Diu :

Dieu :

 

Avemu, à spissu, insistutu annat’à l’impurtanza di Diu è di a riligioni in a vita è in a cultura di a Corsica. I pruverbii, anch’iddi, ciambottani in sta cridenza.

Nous avons à maintes reprises, souligné l’importance de Dieu et de la religion dans la vie et la culture de la Corse. Les proverbes aussi baignent dans cette croyance.

« Diu hà fattu tutti l’omi di ilstessu sangue. Atti di l’Apostuli. »  (v.Diu)

Dieu a fait tous les hommes avec le même sang (tous égaux). Actes des Apôtres.

« À chì si muta, Diu l’aiuta. »

«  Chi si muta, Dio l’aiuta. » (Talianu)

«  Chi s’aiuta, Dio l’aiuta. » (Talianu)

«  A mani monda, Dio gli dà da mangiare. » (Talianu chì faci rifarenza piuttostu à u povaru)

«  Aiutati che Dio t’aiuta. » (Talianu)

«  Aiùtet te, ch’at aiutarò anca me. » (Emilia)

«  Uta ! uta ! s’t’vù e’ Signor ch’u t’aiuta. » (Romagna)

«  O cielo dice : aiutate ca Dio t’aiuta.” (Campania)

«  A tela ordita, Dio manda filo. » (Talianu)

«  El Signor el dis : juttet che te juttaroo. » (Lombardia)

«  Chi no s’aiuta, se nega.” (Trentino)

«  Chi è in tenuta, Dio l’aiuta. » (Talianu)

«  Beato chi ghe n’ha. » (Lombardia)

«  Chi lavora, Dio gli dona. » (Talianu)

«  Chi lavora, Dio ghe dona, chi non lavora piocci e rogna. » (Veneto)

«  ‘U spruvistu l’aiuta Cristo. » (Calabria)

«  Ayúdate y ayudarte he. » (Spagnolu)

«  A quien madruga, Dios le ayuda. » (Spagnolu)

«  A Dios rogando, y con el mazo dando. » (Spagnolu)

«  Dieu aide qui s’aide soi-même. » (Africain)

«  A qui se lève le matin, Dieu aide et prête la main. » (Français)

«  Dieu donne fil à toile ourdie. » (Français)

«  Aide toi, le ciel t’aidera. » (Français)

«  Dieu nourrit les oiseaux qui s’aident de leurs ailes. » (Suédois)

«  Prie Dieu et continue à ramer vers le rivage. » (Russe)

«  Dieu récompense celui qui se lève de bonne heure. » (Polonais)

«  Demande au ciel une bonne récolte et continue à labourer. » (Slovène)

«  Dieu travaille avec qui travaille. » (Grec)

«  Aide-toi, Athéna t’aidera. » (Grec)

«  Le bon Dieu aide le marin, mais celui-ci doit ramer lui-même. » (Suédois)

« Dieu nous donne des mains mais il ne bâtit pas les ponts. » (Arabe)

« Un cori allegru, Diu l’aiuta. »

Aux cœurs joyeux, Dieu vient en aide.

«  Uomo allegro, il ciel l’aiuta. » (Talianu)

«  Cuor contento il ciel l’aiuta. » (Talianu)

«  Core content el ciel le jutta. » (Lombardia)

„ Gente allegria el siel l’aiuta. » (Veneto)

«  Même Dieu aime les bons. » (Géorgien)

«  Dieu habite dans un cœur honnête. » (Japonais)

«  Dieu fait le nid de l’oiseau aveugle. » (Turc)

« À chì ùn temi à Diu ùn temi à nissunu. »

Qui ne craint Dieu ne craint personne.

«  Chi conta senza Dio , non conosce l’aritmetica. » (Talianu)

“U timore di Diu hè u cumenciu di a saviezza.”  (v.saviezza)

La crainte de Dieu est le commencement de la sagesse.

 “Chì Diu circa, Diu trova.”

Qui cherche Dieu, le trouve.

