé son blé en herbe. » (Français)

 « Fichi, noci è sermoni, dopu Pasqua ùn sò più boni. »  ( v . mesi, manghjà è bia)

Les figues, les noix et les sermons sont périmés après Pâques.

 « Pari un ficu siccu. » (v. manghjà è bia)

Il ressemble à une figue sèche. (De qqn. de maigre)

« Ùn vali un ficu. »

Il ne vaut pas une figue. C’est un zéro.

« Pari un ficu pinciulescu. » (v.dibulezza)

On dirait une figue trop mûre. De qqn. de mou.

« Penciulu com’è un ficu. »  (v.difetti, dibulezza, apparenza)

Passé (mûr) comme une figue. (Mollasson)

«  Pare un salame. » (Talianu)

«  Parece un higo seco. » (Spagnolu)

 « À a fica zemba (chì ghjemba) ugnunu ci s’arremba. »  (v. dibulezza)

Au figuier qui plie chacun s’appuie.  (On s’acharne volontiers  sur les faibles)

«  A muro basso ognuno si appoggia. » (Talianu)

«  A muro cadente, tutti danno un calcio. » (Talianu)

« Ogni debole ha sempre il suo tiranno. » (Talianu)

«  A muru vasciu ognun si appoja. » (Calabria)

«  Chi è nato disgraziato, anche le pecore lo mordono. » (Talianu)

 «  Des humbles et des faibles tout le monde cherche à en profiter. » (Français)

« Piglià fischi per fiaschi. »

Prendre des  bugranes pour des œillets.

« Piglià fiaschi par umbuti. »

Prendre des fiasques pour des entonnoirs.

« Piglià trifuli per canofari. »

Prendre des bugranes pour des œillets.

« Piglià calci pe’ cumplimenti. » (v. niscintria)

Prendre des coups de pieds pour des compliments.

«  Confundir retreta con serenata. » (Spagnolu)

 «  Prendre des vessies pour des lanternes. » (Français)

«  Prendre martre pour renard. » (Français)

«  Prendre son cul pour ses chausses. » (Français)

«  Prendre bren pour farine. » (Français)

« Cambià fighi pà fiaschi. »

Echanger de figues contre des gourdes.

« Cambià fighi pà sorbi. »  (v. niscintria)

Echanger des figues contre des sorbes.

«  Donner (rendre) un pois pour une fève. » (Français)

«  C’est un marché de dupes. » (Français)

«  Echanger qqch. contre un plat de lentilles. » (Français)

« Piscà i fichi. »

Pécher des figues.

«  En prendre pour son grade. » (Français)

« Quandu a fica caccia a fronda, si pò dorma ancu una stonda. »

Lorsque le figuier sort ses feuilles on peut dormir encore un instant.

« Quandu a fica caccia a fronda,

 Si pò dorma ancu una stonda. Quand’hè zampa di viteddu,  si pò dorma una stundaredda.  Quand’hè zampa di boiu,  si pò dorma quantu si voli. »

Lorsque le figuier sort ses feuilles, on peut dormir un instant. Lorsque ses feuilles ont la taille d’un pied de veau, on peut dormir un petit peu. Lorsque elles ont la taille d’un pied de bœuf, on peut dormir tout son soûl.

« Ficu in u spurtellu, cala à u paghjellu. »

Le pageau se pêche à la saison des figues.

« Minestra è fichi facenu latte. » (v. manghjà è bia)

La soupe aux légumes et les figues donnent du lait.

« À l’amicu munda u ficu, è a presca à u nimicu. »  (v. amicizia)

Pèle la figue à ton ami, et la pêche à ton ennemi.

Pò dassi par via di i qualità propii di a buchjula di ugni fruttu. Quidda di u ficu hè monda lattosa è u so ficciu hà tindenza à dà a gratta ; ùn hè tantu racumandata par manghjà. Hè meddu à sbuchjallu par un amicu. Quidda di a presca hè cunnisciuta com’è ricca in midicini è nutritiva ; meddu hè à ùn danni micca à u so numicu.

Sans doute à cause des propriétés de la peau de chaque fruit. La peau de la figue étant très laiteuse et de nature irritante n’est pas très recommandée à manger. Il faut  préserver son ami en la lui ôtant.  La peau de la pêche étant considérée comme détentrice de vertus médicales et nutritives ne doit pas être donnée à un ennemi.

«  Sbuccia il fico all’amico e la pesca al nemico. » (Talianu)

«  A l’amigh péla e’ figh, a e’ nemigh la persga. » (Romagna)

 « Incù un ficu, ti faci un amicu. Manghjatu u ficu, persu l’amicu. »  (v. manghjà è bia, amicizia)

En offrant une figue tu peux te faire un ami ; une fois la figue mangée l’ami est perdu.

Si tratta quì di u sminticu di u serviziu resu è di u mancu di ricunniscenza.

Il s’agit de l’oubli du service rendu et du manque de reconnaissance.

«  Mangiato il fico, perduto l’amico. » (Talianu)

«  Ognuno è amico di chi ha un fico. » (Talianu)

 «  Ayez du thé, du vin, vos amis seront nombreux : soyez dans l’adversité, un seul homme vous visitera-t-il ? » (Chinois)

«  La moitié d’un ami, c’est la moitié d’un traître. » (Victor Hugo)

« Si tù voli invità un amicu, dalli carne di capra è legnu di fica. »  (v. amicizia)

Si tu veux inviter un ami offre lui de la viande de chèvre et du bois de figuier (viande peu appréciée et bois qui brûle mal).

« Quandu u ficu hè maturu, casca da par iddu. »

La figue mûre tombe toute seule.

«  Quando la pera è matura bisogna che caschi. » (Talianu)

«  Quannu lu piru è maturu, cadi sulu. » (Sicilia)

 «  Quand la poire est mûre, il faut qu’elle tombe. » (Garmontelle)

 « Fichi è noci cacciani i voddi. »

« Fichi è moglia cacciani i voddi. »  (v. matrimoniu, agricultura, voddi)

Les figues et les noix (et les femmes) comblent les envies.

Da ritena l’avvicinera di a donna incù a fica. In lingua corsa u sessu di a donna hè in monda loca chjamatu « a fica ».

