Debiti, soldi impristati, soldi persi, ruina :

 Dettes, prêts, pertes, ruines : 

 

« Ùn parlemu di debiti à st’ora ! »

Ne parlons pas de dettes à cette heure-ci !

Parlà di debiti pari essa una discussioni pocu ben vista.

Si dici dinò quandu si voli arristà una cunvirsazioni micca vulsuta.

Parler de dettes ne semble pas être une conversation attendue.

Se dit aussi lorsqu’on veut interrompre une conversation non désirable.

« Ne parlons pas de ce qui fâche. » (Français)

« Hè megliu ad avanzà chè à deve. »

Mieux vaut être créditeur que débiteur.

«  Il n’y a pas de bon emprunt. » (Ladino)

«  Débarassez-vous de vos dettes avant de devenir prêteur. » (Juif)

« Qui doit n’a rien à soi. » (Auvergnat)

« Centu pinseri ùn accordanu u debitu. » (v.pinseri)

Le souci de la dette que l’on a ne suffit pas à l’effacer.

« Cent’anni di melancunia ùn pagani un soldu di debitu.

Cent ans de mélancolie ne paient pas un sou de dettes.

« Alcun pensier no paga mai debito. » (Talianu)

«  Cento libbre di pensieri non pagano un’oncia di debito. » (Talianu)

«  Un sach de fastidi no paga un quattrin de debit. » (Lombardia)

“ Sento panseri nu paga oun dì bito. » (Istria)

 «  Les pensées ne paient pas d’impôts. » (Allemand)

«  Les yeux sont libres d’impôts. » (Islandais)

«  La pensée ne paie pas de douane. » (Suédois)

«  Mille larmes ne paient pas une dette. »(Turc)

«  Mille pensées n’ont jamais payé une seule dette. » (Juif)

«  Erreur ne fait pas compte. » (Français)

«  Le chagrin ne paie pas les dettes. » (Allemand)

«  L’emprunt est le premier-né de la pauvreté. » (Peul, Afrique)

«  La bonne volonté n’est pas un acompte. » (Anglais)

« U pentimentu ùn aconcia affari. »

Le repentir ne règle pas les affaires.

“I chjachjari ùn pagani i debiti.”  (v.diciaredda)

Les bavardages ne paient pas les dettes.

« Il n’est pire pauvreté que les dettes. » (Indien)

« E belle parolle facenu a metà di u pagamentu. » 

« U parlà bè hè a mità di u pagamentu. » (v. parlà)

Les bonnes paroles paient la moitié de votre achat.

« Bonnes paroles valent plus qu’elles ne coûtent. » (Auvergnat)

« Fà debiti è ùn ti lascià perì, chì vinerà a morte è pagarò cusì. »

Fais des dettes et ne te laisse pas mourir car la mort viendra et tu seras quitte ainsi.

«  A pagare e a morire c’è sempre tempo. » (Talianu)

«  Prendi a credito, a pagare ci pensi poi. » (Talianu)

«  Alla morte e al pagamento indugia quanto puoi. » (Toscana)

«  A pagàa e a murii s’è sempru a temp. » (Canton Ticino)

«  De pagar e de morir xe sempre tempo. » (Venezia Giulia)

«  A pagà e a môi gh’è sempre tempo. » (Liguria)

«  El deudor no muera, que la deuda en pie se queda. » (Spagnolu)

 «  Qui terme a, ne doit rien. » (Français)

« Le terme vaut l’argent. » (Français)

«  Les dettes qu’on paie font des trous ; celles qu’on ne paie pas font des taches. » (Digeste Catholique, 1948)

«  Puisse le débiteur ne pas mourir, la dette s’éteindrait avec lui. » (Espagnol)

« Debiti vechji ùn si ni paga è i novi si lasciani invichjà. » 

Les vieilles dettes ne se paient pas et les récentes se laisssent vieillir.

« I debiti novi si lascenu invichjà. »

On laise vieillir les dettes récentes.

«  Les vieilles dettes ne se paient pas ; les nouvelles se laissent vieillir. » (Amérique latine hispanophone)

«  Mieux vaut de vieilles dettes que de vieilles rancunes. » (Gaélique)

 « Qui réclame une vieille dette cherche une dispute nouvelle. » (Catalan)

«  L’emprunt est le premier-né de la pauvreté. » (Peul, Afrique)

 « Vargugna è debiti passani prestu. »

« Vargugna è tigna passani prestu. »  (v. vargugna)

La honte et les dettes s’oublient vite.