«  Si Dieu n’existait pas, il faudrait l’inventer. » (Voltaire)

«  Dieu est le seul être qui, pour régner, n’ait même pas besoin d’exister. » (Baudelaire)

« Qui a confiance en Dieu aura un jour mieux. » (Basque)

 « Chì sbaglia è face amenda, cù Diu regna. »  (v. piccatu)

Qui faute et se repent, règne avec Dieu.

“ Peccato perdonato è mezzo confessato. (Talianu)

«  Péché célé est à demi pardonné. » (Prov. Gallica)

«  Faute avouée est à moitié pardonnée. » (Français)

«  Qui avoue sa faute, Dieu la lui pardonne. » (Arabe)

«  Vieux péché nouvelle honte. » (Français)

«  A tout péché miséricorde. » (Français)

« A man’ di Diu. »

Les bontés, les miracles  de Dieu.

« Chì ghjetta a petra à Diu, in capu li ritorna. »

La pierre jetée à Dieu retourne à celui qui l’a jetée.

«  Celui qui jettera de la boue au soleil ne l’atteindra pas et la boue retombera sur lui. » (Géorgien)

« Chi contra a Dio gitta pietra in capo gli torna. » (Talianu)

«  Le crachat que tu jettes contre le ciel, retombe sur ta face. » (Basque)

« Un solu Diu ma parechji santi. »

Un seul Dieu et plusieurs saints.

« Incù Diu solu si pò campà, ma incù un santu solu nò. »

On peut vivre avec un seul Dieu, mais pas avec un seul saint.

„Diu ti franchi da u focu, da l’acqua è da i falzi titimogni.“

Dieu te protège du feu, de l’eau et des faux témoins.

« Diu ti franchi di u pidochju rifaticciu. »

Dieu te protège du gredin parvenu.

« Diu ti guardi da pidochju risaglitu è da riccu impuveritu. »  (v. ricchezza, sfiducia)

Dieu te protège du parvenu et du riche appauvri.

«  Dio ti  guardi da un ricco impoverito e da un povero arricchito. » (Talianu)

«  Diu ti guardi ‘e riccu cadutu e de pezzenti arricchisciutu. » (Calabria)

«  Dai ricchi impoveriti, prega Dio che t’aiuti. » (Talianu)

«  Dio te guarde de ricche ‘mpezzentute.” (Campania)

“ No pidas a quien pidiò, ni sirvas a quien sirviò.” (Spagnolu)

«  No se acuerda la vaca de cuando fue ternera. » (Spagnolu)

 «  Les anciens mendiants ne sont pas charitables, les anciens serviteurs sont de mauvais maîtres, les parvenus sont toujours durs. » (Français)

«  Les parvenus oublient facilement leur modeste origine. » (Français)

«  Vilain enrichi ne connaît parent ni ami. » (Français)

« Mettasi in man di Diu. »

«  Recommander son âme à Dieu. » (Français)

« Chè lu sia per l’amor’ di Diu. »

Ainsi soit-il pour l’amour de Dieu.

« In un ora Diu lavora. »

En une heure Dieu fait un travail miraculeux.

«   En peu d’heures, Dieu labeure. » (Français)

«  Dieu écrit droit avec des lignes courbes. » (Portugais)

« Appii fedi è Diu pruvvedi. »

Aie la foi, Dieu t’aidera.

“ A chi crede, Dio provvede.” (Talianu)

“ Provvedi che Dio provvede. » (Talianu)

“ Cui ch’al sta cun Diu, Diu al sta cun lui. » (Friuli)

«  Dio vede e provvede. » (Talianu)

“A qui aide Dieu, nul ne peut nuire ni dommager.” (Basque)

 «  Un homme sans foi : je ne sais ce qu’il faut en faire. Un grand char sans joug, un petit char sans collier, comment peut-on le faire avancer ? » (Confucius)

Menu cunfidenza in a citazioni :

Moins de confiance en la foi dans la citation :

«  La foi soulève des montagnes, oui ; mais des montagnes d’absurdité. » (André Gide)

« Ùn trema una foglia chì Diu ùn voglia. »

Il ne tremble pas une feuille que Dieu ne veuille.