A noter le rapprochement de la femme avec la figue. En langue corse le sexe féminin est beaucoup connu sous le nom « la figue ».

« Fichi è moglie si ponu sceglie. »  (v. matrimoniu)

Les figues et les femmes peuvent être choisies.

 « I fighi quand’elli venenu, è l’uva quand’ella passa. »

Les figues sont bonnes lorsqu’elles arrivent à maturité et le raisin lorsqu’il est bien mûr.

« Ch’ella duri, ch’ella duri, pane biancu è fichi maturi. »  (v. muderazioni)

Pourvu que cela dure, pain blanc et figues mûres.

Ci voli à sapessi cuntintà di una vita simplicia, di ciò chì ci voli, tuttu mantinindu un certu asgiu è una certa qualità di vita.

Il faut savoir se contenter d’une vie simple, de l’essentiel, tout en préservant une certaine aisance et une certaine qualité.

« Pani biancu è fighi maturi è ch’idda durghi ! »  (v. furtuna)

« O la, la ! S’ella durassi, pane biancu è fighi passi ! »

Du pain blanc et des figues mûres et que cela dure ! (Souhaits d’abondance)

« Hè quant’è à manghjassi un ficu. »  (v. facilità)

Il n’y a rien de plus facile.

« Truvà a fica sallitoghja. »  (v. opportunità)

Trouver le figuier sur lequel on peut grimper facilement.

«  Trouver la bonne poire. » (Français)

«  La main vit de l’imbécile, et l’imbécile de son travail. » (Amérique latine hispanophone)

„In brama di fichi si manghja sturzoni.“ (v. brama)

Si l’on a grande envie de figues mûres on mange même celles qui donnent encore du lait (Celles qui ne sont pas mûres).

« Carne di capra, legna di fica. »  (v. capra)

Viande de chèvre, bois de figuier. (Mauvaise qualité)

« Quandu a pera hè matura si ne casca. »  (v. morti)

Quand la poire est mûre, elle tombe. (Se dit de qqn. qui va mourir)

« Quando la pera è matura, cade da sola. » (Talianu)

« À luna tonda taglia ciò chì sfronda. »

A la pleine lune coupe ce qui perd feuille.

« Andà à fassi insita à baracuccu. » (v. cattiva educazioni)

Aller se faire enter à abricotier.

«   Envoyer dinguer. » (Français)

« Hè quant’è à suminà in a rena. » (v. inutilità)

Autant semer dans le sable. (Peine perdue)

„Lampa in tarra è spera in Diu.“  (v. fedi)

Jette par terre et espère en Dieu.

„ Butta in terra e spera in Dio.“ (Talianu)

 «  Sème, Dieu fera pousser. » (Berbère)

«  Pour récolter il faut d’abord semer. » (Français)

«  Il faut semer qui veut moissonner. » (Français)

 « Casa fatta è vigna posta ùn guardà quantu ti costa. » (v. casa)

Ne regarde pas à la dépense pour avoir la maison terminée et la vigne plantée.

Ùn hè tantu difficiuli d’imaginà quantu travaddu è quantu soldi ci sò vulsuti par fà a casa è ancu par piantà una vigna. Tramindui raprisentani grandi valori.

Il est facile d’imaginer la somme de travail et la somme d’argent indispensable à construire une maison ainsi qu’à planter une vigne. Toutes deux représentent des grandes valeurs.

«  Casa fatta e vigna posta, non si sa quello che costa. » (Talianu)

«  Casa fatta e vigna sfatta. » (Calabria)

«  Terra stretta e casa fatta, chi la compra non è matto. » (Talianu)

«  Casas cuantas quepas, campos cuantos veas. » (Spagnolu)

 «  Maison faite et femme à faire. » (Français)

«  Cheval fait et valet (femme) à faire. » (Français)

«  Je n’aime pas les maisons neuves : leur visage est indifférent. » (Sully-Prudhomme)

I spagnoli parini dà più valori à a tarra, com’è a dici u pruverbiu chì suveta:

Les espagnols semblent accorder plus de valeur à la terre, comm’ l’indique le proverbe suivant :

«  N’achète de maison que pour tes besoins, mais achète tous les terrains que tu verras. » (Espagnol)

« Vigna grandinata, pà trè anni vindimiata. »

Vigne grêlée pour trois ans vendangée.

«  Vigne grêlée, vigne vendangée. » (Français)

« Vigna palata, meza salvata. »

Vigne échalassée est à moitié sauvée.

« Si tu veux double charretée, tiens ta vigne fermée. » (Catalan)

« Zappimi chì voli, potimi chì sà, palami u patrone. »

Me pioche qui veut, me taille qui sait, mais c’est au patron à poser les échalas.

« E vigne si zappanu di ghjennaghju. » (v. mesi)

Les vignes se piochent en janvier.

« Putami di marzu chì carcaraghju, ma ùn t’avvizzà chì mi siccaraghju. » ( a vigna)  (v. mesi)

Taille moi au mois de mars et je produirai mais ne t’habitue pas car je mourrai.

«  A gennaio pota tutto, ma la miglior potatura è quella di marzo. » (Talianu)

«  Chi nel marzo non pota la sua vigna, perde la vendemmia. » (Talianu)

«  A jennaru puta paru, ma ‘u veru putazzu è ‘u misa ‘e marzu. » (Calabria)

«  Chi puta intra marzu, o è asinu o è pazzu. » (Sicilia)

 «  Taille tôt, taille tard, taille toujours en mars. » (Français)

« Cancaru costa a vigna ùn hà costu. »

Le chancre coûte, la vigne n’a pas de prix.

“Cancaru costa a vigna in a costa.”

Que la vigne revient cher en coteau.

Sti dui ultimi pruverbii sarani diffarenti o sarani dui interpretazioni funetichi di u stessu ?

Ces deux derniers  proverbes sont-ils  différents ou s’agit-il d’une interprétation phonétique d’un seul ?

« Vigna, tigna. »

Vigne, teigne.

«  ‘A vigna è na tigna. » (Calabria)

 « Rimigna tomba vigna. »

Le chiendent tue la vigne.

« Ùn ci hè vigna senza rimigna. »

Il n’y a pas de vigne sans chiendent.