«  La honte passe, les dettes restent. » (Proverbe Chinois qui accorde beaucoup plus de  résistance aux dettes)

«  La honte court comme le feu. » (Proverbe Berbère qui indique que la honte se propage rapidement)

«  L’homme a quatre membres, le cinquième est la honte. » (C’est tout aussi utile) (Africain) 

À u cuntrariu i debiti hani un carattaru sprizzanti in i pruverbii chì suvetani :

Au contraire les dettes ont un caractère dévalorisant dans les proverbes:

«  Mieux vaut mourir que de vivre endetté. » (Persan)

«  Il n’est pire pauvreté que les dettes. » (Indien)

« Hè meddu centu franchi di debiti chè un francu di vargugna. »  (v. vargugna)

Il vaut mieux cent francs de dettes qu’un franc de honte.

« Chì conta senza l’osteraghju, conta duie volte. »  

Celui qui compte sans le restaurateur (le vendeur) compte deux fois.

« Chì paga prestu paga dui volti. » (v. niscintria,  bravezza)

Celui qui paie trop tôt vite deux fois.

«  Chi dà per primo dà due volte. » (Talianu)

«  Chi paga subito, paga due volte. » Talianu)

«  Non fare il conto senza l’oste. » (Talianu)

«  Chi paga prestu, paga dui voti. » (Calabria)

«  Quien da primero da dos veces.“ (Spagnolu)

«  Qui tôt l’accorde donne deux fois. » (Français)

«  Qui paie mal paie deux fois. » (Français)

«  Qui compte sans son hôte, il compte deux fois. » (Français)

«  Pour payer et mourir on a toujours le temps. » (Espagnol)

« Chì ùn pò fà e spese brusgi a barca. »

Quand on ne peut pas l’entretenir on brûle le bateau.

« Donna (moglia) chì spende più ch’ella ùn hà dota, a so casa hè prestu biota. »  (v. casa, donna, matrimoniu, spindiera)

Si on dépense plus que ce que l’on possède, la maison se vide rapidement.

« À forza di caccià è d’ùn metta, a butti canta. » (v .esagerazioni, spindiera )

En soutirant sans cesse sans en  rajouter, le tonneau finit par sonner creux.

«  Cavare e non mettere, vien male al sacco. » (Talianu) 

«  Chi cava e non mette, le possessioni si disfanno. » (Talianu)

«  Non mettere e cavare, si seccherebbe il mare. » (Talianu)

 «  Trop de profit crève les poches. » (Français)

« Soldi chersi, soldi persi. »

Argent demandé, argent perdu.

« À chì impresta, ci resta. »  (v. bravezza)

Celui qui prête y est de sa poche.

Ci hè una certa paura à pristà, a paura di veda u so prestu persu par u sempeternu, micca resu o resu in cattivu statu.

Il existe une certaine réticence à « prêter », avec une grande peur de voir son « prêt » perdu , non retourné ou rendu en piteux état.

“ Chi presta, male innesta. » (Talianu)

«  Chi presta perde la vesta. » (Talianu)

«  Chi presta, tempesta. » (Talianu)

« Chi presta tempesta e chi accetta fa la fasta. » (Talianu)

«  Chi impresta, perdi la resta, chi dona, perdi la corona. » (Istria)

«  Chi impresta, perde il collo e la testa. » (Talianu)

«  Cui ch’al impreste al piart la creste. » (Friuli)

«  A dineros pagados, brazos quebrados. » (Spagnolu)

 «  Prêter argent fait perdre la mémoire. » (Français)

«  Qui prête de l’argent sans garantie perd l’argent et l’ami. » (Français)

«  Prêter, c’est acheter une querelle. » (Indien)

«  Ne soyez ni un emprunteur, ni un prêteur ; car souvent on perd le prêt et l’ami, et l’emprunt... » (Shakespeare)

«  Qui prête son aiguille sans gage en perd l’usage. » (Limousin)

«  L’ânesse empruntée est vite blessée au dos. » (Arabe)

«  Argent emprunté s’en va en riant et revient en pleurant. » (Turc )

« Dinari impristati, nimici acquistati. »

Argent prêté, ennemi acquis.

« Soldi impristati insalvatichisciani. »  (v. soldi, numicizia)

L’argent prêté rend le gens sauvages.

«  Chi presta perde l’amico e il denaro. » (Talianu)

«  Chi dà a credenza spaccia assai, perde l’amico e denar non ha mai. » (Talianu) 

«  Se vuoi farti un nemico, prestali quattrini. » (Talianu)

«  Chi vende a credenza spaccia assai, perde l’amico, e il danaro non ha mai. » (Talianu)

«  Chi impresta pèrd la testa, l’amich e i guadrin. » (Marche)

«  A imprestà sold ai amis, se perd i sold e po i se fa nemis. » (Lombardia)

«  Quie donat at s’amigu su sou, perdet s’amigu et i su sou. » (Sardegna)

«  Chi presta si fa mille nemici. » (Talianu)

«  Les dettes sont les ciseaux de l’amitié. » (Arabe)

«  Prêter c’est entretenir la haine. » (Arabe)

«  Pour emprunter - ami,  pour rendre - ennemi. » (Lituanien)

«  Prêter à un ami c’est perdre et l’argent et l’ami. » (Anglais)

«  Qui prête à l’ami perd ou double. » (Français)

«  Ami au prêter, ennemi au rendre. » (Français)

 «  Argent emprunté s’en va en riant et revient en pleurant. » (Turc)

 «  Prêter c’est entretenir la haine. » (Arabe)

«  Ne soyez ni un emprunteur, ni un prêteur ; car souvent on perd le prêt et l’ami, et l’emprunt. » (Shakespeare).

