Babbu :

Père :

 

« Un babbu mantena centu fiddoli, centu fiddoli ùn poni mantena un babbu. » (v. ziteddi)

Un père peut faire vivre cent enfants, cent enfants ne peuvent faire vivre un père.

Stu pruverbiu, com’è quiddu chì suveta, moscia a piazza di u babbu in a sucietà corsa. u pilastru annant’à u quali si custruisci a famidda, a furturezza induva idda s’agrotta è si pruteghji, u sulaghjolu chì mantena u manghjà è u beni stà. Inveci i ziteddi ùn micca sempri ricunniscenti. In ritornu ùn micca sempri capaci d’assicurà u beni stà di u babbu.

Ce proverbe comme le suivant, illustre bien la valeur du père dans la société corse. Il est le pilier sur lequel se construit la famille, la forteresse dans laquelle elle se réfugie et se protège, le grenier qui peut garantir sa subsistance et son bien être. Par contre les enfants ne sont pas toujours reconnaissants. En retour ils n’assurent pas forcément le bien être du père.

«  Basta un padre a governare cento figliuoli e cento figliuoli non bastano a governare un padre. » (Talianu)

«  Un pare mantien diese fioi ; ma diese fioi no xe boni de mantegnir un pare. » (Veneto)

«  Na mamma fa pe centu figghi ; centu figghi non fannu pe na mamma. » (Calabria, chì  cedi a piazza à a mamma).

«  Un padre para cien hijos, y no cien hijos para un padre. » (Spagnolu)

«  Un père nourrira bien dix enfants, mais dix enfants ne nourriront point un père. » (Danois)

«  Neuf enfants trouvent place entre les bras de leur père, mais il n’y a jamais assez de place pour un père dans les maisons de neuf fils. » (Estonien)

«  Une mère nourit plus facilement sept enfants que sept enfants une mère. » (Alsacien, qui privilégie le rôle de la mère)

«  Un père vaut plus qu’une centaine de maîtres d’école. » (G. Herbert)

«  Un père soutient dix fils, mais dix fils ne peuvent soutenir un père. » (Polonais)

«  Ùn s’ chè un babbu è una mamma. »  (v. mamma)

On n’a qu’un père et une mère.

«  La mère est une divinité, le père un trésor. » (Telugu, Sud de l’inde)

« U babbu i stringhji, u fiddolu i spula. »  (v.risparmiu, ziteddi, avarizia)

Le père économise, le fils dilapide.

« Babbu pianta, figliolu spianta. »

Le père plante, le fils arrache.

 « Babbu incagna è figliu magna. »

Le père met de côté, le fils dévore.

U babbu, cunniscindu u so statutu di capu di famidda, pensa prima di tuttu à falla campà unestamenti è dignamenti. Sarà guidatu da a saviezza sempri pinsendu à u lindumani. U risparmiu ni faci parti. U fiddolu, sguciuratu, senza ingaghjamentu, senza freni, senza ubligazioni, ùn avarà micca i stessi primuri. Li piaciarà di più à parè è in quissa spidarà à spulera.

Le père, soucieux de son statut de chef et de soutien de famille, a pour préoccupation première de la faire vivre dignement. Il sera guidé par la sagesse qui consiste à penser au lendemain. L’épargne en fait partie. Le fils, insouciant, sans engagement, sans contrainte, sans obligation, n’aura pas les mêmes préoccupations. Il voudra davantage paraître et pour cela il dépensera sans compter. 

«  A padre avaro, figliuol prodigo. » (Talianu)

«  A pader avar, fioeu desperaa. » (Lombardia)

«  Pare che guadagna, fio che magna. » (Veneto)

«  A padre endurador, hijo gastador. » (Spagnolu)

«  A père amasseur, fils gaspilleur. » (Français)

«  A père avare, fils prodigue. » (Français)

« Tal calzu, tal maddolu, tal babbu, tal fiddolu. «   (v. sumidda, agricultura)

Tel cep de vigne, telle bouture, tel père, tel fils.

«  Come il padre, tale è il figlio. » (Talianu)

«  Tale pate tale figlio, tale mamma tale figlia. »(Campania)

«  Qual principio, tal fine. » (Talianu)

«  Qual proposta tal risposta. » (Talianu)

«  Quale il cappellano, tale il sacramento. »(Talianu)

«  Quale la pianta, tali i frutti. » (Talianu)

«  Quale uccello, tale il nido. » (Talianu)

«  Il ramo somiglia al tronco. »(Talianu)

«  Tal padrone, tal servitore. » (Talianu)

«  Tale il gregge, qual’è chi lo regge. » (Talianu)

«  Tale la padrona, tale la serva. » (Talianu)

«  Quale madre, tale figlia. » (Talianu)

«  Il ramp somiglia al tronco. » (Talianu)

«  De padre cojo, hijo renco. » (Spagnolu)

«  De tal padre, tal hijo. » (Spagnolu)

“De tal jarro, tal tepalate. » (Spagnolu)

«  De tal palo, tal astilla. » (Spagnolu)

 « Tel pied, telle bouture, tel père, tel fils. »

«  D’une bonne vigne prend le plant.» (Français)

«  D’une bonne mère prend la fille. » (Français,  rapprochement entre  la fille et la mère)

«  Tel arbre, tel fruit. » (Espagnol)

«  Telle maquerelle, telle putain. » (Espagnol)