«  Quand on observe la nature, on y découvre les plaisanteries d’une ironie supérieure : elle a, par exemple, placé les crapauds près des fleurs… » (Honoré de Balzac)

« Locu pienu di rimigna, granu ingrassa è tumba vigna. »

Là où se trouve le chiendent pousse le blé et meurt la vigne.

« Hè carcu com’è l’uva zampina. » (v. quantità)

Chargé comme la vigne sauvage. (Se dit d’un arbre chargé de fruits)

« Ti prumettu casa è vigna, tandu chì prende mia figlia. »

Je te promets la maison et la vigne si tu épouses ma fille.

« Intantu di marità a figlia prumette casa è vigna. Dopu ch’ell’hè maritata a prumessa ùn era data. »  (v. prumessi, matrimoniu, agricultura)

Afin de marier sa fille il promet la maison et la vigne. Après le mariage la promesse est oubliée.

« Promesse ne ruine pas. » (Auvergnat)

 « Ùn hà nè ortu nè vigna, Ghjiseppu hà a tinghja. »   (v. puvertà)

Il n’a ni jardin ni vigne, Joseph a la teigne. (De qqn. de pauvre)

« Bella vigna è pocu uva. »   (v. apparenza)

Belle vigne et peu de raisin.

«  Les apparences sont souvent trompeuses. » (Français)

«  Habit somptueux ne donne pas les bonnes manières. » (Anglais)

«  Les grands bœufs ne font pas les grands labours. » (Savoie)

« Li potani a vigna. »  (v. arubbera)

On lui coupe la vigne. (On le dépouille)

« Vigne palate è vacche nentru ! »  (v. sfurtuna))

Vignes entretenues et vaches au milieu. (Se dit quand tout va mal)

« À chì crede di taglià a vigna, spessu a puta. »  (v.strampalera)

Qui croît tailler la vigne, souvent l’ente (la détruit).

«  Trasquillar y no desollar. » (Spagnolu)

 «  Il faut tondre les brebis et non les écorcher. » (Espagnol)

« In Sant’Antonu a vigna ùn hà patronu. » (17 /01)  (v. festi/mesi)

A la Saint Antoine la vigne se passe de patron. (17/01)

« Chi pota di gennaio, pota al grappolaio. » (Talianu)

«  Quannu la luna di jiannaru manca, nzita, puta e chianta. » (Sicilia)

 « Assai pampana, uva poca. »

Beaucoup de feuillage, peu de raisin.

«  Molti pampini, poca uva. » (Talianu)

“ Mucho ruido y pocas nueces.” (Spagnolu)

 «  Beaucoup de fleurs, peu de fruits. » (Japonais)

«  Année de foin, année de rien. » (Français)

« Anetu, Anetu, pocu linaghju è micca vignetu. »  (v. paesi)

Anetu est très peu pourvu en champs de lin et le vignoble est absent.

« Lampassi com’è i niulinchi à l’uva. »  (v. paesi, brama)

Se jeter comme les niolins sur le raisin.

Lampassi annant’à calcosa incù ingurdizia è vodda. L’uva duvia essa scherza par l’abitanti di u Niolu, a prova si n’hè ch’iddi si lampani annantu quand’iddi a vidani.

Se jeter sur qq.ch. avec envie. Le raisin devait être rare pour les habitants du Niolu, car ils sont réputés se jeter sur lui lorsqu’ils le voient.

« Hè un vinu di suttu scala. »

C’est un vin de dessous l’escalier.

Hè un bon vinu, d’alta qualità. Bonu com’è un vinu tinutu suttu scala. Hè quissa una tistimugnanza di a cunniscenza di a manera di cunsirvà u vinu par uttenani una bedda qualità.

C’est un vin exquis, de grande qualité. Bon comme un vin conservé sous l’escalier. Ce qui invite à une bonne connaissance de la conservation pour vouloir obtenir un bon produit.

« Hè un vinu chì spacca i marmari (chì sciappa i petri). »  (v. manghjà è bia)

C’est un vin qui casse le marbre (les pierres).

« Vinu di Raghja, tavula d’imperatore. »   (v. paesi)

Le vin de Raghja est pour la table de l’empereur.

« Quandu ùn ci hè più vinu, si suchja u stupinu. »  (v. puvertà)

Quand le vin est bu on suce le bouchon.

« Pane è vinu facenu fantini. » 

Le pain et le vin sont excellents pour les enfants.

« Un bichjer’ di vinu ùn faci mali à nimu. »

Un verre de vin ne fait de mal à personne.

« Le jus de vigne, c’est de l’huile pur les bras. » (Champenois)

« Un bon bichjeru di vinu face stagnà u sudore. »

Un bon verre de vin étanche la soif et la sueur.

« E donne è u vinu scallanu l’omu. »

Les femmes et le vin réchauffent l’homme.

«  Une femme est comme une couverture ; si tu la mets sur toi, tu auras chaud ; si tu l’enlèves, tu auras froid. » (Africain) 

Monda menu rispettu pà a donna grassa s’idd’ùn hè a sola cunsiderazioni materiali, com’è a dici u pruverbiu chì suveta :

Beaucoup moins de respect pour la  femme grosse si ce n’est la considération purement matérielle, comme dans le proverbe suivant:

«  Une grosse femme est un édredon pour l’hiver. » (Panjâbi, Nord-ouest de l’inde et Pakistan)

« Ogni cosa vole vinu, ùn hè chè a pulenda chì vole acqua. »

Tout mets requiert du vin, sauf la polenda qui s’accompagne  mieux avec de l’eau.

« Latte è vinu toscu finu, vinu è latte lascia scumbatte. »

Le lait et le vin c’est du poison, le vin et le lait c’est très bon.

“ Latte e vino, veleno fino . » (Talianu)

“ Late e vin, tossigo fin . » (Venezia Giulia)

«  Latte su vino è veleno, ma vino su latte è buono per tutti. » (Talianu)

«   Lait sur vin est venin, vin sur lait est souhait. » (Français)

 « U vinu ùn dice nulla, ma palesa tuttu. »  (v. briachina)

Le vin est muet mais il dévoile tout.