«  Non si muove foglia che Dio non voglia. » (Talianu)

«  Non cade foglie che Dio non voglia. » (Talianu)

« En été et en hiver il pleut quand Dieu veut. » (Basque)

“Lampa in tarra è spera in Diu.” (v.agricultura)

Sème dans la terre et prie Dieu.

„ Butta in terra e spera in Dio.“ (Talianu)

 «  Sème, Dieu fera pousser. » (Berbère)

«  Pour récolter il faut d’abord semer.

«  Il faut semer qui veut moissonner. » (Français).

« Ùn ti fidà di i signati di Diu. »

« Vardati da i signati di Diu. »

Méfie toi de ceux qui sont marqués du doigt de Dieu.

“ Ùn aghi fedi nè in i goffi nè in i zoppi.” (v. sfiducia )

Méfie toi de ceux qui sont marqués du doigt de Dieu. (Bossu, boîteux…)

“ Guardati dai segnati di Dio. » (Talianu)

“ Vardati dai mila segnà. » (Piemonte)

«  Allé lacrime di un erede, è ben matto chi ci crede. » (Talianu)

«  A le lagreme de un erede, xe mato chi ghe crede. » (Veneto)

«  Al vaér de chel che rita no ge faié gran cont. » (Valli ladine del Trentino)

 «  Crains celui qui ne craint pas Dieu. » (Arabe)

«  Défie-toi du bœuf par devant, de la mule par derrière et du moine de tous les côtés. » (Cervantes) 

«  Bigle, borgne, bossu, boiteux ne t’y fie si tu ne veux. » (Français)

« Diu ti libari di a collara di i mansi. »

Dieu te protège de la colère des doux.

«  Craignez la colère de la colombe. » (Français)

« Ugnunu per se è Diu per tutti. »  (v. individualisimu)

“ Ciascuno per sé e Dio per tutti.” (Talianu)

«  Chacun pour soi et Dieu pour tous. »  (Français)

« Diu ti salvi ! »

Dieu te sauve !

«  Dios sea commigo ! » (Spagnolu)

 «  Dieu me vienne en aide ! » (Français)

« Diu ci ne liberi ! »

Dieu nous en libère !

«  Dios nos libre ! » (Spagnolu)

 «  Dieu nous en préserve ! » (Français)

« Diu mi ne guardi ! »

Dieu me protège !

“ Dios le guarde a usted.” (Spagnolu)

 «  Dieu vous garde ! » (Français)

« Diu  ti guardi di chì ùn hà russore.”

Dieu te préserve de ceux qui ne rougissent pas.

“Diu u (vi) benedica !”

“ Dios te ayude !” (Spagnolu)

«  Dieu le  (vous) bénisse ! » (Français)

« Diu ti campi è Diu t’arregni ! »

Dieu t’assiste et t’accueille dans son royaume !

« Duve si manduca, Diu ci cunduca ! »  (v. manghjà è bia)

Dieu nous conduise là où il y a de la nourriture !

« Un n’hè nè di Cristu nè di Diavuli. »

 «  Non tenere ne da Cristo ne da diavolo. » (Talianu)

«  Ne croire ni à Dieu ni à diable. » (Français)

« Diu ti libari di u focu ardenti è di a lingua maldicenti. »  (v. diciaredda, sfiducia)

Dieu te préserve du feu violent et de la médisance.

«  Foulure de bouche ne peut être massée avec du beurre. »  (Calomnie grave causée par la parole) (Amharique, parlé en Ethiopie) 

«  Les traits de la médisance et de la calomnie sont acérées par les deux bouts ; ils blessent souvent la main qui les enfonce. » (Indien)

A maldicenza veni à spissu da quiddi chì hani calcosa à rimpruvarassi.

La médisance vient souvent de ceux qui ont qqch. à se reprocher.

«  On n’est sali que par la boue. » (Français)

«  Qui est dans le bourbier y voudrait mettre autrui. » (Espagnol)

« Diu ti libari di u focu ardenti d’acqua currenti è di falzi tistimogni. »  (v. sfiducia)

Dieu te protège du feu violent, de l’eau courante et des faux témoignages.