 « Pari un soldu novu. »  (v. qualità)

«  Limpio como una patena. » (Spagnolu)

«  Propre comme un sou neuf. » (Français)

« Impiccatu pà u coddu. »

Il est pris par le cou.

« Infangatu sin’à u coddu. »

Il est embourbé jusqu’au cou.

«  Estar lleno de trampas. » (Spagnolu)

 «  Endetté jusqu’au cou. » (Français)

« Perdita di dinari ùn hè morti d’omu. »

«  Plaie d’argent n’est pas mortelle. » (Français)

« À chì camina, si ruina. »

Les voyages sont une ruine.

« Pulitica è tribunali sò ruina di u casali. »  (v. pulitica, ghjustizia)

La politique et le tribunal sont la ruine de la maison.

« Donna chì pienghje trama ruina. »  (v. donna)

Femme qui pleure entraîne la ruine.

« Donna di spechju, ruina di casa. » ( v. casa, donna)

Femme qui prend trop soin de sa beauté est  une ruine pour la maison.

«  Donna bella dura pocu. » (Talianu)

«  Dueña que mucho mira, poco hila. » (Spagnolu)

«  La mujer del ciego, para quién se afeita ? » (Spagnolu)

«  Fille qui trop se mire, peu file. » (Français)

«  Plus une femme regarde dans son miroir, moins elle regarde sa maison. » (Anglais )

«  La femme de l’aveugle, pour qui se pare-t-elle ? » (Espagnol)

«  Qui son visage farde à son cul pense. » (Italien)

« Dà di culu in chjappa. »

«  Faire faillite. » (Français)

« Chì paga debitu face capitale. »

Celui qui paie ses dettes se fait un capital.

« Chì paga rimpatta. »

Celui qui paie se refait.

« Chì impatta si rifaci. »

Celui qui équilibre son budget se refait.

« Chi paga debite fa capitale. » (Talianu)

«  Quien debe y paga, no debe nada. » (Spagnolu)

«  Qui paye ses dettes s’enrichit. » (Français)

« Qui doit et paie s’enrichit. » (Catalan)

«  La plus grande vertu d’un débiteur, c’est de payer sa dette. » (Russe)

« Qui doit n’a rien à soi. » (Auvergnat)

« Contu mal fattu è muneta falza, ùn facenu pagamentu. »

Les comptes mal faits et la fausse monnaie ne sont pas des règlements.

« Deci franchi di lacrimi ùn pagani deci centimi di debitu. »

Dix francs de larmes ne paient pas dix centimes de dette.

« Rigalinu hè mortu. »  (v. ricchezza, rigali, soldi)

Celui qui offre des cadeaux est mort.

“ Rigalo è morto e Donato sta male.” (Talianu)

“ Donato è morto e Cortesia (Ristoro) sta male.” (Talianu)

“ Regalà è mmorto e Ddonato sta ppe’ morì.” (Lazio)

“ Buteiga nu vol meisisia. » (Istria).

 «  Le roi qui donne des cadeaux est déjà mort. » (Lituanien)

«  Crédit est mort, les mauvais payeurs l’ont tué. » (Italien)

“I debiti di i babbi i pagani i fiddoli.” (v. fiddoli)

Ce sont les enfants  qui règlent les dettes de leurs parents.

« Lascià u debitu accesu. »

Ne jamais rembourser une dette.

« Pagà cù a strumbula (sfrombula). »

«  Payer en monnaie de singe. » (Français)

« Metta un chjodu. »

Planter un clou.

«  Planter un drapeau. » (Français)

«  Avoir une ardoise. » (Français)

« Moglia bella è soldi in prestu, finiscenu prestu. »

Une jolie femme et de l’argent prêtés, disparaissent vite.

« Hè megliu centu franchi di debiti chè un francu di vergogna. » (v. vargugna)

Mieux vaut cent francs de dettes qu’un franc de honte.

« Cumprà à pagherò. »

Acheter à crédit (Sans espoir de règlement).

« Caru cum’è u sangue. »

D’une grande chèreté. Aussi cher que le sang.

« Pusà di culu in chjappa. »

Être assis sur les fesses par terre.

Si dici di un cumircianti chì ùn paga micca i so debiti. Quiddi chì aspettani i so soldi li calavani i braghi è u facivani pusà annant’à u pavimentu.

Se dit d’un commerçant qui ne règle pas ses dettes. Ses créditeurs lui baissaient le pantalon et le faisait asseoir sur la dalle.