«  Lu ‘mbriacu dici sempri la viritati. » (Sicilia)

 «  Quand l’alcool entre, les paroles sortent. » (Vietnamien)

«  Le saké révèle la vérité du cœur. » (Japonais)

« Vinu ! Vinu ! Mi faci parlà latinu. »  (v. briachina))

Le vin me fait parler latin.

« Le vin a deux défauts. Si on ajoute de l’eau, on le dégénère, si on n’y ajoute pas d’eau, on se dégénère. » (Espagnol)

« Omu di vinu ùn vali un quattrinu. »  (v. omu, briachina)

Homme de vin ne vaut pas une pièce.

«  Uomo di vino, non vale un quatrino. » (Talianu)

«  Homme de vin, homme de rien. » (Français)

« A butti ùn pò dà chè u vinu ch’idda hà. »  (v. mudestia)

Le tonneau ne rend que ce qu’il contient.

«  La botte da il vino che ha. » (Talianu)

 «  La botte ‘e dà dal vin ch’e à. » (Friuli)

«  Nessuno può dare quel che non ha. » (Talianu)

 «  D’un sac on ne peut tirer que ce qu’il y a dedans. » (Breton)

«  La cruche ne peut verser que ce qu’elle contient. » (Géorgien)

«  La cruche ne suinte que ce qu’elle contient. » (Persan)

«  Tout vase répand ce qu’il contient. » (Arabe)

« Quandu u vinu hè tiratu ci voli à bialu. »  (v. curaghju)

«   Quand le vin est tiré, il faut le boire. » (Français)

« Vinu di pargula, missa di pargula. »  (v. missa)

Vin de treille, messe sans valeur.

 « Vinu di Sartè faci cantà u rè. »   (v. paesi)

Le bon vin de Sartè fait chanter les rois.

« Ùn manca u vinu in Meria è in Pinu. »  (v. paesi)

On trouve du vin en abondance à Meria è à Pinu.

« Pane d’Antisanti, oliu di Lama è vinu di a Petra sò affissati à e porte di Roma. »  (v. paesi)

 Pain de Antisanti,  huile de Lama et vin de Petra sont réputés.

« A petra ùn hà culu, ma biatu à chì si godi u so suvu. »

La pierre n’a pas de derrière, mais bienheureux celui qui profite de son fumier.

« U fruttu casca vicinu à l’arburi. »

Le fruit tombe près de l’arbre.

«  La mela non cade lontano dall’albero. » (Talianu)

«  El pero non casca lontan de l’albero. » (Istria)

 «  La pomme ne tombe pas loin du pommier. » (Tchèque)

«  La pomme ne tombe pas loin de l’arbre. » (Allemand)

«  Les fruits de l’arbre tombent sous l’arbre. » (Indien)

« Le fruit mûr tombe de lui-même, mais il ne tombe pas dans la bouche. » (Chinois)

«  Les fruits ne tombent pas loin de l’arbre. » (Thaï)

« Da i frutti si cunnosce l’arburu. »  (v. travaddu)

Au fruit on reconnaît l’arbre.

«  Dal frutto si conosce l’albero. » (Talianu)

«  Dai si fructu si connoschet s’arvure. » (Sardegna)

« E fructu arbor cognoscitur. » (Latin)  (On connaît l’arbre aux fruits)

 «  Bon arbre porte  bons fruits. » (Allemand)

«  A l’œuvre on connaît l’artisan. » (Français)

«  C’est au fruit qu’on connaît l’arbre. » (Français)

«  L’arbre est connu par ses fruits, non par ses racines. » (Espagnol)

« Più pendi, più rendi. »

Plus la branche penche, plus elle a de fruits.

«  Cchiu penda, cchiu renda. » (Calabria)

 « Primaticciu o più tardiu, ficca in terra è spera in Diu. »

Primeur ou tardif, plante en terre et espère en Dieu.

 « Quandu a nivi ghjunghji nantu à a marina, pesa più u saccu chè a farina. »

Lorsque la neige tombe sur le rivage, le sac est plus lourd que la farine.

“A neve ingrassa u tarrenu.”

La neige rend fertile la terre.

«  Quando la neve sverna in piano, vale più il sacco che il grano. » (Talianu)

“ Dicembre nevoso, anno fruttuoso.” (Talianu)

 «  La neige vaut un engrais. » (Français)

«  Huit jours de neige : fumure ; huit jours de plus : pourriture. » (Français)

« Suttu à u ghjacciu ci ghjaci u pani, suttu à l’acqua ci ghjaci a fami. » (v. fami)

Sous la glace dort le pain, sous l’eau dort la faim.

U cotru è a nivi sò boni par una bedda racolta. Sò tramindui signi di divizia.

La glace et la neige en hiver sont propices à une bonne récolte. Ce sont des signes  d’abondance.

« Senti nascia l’arba. »  (v. malizia)

Il entend pousser l’herbe. (Il est malin ou il a une très bonne oreille)

«  Sentir nacer la hierba. » (Spagnolu)

«  Cogerlas al vuelo. » (Spagnolu)

 «  Ne laisser rien passer. » (Espagnol)

« Tutt’erba chì guarda insù hè erba di Ghjesù. »  (v. Diu)

Toute herbe à port érigé est comestible.

«  Ogni erba che guarda in sù, ha la sua virtù. » (Talianu)

 « Sapè coglie l’erba à a lofia. »

« Sapè codda a segala. »  

« Fà d’ogni arba un fasciu. » (v. ricchezza, viziu, malizia, opportunità)

Faire des brassées avec toute herbe.  (Savoir tirer partie d’une situation. Savoir en profiter)

«  La pomme est pour le vieux singe. » (Quitard, 1 842)

«  Savoir nager entre deux eaux. » (Français)

“Ùn sprizzà  gattiva arba… nasce in u to ortu.”  (v. onori)

Ne déprécie pas la mauvaise herbe... elle pousse dans ton jardin.

“L’erba vogliu ùn cresce mancu in giardinu di u rè.”

“L’arba voddu ùn ci n’hè mancu in l’ortu di lu rè.” 

L’herbe qui comble les envies ne pousse même pas dans le jardin du roi. Il ne suffit pas de vouloir pour avoir satisfaction.