« Diu ti libari di legnu di punta è di donna di traversu. »

Dieu te protège du bois d’étai et de la femme de travers.

« Diu ti  libari da un cattivu vicinu è da un principianti viulinu. »  (v. vicinu, sfiducia)

Dieu te préserve d’un mauvais voisin et d’un apprenti violon.

«  Dio ti salvi da cattivo vicino, e da principiante di violino. » (Toscana)

«  A cattivi vicini, non prestar mai quattrini. » (Talianu)

«  Chi ha cattivo vicino, ha mal mattino. » (Talianu)

«  Chi ha mal vicino, ha il mal mattutino. » (Talianu)

«  Cativa vicinanza, pèg dei dolor de panza. » (Lombardia)

 «  Qui a mal voisin a mal matin. » (Français)

«  Qui a fille, vigne ou jardin, doit se garder de son voisin. » (Allemand)

«  Le mauvais voisin donne une aiguille sans fil. » (Brésilien)

« Diu ti guardi da gregale torbidu è da scilloccu chjaru. »     (v. tempu chì faci)

Dieu te préserve du gregale (vent d’est) trouble et du siroco (vent du sud)  clair.

«  Quando mina lu gregala, non cacciara e non piscara. » (Calabria)

«  Scilocco di ‘nvernu, acqua a lu mumentu. » (Sicilia)

«  Sciroccu, ogghi tiro, domà scrocco. » (Marche)

 «  Vent au visage rend le marin sage. » (Français)

« I sicreti di Diu, nè tù, nè eiu. »

Ni toi, ni moi, ne connaissons les secrets de Dieu.

« Il n’appartient qu’à Dieu d’être seul. » (Arabe)

« Si Diu voli. »

Si Dieu veut.

«  Acerca del poder de Dios ninguna cosa es imposible. » (Spagnolu)

«  Comme il plait à Dieu. » (Français)

«  Au pouvoir de Dieu il n’est rien d’impossible. » (Espagnol)

« Diu hà fattu è Diu farà. »

Dieu a fait et fera encore. (Incitation à la patience et à la confiance)

« À a grazia di Diu. »

«  Dios dirá. » (Spagnolu)

«  A la grâce de Dieu. »  (Français)

« In ogni casa, Diu hà una cameretta. »

Dieu a sa place dans chaque maison.

Stu pruverbiu moscia u carattaru catolicu di a sucietà corsa. Diu hè sempri prisenti, ad ugni mumentu. Hè sempri vicinu parchì t’hà a so stanza in ugni casa.

Ce proverbe illustre bien le caractère très catholique de la société corse. Dieu est toujours présent, à tout moment. Il est toujours très proche car il a une chambre dans chaque maison.

« Quandu Diu vole casticà, toglie u ghjudiziu. »  (v. ghjudiziu)

  Lorsque Dieu veut punir il enlève le jugement.

«  A chi Dio vuol castigare, leva il cervello. » (Toscana)

 «  Jupiter rend fou ceux qu’il veut perdre. » (Français)

« À chì pecca è po s’amenda, cù Diu vive è regna. »

Qui pêche et se corrige, vit et règne avec Dieu.

« À chì faci da omu, à chì faci da Diu. »

Certains se comportent en homme et d’autres en Dieu.

Cumpurtamentu dubitosu in stu pruverbiu.

Comportement énigmatique à travers cette expression.

« Si Diu nun voli, Santu ùn ci pò. »

Si Dieu ne veut pas, Le Saint ne peut rien faire.

« U pane hè u primu fruttu di Diu. » (v.manghjà)

Le pain est le premier fruit de Dieu.

« Ciò chì hè scrittu in celu, in terra accade. »

Ce qui est écrit dans le ciel arrive sur terre.

«  Zoccu è datu da Diu, nun pò mancari.“ (Sicilia)

 « Tutt’erba chì guarda insù hè tutt’erba di Ghjesù. » (v. agricultura)

Toute herbe à port érigé est comestible.