«  Telle graine telle plante. » (Indien)

«  Tel pot, tel couvercle. » (Turc)

«  Tel prêtre, telle paroisse. » (Russe)

«  Tel maître, telle école. » (Allemand)

«  Tel homme, telle boutique. » (Tchèque)

«  Telle farine, telle bouillie. » (Lituanien)

«  Tel oiseau, tel nid. » (Lituanien)

«  Telle tête, telle casquette. » (Lituanien)

«  Telle graine, telle plante. » (Indien)

«  Tel don, tel donneur. » (Français)

«  Si l’eau est transparente d’en haut, elle est transparente d’en bas. » (Tels parents, tels enfants, Coréen)

«  Telle forêt, tel gibier. » (Géorgien)

«  D’un bon père sortira un bon fils. » (Oubykh  encore parlé en Turquie) 

«  Comme est le moule, ainsi est le gâteau. » (Malais)

«  Tel empereur, telle cour. » (Chinois)

«  Telle mère, telle fille. » (Juif, qui prend la mère comme exemple)

«  Tel curé, telle pénitence ; tel maître, telle ordonnance. » (Amharique  parlé en Ethiopie)

«  Telle chair, tel couteau. » (Italien)

«  Tel couteau, tel fourreau. » (Français)

« À u calzu sumiglia u magliolu, tale u babbu è tale u figliolu. » (v. ziteddi, campagna, agricultura)

Au pied de vigne ressemble la bouture. Tel père, tel fils.

« Di gattivu calzu ùn ne piglià magliolu, male u babbu, peghju u figliolu. »  (v. ziteddi, campagna, agricultura, diffarenza)

D’un mauvais pied de vigne ne prend pas bouture, mauvais est le père et pire est le fils.

«  De mauvais corbeau, mauvais œuf. » (Oudin, 1 640)

«  De mauvais grain jamais de bon pain. » (Meurier, 1 568)

«  De put oef, put oisel. » (Français XIII°s.)

«  De méchant œuf, méchant oiseau. » (Français)

« U figliu da u babbu esempiu piglia, simile à la mamma la figlia. » (v. sumidda, mamma, ziteddi)

Comme le fils prend exemple sur son père, la fille prend exemple sur sa mère.

«  Ugni pranzu allu cippu assimiglia cumi è la mamma è la figlia. » (Calabria)

«  Il figlio al padre s’assomiglia, alla madre la figlia. » (Talianu)

«  La buona madre la buona figliola. » (Talianu)

 «  Di buona terra to’ la vigna, di buona madre to’ la figlia. » (Talianu)

« Cabra por viña, cual la madre tal la hija. » (Spagnolu)

«  Por do salta la cabra, salta la chiva. » (Spagnolu)

 «  Telle mère, telle fille. » (Juif)

« Grandi l’ochji di un babbu mortu. »  (v. morti)

Grands sont les yeux d’un père mort.

« Ùn lu cunnoscu di babbu di mamma. »

Il ne le connaît ni par son père, ni par sa mère.

«  Ne connaître quelqu’un ni d’Eve ni d’Adam. » (Français)

« Chì pocu ghjudiziu è pocu ne piglia, corciu u babbu è corcia a famiglia. »  (v. ghjudiziu, tuntia, famidda, puvertà)

Pauvre père et pauvre famille là où l’intelligence est rare.

«  Quand on court après l’esprit, on attrape la sottise. » (Montesquieu)

« À babbu corciu, figliolu paladinu.  (v. tranchjara, ziteddi)

A père paresseux, fils travailleur (courageux).

«  Allegator, allegator, para buen desparramador. » (Spagnolu)

 «  A père avare, fils prodigue. » (Français)

« Quandu figlioli ùn nasce à chì li brama, un difettu u babbu è centu a mamma. » (v. mamma, difetti)

Lorsqu’un foyer n’a pas d’enfants alors qu’il en désire, c’est que le père a un défaut et la mère en a cent.

 « Chjamu Babbu à chì mi pani. »                    

« Chjamu à chì mi pani. »  (v . mamma, manghjà è bia)

Je considère comme mon père (ma mère) celui (celle) qui me nourrit.

«  Ama chi t’ama, rispondi a chi ti chiama. » (Talianu)

„Chi mi dà da mangiar, tengo da quello.“ (Talianu)

Colui è mio zio, che vuole il bene mio.” (Talianu)

“ A chi me da do pan, ghe diggo poae.“ (Liguria)

«  A quien te da el capòn, dale la pietna el alòn.“ (Spagnolu)

 «  Il est mon oncle qui mon ventre me comble. » (Français)

«  Avoir la reconnaissance du ventre. » (Français)

«  A qui te donne le chapon, donne-lui l’aile. » (Espagnol

 “I debiti di i babbi i paganu i figlioli.” (v. fiddoli, debiti)

 Les enfants paient les dettes de leurs parents.

« Babbu zoppu è mamma pregna, quali ci purtarà li legna ? » 

Le père est boîteux, la mère est enceinte, qui s’occupera des tâches ?

 Se dit d’une situation difficile, sans trop de solutions.

« Babbu zoppu è mamma pregna, quali ci purtarà li legna ? »   (v. difficultà)

Le père est boîteux, la mère est enceinte, qui s’occupera des tâches ?

 Se dit d’une situation difficile, sans trop de solutions.