“U vogliu è ùn lu vogliu, ùn si trovanu chè in bocca di u rè.”  (v. impussibilità, voddi)

« Vouloir » et « ne  pas vouloir » ne se « trouvent » que sur les lèvres du Roi.

“ L’erba voglio non cresce nemmeno nel giardino del re.” (Talianu)

“ L’erba vogliu non cresce nemmeno in Boboli.” (Talianu)

 «  Il « faut » est une herbe amère. » (Allemand)

«  L’envie est comme un grain de sable dans l’œil. » (Chinois)

“Sò in ortu è zappu cù i frati.”

Avoir la tête dans le sac et ne rien voir d’autre.

« Avoir le nez dans le guidon. » (Français)

« Quandu hè nera a Casinca piglia a zappa è maghjinca. »   (v. paesi)

Quand il y a de gos nuages sur la Casinca prend ta pioche et va biner.

« Hè una donna un po mora, ma terra negra fà bon granu. »

C’est une femme un peu bronzée, mais une terre noire produit du bon grain.

« Tarra nera dà bon granu. »    (v.donna)

Terre noire donne du bon grain.

«  Terra niura duna bon pani, terra bianca prestu stanca. » (Sicilia)

«  Tera negra fa bon pan, tera bianca nanca un gran. » (Venezia Giulia)

«  Terra nera dà bon frutto, terra bianca guasta tuttu. » (Talianu)

 «  Terre noire fait du bon blé, la blanche fait l’épi grainé. » (Français)

«  Terre noire donne pain blanc. » (Scandinave)

«  En terre noire pousse le meilleur blé. » (Juif) (Sens figuré : les gens simples ont un bon cœur)

La terre est notre source de vie et… de mort :

« La terre nous nourrit puis nous mange. » (Basque)

« Donna chì trotta è terra chì pende denari ùn ci ne spende. »  (v. donna, spindiera, soldi)

Ne dépense pas ton argent pour des femmes coureuses et du terrain en pente.

«  ‘A fimmana chi annaca l’anca, si non hè puttana pocu nci manca. » (Calabria)

 «  De la mauvaise femme, garde-toi bien et à la bonne ne te fie point. » (Espagnol)

« Ci voli à pulà quandu ci hè u ventu. »

« Ci vole à spulà quand’ellu traghje. »

Il faut vanner quand le vent souffle.

« O zitelli, abbiate mira di pisà quand’ellu tira. »

Bonnes gens, ayez soin de vanner quand le vent souffle.

« L’occasione ùn hà chè un cerlu. » (v. furtuna, oportunità, travaddu)

L’occasion tient à un cheveu.

«  Cuando pasan rábanos, comprarlos. » (Spagnolu)

 «  Cuando te dieren el anillo, pon el dedillo. » (Spagnolu)

«  Cuando te dieren la vaquilla, acude con la soguilla. » (Spagnolu)

«  Al hierro candente batirlo de repente.” (Spagnolu)

 «  Il faut vanner tant que souffle le vent. » (Indien)

«  Il faut battre le fer quand il est chaud. » (Français)

«  Il faut cuire le pain tant que le four est chaud. » (Persan) 

«  C’est pendant qu’il pleut qu’il faut remplir les jarres. » (Turc)

«  Fais provision d’eau pendant qu’il pleut. » (Birman)

«  Il faut façonner l’argile pendant qu’elle est molle. » (Africain)

«  Il faut tourner le moulin lorsque souffle le vent. » (Français)

«  Il faut saisir l’occasion quand elle se présente. » (Français)

«  Il faut saisir l’occasion aux cheveux. » (Français)

«  Il faut puiser tant que la corde est au puits. » (Français)

«  Quand on tient la poule il faut la plumer. » (Français)

«  Si le ciel vous jette une datte, ouvrez la bouche. » (Chinois)

«  Quand le vin est tiré, il faut le boire. » (Français)

«  Il ne faut pas laisser passer l’occasion. » (Espagnol)

« Ùn vulè nè arà nè tribbiu. »  (v. tistardizia)

Ne pas vouloir labourer, ni pierre pour battre le grain dans l’aire de battage.  Ne pas vouloir entendre raison.

“Lascia corra u tribbiu in l’aghja.” (v. tranchjara)

Laisse tranquille la pierre à battre dans l’aire de battage.

A tranchjara hè à spissu tinuta com’è necessaria par un bon equilibriu suciali è psicologicu com’è a dici u pruverbiu chì suveta :

La paresse est souvent considérée comme nécessaire à un bon équilibre social et psychologique comme dans le proverbe qui suit :

«  La paresse est nécessaire. Il faut la mêler à sa vie pour prendre conscience de la vie. » (Jacques Chardonne)

« Trattu drittu da marina, tribbia è spula da a sera à a matina. »

La brise marine est excellente pour battre le blé.

«  Il faut vanner tant que souffle le vent. » (Indien)

«  Il faut tourner le moulin lorsque souffle le vent. » (Français)

Canzona : Chanson

« Tribbia tù chè tribbia anch’ellu

Biancacoda, rossu pelu

Gira l’aghja intondu, intondu

Gioglia in pila è granu mondu

Tribbianu forti i bon boi

Lu granu veni a noi

Ma la paglia tocca à voi. »

Altra canzona:

« Ula, ula ! Ula, ula !

Chì la paglia torni pula !

È la pula torni grana !

Tira, tira ! O tramuntana ! »

Altra canzona :

« Ola, ola ! Li bon boi ! Quelli chì la sanu fà !

Prima l’aiutanu à pone eppò dopu à tribbià.

S’elli avianu le so mani, aiutarianu à spulà ;

S’elli avianu l’umbastu, aiutarianu à carruzzà ! »

Altra canzona :

« Gira è volta, gira è volta !

Piegni à mammata chì hè morta !

Hè morta ind’è lu guadellu,

Gira è volta, o Cudanellu ! »

Altra canzona:

 “Voddi voddi vudduledda

U granu torralu in granedda.

Chì lu tribbiu falghi in fundu

È ch’idd’ùn sorti chè granu mundu. » 

Altra canzona :

« Ghjira ! Ghjira ! Fà lu tondu

Chì lu tribbiu tadda è raspa !