«  Ogni erba che guarda in sù, ha la sua virtù. » (Talianu)

 « Ancu Ghjesucristu si fece a barba avanti à l’apostuli. »   (v. individualisimu)

Jésus Christ lui-même se fit la barbe avant les apôtres.

«  San Pietru s’ha fattu prima ‘a varba sua. » (Calabria)

«  La caridad bien ordenada empieza por uno mismo. » (Spagnolu)

«  Primero son mis dientos que mis parientes. » (Spagnolu)

«  Si quieres ser bien servido, sìrvete a ti mismo. » (Spagnolu)

 «  Charité bien ordonnée, commence par soi-même. » (Français)

«  On n’est jamais si bien servi que par soi-même. » (Ch.-G.Etienne)

«  Le pope bénit d’abord sa barbe. » (Grec)

«  Le prêtre baptise d’abord son propre enfant. » (Gaélique)

«  La bonne lavandière lave sa blouse d’abord. » (Espagnol)

« Alistru ùn perdona mancu à Cristu. »  (v. paesi)

Alistru ne pardonne même pas à Dieu. (Très rancunier)

« U tempu u dà (u manda) u Signori.” (v. tempu chì faci)

Le maître du temps, c’est Dieu.

«  Les savants font l’almanach, et Dieu fait le temps. » (Allemand)

«  Aucun homme ne peut mettre à l’attache le temps et la marée. » (Gaélique)

U tempu hè difficiuli ad ammaistrà, difficiuli à misurà sicondu u locu, l’attività, a cultura… Solu Diu hè patronu di u tempu, com’è a dicini i pruverbii. U pesu di u tempu, i so benifatti parmettani di calmà i dulori è i peni incù l’aiutu di u sminticu o di l’appuculera di a dura rialità. Tempu chì guarisci, tempu galant’omu, tempu tistimognu, tempu induvinu, tempu prufissori di pacenzia…

Le temps difficile à maîtriser, difficile à évaluer selon le lieu, l’activité, la culture… Seul Dieu est maître du temps comme semblent l’indiquer les proverbes. Le poids du temps, ses  bienfaits permettent de calmer les douleurs et les peines à l’aide de l’oubli ou de l’atténuation des dures réalités. Temps guérisseur, temps galant homme, temps témoin, temps prophète, temps professeur de patience…

« U Signori faci u fritu sicondu i panni. »

Dieu donne le froid selon le drap.

«  Dio manda il freddo secondo i panni. » (Talianu)

«  Dio misura il vento all’agnello tosato. » (Talianu)

«  Diu manna friddu ppè quantu c’è panni. » (Calabria)

“ Deijo dà al frido sagundo i abiti.” (Istria)

«  El Signor è bon compagn, manda ‘l fredd second i pagn. » (Marche)

«  Dios da el frio según la ropa. » (Spagnolu)

 «  Dieu mesure le froid à la brebis tondue. » (Français)

«  A brebis tondue Dieu mesure le vent. » (Henri Estienne)

« Quand Dieu donne du pain dur, il donne aussi des dents dures. » (Africain)

« Chì u Signori li tenga a so mani in capu. »

Que le seigneur pose sa main- sa grace- sur sa tête.

« U signore chjode una porta è apre una finestra. »

Il ne faut pas perdre espoir car Dieu sait ce qu’il fait.

«  Iddio chiude un uscio e apre una finestra. » (Talianu)

«  Deus tancat unu balcone et aberit una janua. » (Sardegna)

«  Diu chiudi ‘na porta e grapi un purticatu. » (Sicilia)

«  S’Iddio serra ‘na porta, apre un portone. » (Lazio)

«  Dios que da la llaga da la medicina. » (Spagnolu)

 «  Dieu qui donne la plaie donne le remède. » (Français)

«  Lorsque Dieu ferme une porte il en ouvre toujours autre. » (Arabe)

«  Dieu ne casse jamais une jambe sans indiquer à la victime comment elle doit marcher. » (Africain)

«  Ce que Dieu trempe, Dieu le sèche. » (Auvergne)

«  Dieu donne la gale, mais il donne aussi des ongles pour gratter. » (Français)

«  Dieu qui a donné des dents a aussi donné le pain. » (Indien)

« Stà à casa di Cristu. »

Il habite la maison de Dieu. (Maison inconnue, un lieu perdu)

« Habiter au diable vauvert. » (Français)

« Dì chì Cristu hè un ghjaddu. »

Il dit que Jésus Christ est un coq. (Dire des idioties)

« Mortu Cristu, spentu u lume. »  (v. festi)

Point de salut sans Dieu.