Ghjira ! Par lu granu mondu !

Culor d’oru è senza capa. »

Canti di u mumentu di a tribbiera è di a spulera di u granu in l’arghja.

Chansons chantées au cours du battage du blé dans l’aire de battage  en Corse.

« Luresi ! Mulinari ! »   (v. paesi)

Habitants de Luri ! Meuniers !

« Una bedda zappatura vali più di dui innacquaturi. »

Un bon piochage vaut deux arrosages.

« Urticula, urticula maladetta, vitriola benedetta. »

Ortie maudite, Pariétaire bénie.

Allusioni fatta à u pastori chì si grattaia par via di l’urticula incù a vitriola ; l’arristò subitu a gratta.

 Allusion faite à un berger qui souffrait des démangeaisons de l’ortie et qui se frotta avec de la pariétaire ; il fut aussitôt soulagé.

Ma l’urticula t’hà dinò virtù par calmà com’è a dici u pruverbiu chì suveta :

Mais l’ortie a aussi des vertus curatives comme dans le proverbe:

«  Si tu as de l’insomnie, prends un bouillon d’ortie. » (Français)

« Vurebbe salvà i cavuli è a foglia.”  (v. pratinzioni)

Vouloir sauver les choux et la feuille.

«  Il veut ménager  la chèvre et le chou. » (Français)

“Vurria salvà i cavuli è e fiore.”

Vouloir sauver les choux et les fleurs.

 «  Chì vuol aver frutti, non colga tutti i fiori. » (Talianu)

 «  Il a mangé son blé en herbe. » (Français)

« Annu bisestu, biatu à chì ci resta. »

Année bissextile, mauvaise année de récolte.

“ Anno bisesto, anno molesto. » ( Talianu)

«  Annata bisesta, biatu cu’ cci resta ! » (Sicilia)

«  Annata bisesta : ‘a cunta cui resta. » (Calabria)

«  L’annu bisestu, tutte le cose attraêrsu. » (Marche)

 « A robba bella si vende da per ella. »

« A robba bona si vendi da par idda. »  (v . biddezza,  facilità)

Les belles choses se vendent facilement.

«  La buona mercanzia si loda da se stessa. » (Talianu)

«  La robe si laude da sè. » (Friuli).

«  Venderse como roscas. » (Spagnolu)

 «  Bon article se loue lui-même. » (Tchèque) 

«  Bon drap trouve acheteur sans qu’on l’étale. » (Espagnol)

«  Se vendre comme des petits pains. » (Français)

«  Belle chose est tôt ravie. » (Meurier 1 568)

«  Marchandise qui plait est à moitié vendue. » (Oudin 1 640)

 « Quandu l’annu d’orzu tira, pò tribbià più d’un mezinu. »

Quand l’année est bonne, elle peut donner plus d’un boisseau (d’orge).

« Perchì a terra frutti, abbisogna cuprilla di suvu è di sudore. »

 Pour que la terre rende il faut la couvrir de fumier et de sueur.

«  Le meilleur engrais de la terre est le pied du propriétaire. » (Français)

«  On n’a rien sans rien. » (Français)

« Si tù mi burli, ti burlaraghju. »  (v. bucia)

Si tu me trompes je te tromperai.

Si dici di una zappuddera  supra supra di a tarra par fà creda ch’idd’hè stata arratata. U risultatu sarà in rapportu incù u travaddu fattu.

Se dit d’un travail superficiel de la terre pour donner une illusion de labour. Le résultat sera à la hauteur du travail accompli.

« Travadda suttu suttu com’è i pomma. »  (v. falsità)

Il travaille en dessous comme les pommes de terre. (Il est hypocrite)

«  Trop poli pour être honnête. » (Français)

«  Pêcher en eau trouble. » (Français)

« Ghjuntu à tempu, matura u pomu. » 

Quand la saison est venue, le fruit mûrit.

« S’inseta quandi l’arburi sò in suchju. »

On greffe les arbres à sève montante.

« À luna tonda taglia ciò chì sfronda. »

A la pleine lune coupe  les plantes à feuilles caduques.

«  La vigne taillée en lune jeune fait du bois ; taillée en lune vieille, elle donne du fruit. » (Français)

« Fasgioli in fiori, acqua à bullori. »

Haricots en fleurs, arrosages en abondance.

« Quandu u parsicu fiurisce o matura, u ghjornu è a notte hanu listessa misura. Quandu u parsicu cumencia à fiurì, tantu hè a notte ca u dì. »

« Quandu lu pescu cumencia à fiurì, tantu le notte chè li dì. »

Lorsque le pêcher fleurit ou mûrit, le jour et la nuit sont d’égale durée. (Equinoxe de printemps)

 « A maghjinchera hè pà u patrone. »

Le binage de la vigne en mai est du bénéfice net pour le propriétaire.

« Si puta tal dì chì fù Natale. »  (v. festi/mesi)

On taille le jour de la semaine où tomba Noël.

« Avè l’acqua à u pedi. »

Grandir (pousser) rapidement.

« Brusgia cum’è a caladiccia (a muredda). »  (v.facilità)

Ça brûle comme de l’immortelle (facilement).

A muredda sirvia ad uscià u purceddu, dopu avellu tumbu. Sicondu a rigioni si piddaia a scopa, u filettu o d’altri pianti chì piciavani faciuli.

L’immortelle était utilisée  pour griller les poils du cochon, après l’avoir tué. Selon la région, on utilisait aussi la bruyère, la fougère ou d’autres combustibles très inflammables.

« Acqua è nivi à tempu, bundanza. » (v. tempu)

Pluie et neige en même temps, abondance.

“ Acqua e vento fanno frumento.” (Talianu)

«  Abba e bentu, annada de sarmentu. » (Sardegna)

 «  La neige vaut un engrais. » (Français)

«  La neige qui tombe engraisse la terre. » (Français)

“Tal calzu, tal maddolu, tal babbu, tal fiddolu.”   (v. sumidda, babbu, ziteddi)

Tel pied, telle bouture, tel père, tel fils.

«  Come il padre, tale è il figlio. » (Talianu)

«  Tale pate tale figlio, tale mamma tale figlia. » (Campania)

«  Qual principio, tal fine. » (Talianu)

«  Qual proposta tal risposta. » (Talianu)

«  Quale il cappellano, tale il sacramento. » (Talianu)

«  Quale la pianta, tali i frutti. » (Talianu)

«  Quale uccello, tale il nido. » (Talianu)

«  Il ramo somiglia al tronco. » (Talianu)

«  Tal padrone, tal servitore. » (Talianu)

« Tale il gregge, qual’è chi lo regge. » (Talianu)

«  Tale la padrona, tale la serva. » (Talianu)

«  De padre cojo, hijo renco. » (Spagnolu)

«  De tal padre, tal hijo. » (Spagnolu)

«  Quale madre, tale figlia. » (Talianu)

“ De tal jarro, tal tepalate.” (Spagnolu)

«  De tal palo, tal astilla. » (Spagnolu)

«  Il ramp somiglia al tronco. » (Talianu)

 «  D’une bonne vigne prend le plant. » (Français)

« D’une bonne mère prend la fille. » (Français,  rapprochement entre  la fille et la mère)

«  Tel arbre, tel fruit. (Espagnol)

«  Telle maquerelle, telle putain. » (Espagnol)

«  Telle graine telle plante. » (Indien)

«  Tel pot, tel couvercle. » (Turc)

«  Tel prêtre, telle paroisse. » (Russe)

«  Tel maître, telle école. » (Allemand)

«  Tel homme, telle boutique. » (Tchèque)

«  Telle farine, telle bouillie. » (Lituanien

«  Tel oiseau, tel nid. » (Lituanien)

«  Telle tête, telle casquette. » (Lituanien)

«  Telle graine, telle plante. » (Indien)

«  Tel don, tel donneur. » (Français)

«  Si l’eau est ransparente d’en haut, elle est transparente d’en bas. » (Tels parents, tels enfants, Coréen)

«  Telle forêt, tel gibier. » (Géorgien)

«  D’un bon père sortira un bon fils. » (Oubykh  encore parlé en Turquie) 

«  Comme est le moule, ainsi est le gâteau. » (Malais)

«  Tel empereur, telle cour. » (Chinois)

«  Telle mère, telle fille. » (Juif qui prend la mère comme exemple)

«  Tel curé, telle pénitence ; tel maître, telle ordonnance. » (Amharique  parlé en Ethiopie) )

«  Telle chair, tel couteau. » (Italien)

«  Tel couteau, tel fourreau. » (Français)

« À u calzu sumiglia u magliolu, tale hè u babbu è tale hè u figliolu. » (v. ziteddi, babbu, campagna)

Au pied de vigne ressemble la bouture, tel père, tel fils.

«  Plante ta vigne de bons plants, prends la fille de bonnes gens. » (Français)

« Di gattivu calzu ùn ne piglià magliolu, male u babbu, peghju u figliolu. »  (v. babbu, ziteddi, campagna)

D’un mauvais pied de vigne ne prend pas bouture, mauvais est le père et pire est le fils.

«  De mauvais corbeau, mauvais œuf. » (Oudin, 1 640)

«  De mauvais grain jamais de bon pain. » (Meurier, 1 568)

«  De put oef, put oisel. » (Français XIII°s.)

«  De méchant œuf, méchant oiseau. » (Français)

« Da la rosa esce la spina, da la spina esce la rosa. »  (v. sumidda)

De la rose nait l’épine, de l’épine nait la rose.

«  De l’épine pousse la rose et de la rose pousse de nouveau  l’épine. » (Grec)

«  Bonne semence fait bon grain et bons arbres portent bons fruits. » (Bible de Guyot) Thème des vertus réelles.

«  Il faut déshabiller un maïs pour voir sa bonté. » (Guadeloupe)

«  La fleur est produite par le fumier et le fumier produit par la fleur. » (Turc)

« Metti un prunu, nasci un tancu. »  (v . sumidda)

 Plante une épine, il naît un roncier.

« Ùn ci hè rosa senza spini. »

Il n’y a pas de roses sans épines.

«  Ogni rosa ha la sua spina. » (Talianu)

 «  La rose a l’épine pour amie. » (Pushtû)

«  Tout plaisir porte une peine sur le dos. » (Allemand)

« E lamaghje sò apparentevule. »  (v.sumidda)

Les ronceraies s’apparentent volontiers. Sans doute de la tendance des ronces à envahir rapidement un espace.

« Tarra nera dà bon granu. » (v. umilità)

Terre noire donne du bon blé.

«  En terre noire pousse le meilleur blé. » (Juif)  (Sens figuré : les gens simples ont bon cœur)

“A gattia arba cresci prestu.” 

« Gattiva arba ùn mori mai. »

La mauvaise herbe  pousse vite.

« Ùn ne sterpa gattiva grana. »

« Gattia arba ùn ni sterpa. »  (v. cativezza)

La mauvaise graine ne disparaît jamais.

«  L’erba cattiva cresce in fretta. » (Talianu)

«  La mala erba non muore mai. » (Talianu)

 «  L’erba cattiva non muore mai. » (Talianu

«  Herva mala non morit mai. » (Sardegna)

«  Carna trista nun ne vo’ Cristo. » (Campania)

«  Al peggio non c’è limita. » (Talianu)

«  Allu pieju ‘un c’è fine. » (Calabria)

“ A ‘o ppeggio nun c’è fine.” Campania)

“ Bicho malo nunca muere.” (Spagnolu)

 «  Mauvaise herbe croît soudain. » (Meurier, 1 568)

« La mauvaise graine pousse toute seule. » (Basque)

« Cù u tempu (è cù a paglia) maturani i nespuli. »    (v. pacienza)

Avec le temps, les nèfles mûrissent.

«  Col tempo e con la paglia maturano le nespole. » (Talianu)

«  Col tempo e con la paglia maturano le sorbe e la canaglia. » (Talianu)

«  Non vi son frutti sì duri, che il tempo non maturi. » (Talianu)

«  A su tiempo maduran las brevas (las uvas). » (Spagnolu)

«  Con el tiempo y la esperanza todo se alcanza. » (Spagnolu)

 «  Tout vient à point à qui sait attendre. » (Français)

« Le bœuf est lent mais la terre est patiente. » (Cambodgien)

«  Avec le temps et la patience, la feuille du mûrier devient satin. » (Chinois)

 «  Avec la paille et le temps se mûrissent les nèfles et les glands. » (Meurier, 1 568)

«  Tout vient à point  à qui sait attendre. » (Français)

«  Il n’est rien de plus précieux que le temps, puisque c’est le prix de l’éternité. » (Bourdaloue)

«  Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger. » (Jean Giono)

« Cù u tempu è cù a paglia ammaturanu e sorbule. »

Avec le temps et de la paille mûrissent les sorbes.

«  Col tempo e con la paglia maturano le nespole. » (Talianu)

«  Col tempo e con la paglia maturano le sorbe e la canaglia. » (Talianu)

«  Non vi son frutti sì duri, che il tempo non maturi. » (Talianu)

«  A su tiempo maduran las brevas (las uvas). » (Spagnolu)

«  Con el tiempo y la esperanza todo se alcanza. » (Spagnolu)

 «  Avec la paille et le temps se mûrissent les nèfles et les glands. » (Meurier, 1 568)

«  Tout vient à point  à qui sait attendre. » (Français)

«  Il n’est rien de plus précieux que le temps, puisque c’est le prix de l’éternité. » (Bourdaloue)

«  Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger. » (Jean Giono)

«  Avec le temps et la patience, la feuille du mûrier devient satin. » (Chinois)

 «  Avec de la paille et du temps, les nèfles mûrissent. » (Breton)

« Si tù voli avè un bell’agliaghju, piantalu à luna vechja, di ghjennaghju. »  (v. mesi)

Pour avoir du bel ail, plante-le en janvier, au moment de la  vieille lune.

«  Chi vuole un buon agliaio, lo ponga di gennaio. » (Talianu)

 «  Les légumes ne sont de bonne cuite que s’ils sont semés en lune vieille. » (Français)

«  Qui sème en lune tendre (première révolution), n’a rien à attendre. » (Français)

«  Ce qui croît au-dessus de la terre doit être semé en lune croissante ; ce qui croît en dessous, en décours. » (Français)

 « Granu pestu dà bon cestu. »

Blé tassé talle bien.

« Da a brama à l’amore hè com’è da a tramula à u fiore. » (v. amori, diffarenza, brama)

Du désir à l’amour c’est comme du chaton à la fleur.

« Asgiu face casgiu. » (v.pacienza)

 Le temps produit le vieux fromage.

« Calacuccia caghja è imbruccia. »  (v. paesi)

Calacuccia réputée pour son fromage.

« Calinzana, pocu pelu è micca lana. »  (v. paesi)

 Calinzana, pauvre en bétail et en laine.

« L’aghju cunnisciutu chjarasgiu. »  (v. passatu, mudestia)

Je l’ai connu cerisier.

Sprissioni chì metti in valori l’urigini, u passatu, i radichi. Ùn ci voli micca à sminticassi da induva si veni. Gabriel Xavier Culioli, in « Contes de Corse », La Marge Edition, a ci ramenta in a so fola « La statue de Santa Lucia ». A statua, disgraziatamenti rutta duranti una prucissioni, duvia essa scultata da un paisanu pà u prossimu anniversariu, in contraparti d’essa ben trattatu è ben nutritu duranti st’epica da a ghjenti di u paesu. U ghjornu di a benedizzioni, u paesu sanu era ammiraculatu è prigava sta bedda opara zuccata in un vechju chjarasgiu di u circondu. U preti fù suspresu di custatà chì solu u scultadori ùn li dava tantu capu. Curiosu li dumandò a raghjoni. Li rispundì u scultadori ch’iddu adurava a vera santa chì era in celi è micca a so raprisintazioni. A statua, l’avia cunnisciuta com’è un chjarasgiu.

Expression mettant en valeur les origines, le passé, les racines. Il ne faut oublier d’où l’on vient. Gabriel-Xavier Culioli, dans «  Contes de Corse », La Marge Edition, nous le rappelle à travers le conte « La statue de Santa Lucia ». Cette dernière, malencontreusement cassée lors d’une procession, devait être sculptée par un villageois pour l’anniversaire suivant, en contrepartie d’être bien nourri durant cette période par le village. Le jour de sa bénédiction, le village entier admirait et priait ce chef d’œuvre réalisé dans un vieux cerisier des environs. Le curé fut surpris fe constater que seul le sculpteur ne l’adorait pas. Curieux il lui en demanda la raison. Celui-ci lui répondit qu’il adorait la vraie sainte qui était au ciel et non sa représentation. La statue, il l’avait connue sous la forme d’un cerisier.

«  T’ho conosciuto sorbo. » (Talianu)

«  Te conozco bacalao aunque vienes disfrazado. » (Spagnolu)

 «  Je l’ai connu poirier. » (Français)

«  Je te connais beau masque. » (Français)

« Hè cum’è a ciuta, ingranda ma ùn face fruttu. » (v.spulera)

Semblable à l’ivraie elle grossit mais ne fait pas de fruit.

Allusioni fatta à u mumentu quandu Maria è Ghjaseppu incù u banbinu fughjivani davant’à i rumani chì aviani ricivutu l’ordini di tumbà tutti i criaturi masci. S’erani piatti in un machjonu d’arbitru è di scopa. A scopa s’era sutrinata è avia apartu i so vitti par tradisciali, inveci chì l’arbitronu l’avia piatti è salvati.

Allusion faite au moment où Marie et Joseph avec l’enfant Jésus, fuyant les romains qui avaient pour ordre de tuer tous les enfants de sexe masculins. Ils s’étaient cachés derrière une touffe d’arbousier et de bruyère. La bruyère avait ouvert ses branches pour les trahir, alors que l’arbousier les avait sauvé.

«  La gloria vana fiorisce e non grana. » (Talianu)

«  Detrás de la cruz está el diablo. » (Spagnolu)

 «  La vanité, encore qu’elle fleurisse, ne graine pas. » (Breton et Basque)

«  La vanité fleurit mais sans monter en graine. » (Espagnol)

«  La vaine gloire a des fleurs, et n’a point de fruits. » (Chinois)

«  Orgueil n’a pas bon œil. » (Colgrave, 1 611)