« Ghjur’ lu Cristu ! »

Nom de Dieu !

 «  Por Dios ! » (Spagnolu)

«  Au nom du ciel ! »  (Français)

« Hà inchjudatu à Cristu. »  (v. cattivezza)

Capable de clouer le Christ.

« Ribatte i chjodi à Cristu. »

D’un mauvais sujet, d’un sacripant.

« Manghja Cristu è caca diavuli. »  (v. cattivezza)

Quelqu’un de mauvais, à la langue pendue.

« Magna santi e caca diavuli. » (Talianu)

«  La cruz en los pechos, y el diablo en los hechos. » (Spagnolu)

“ No tener fe ni ley.” (Spagnolu)

«  Entrar con todas, como la roamna del diablo. » (Spagnolu)

 «  Qui sème la discorde, travaille pour la grange du diable. » (Alsacien)

«  Tel a le chapelet en main, qui a le diable au corps. » (Espagnol)

«  Il mangerait le diable et ses cornes. » (Français)

«  N’avoir ni foi ni loi. » (Français)

«  Ne craindre ni Dieu ni diable. » (Français)

«  Ce n’est pas un enfant de chœur. » (Français)

«  Bouche de miel, cœur de fiel. » (Français)

« Ùn pardona nè à Cristu nè à Diavuli. »  (v. cattivezza)

Il ne pardonne à personne.

« Si Cristu era balaninu, sarebbe statu un ladru fine. »  (v. paesi, arubbera) 

Si Dieu avait été balanin, il eut été un fin voleur.

« N’hà fattu quant’è i ghjudei à Cristu. »  (v. cattivezza)

En faire autant que les juifs au Christ.

«  En faire de toutes les couleurs. » (Français)

«  Faire les quatre cents coups. » (Français)

« Scapa Cristu di U Purettu ! »   (v. paesi)

Ceux de U Purettu décapitent le Christ ?

« L’omu prupone, Diu dispone. » (v. omu)

«  L’uomo propone e Dio dispone. » (Talianu)

«  El hombre pone y Dios dispone. » (Spagnolu)

«  L’homme propose et Dieu dispose. » (Français)

«  L’homme propose et Dieu dispose, et la voie de l’homme n’est pas dans le pouvoir de l’homme. » (T.A Kempis)

«  L’homme s’agite, mais Dieu le mène. » (Fénelon)

« Una bucia, una voglia chì Diu n’ùn voglia. »  (v. bucia, voddi)

Il n’est pas un mensonge, pas une envie que Dieu ne veuille.

«  Quando dio ‘u vò i Santi fanno i surdi. » (Calabria)

 «  Là où Dieu veut, il pleut. » (Français)

 «  A qui dit la vérité donnez-lui un cheval afin qu’il puisse se sauver après l’avoir dite. » (Russe)

«  Mieux vaut une amère vérité qu’un doux mensonge. » (Russe)

A bucia hè un difettu cundannatu è righjittatu da veru in a cultura corsa. Si piazza par di bonu à u scaleddu u più bassu  annant’à a scala di i valori umani. Ùn si pò truvà scusi. Solu Diu, par necessità, pò parmettala o vulella.

Le mensonge est un défaut condamné et rejeté très fortement dans la culture corse. Il se situe très nettement à l’un des derniers barreaux du bas de l’échelle des valeurs humaines. Il est inexcusable.  Seul Dieu, par necessité,  semble le permettre ou le vouloir.

Pari truvà una scusa in circunstanzi particulari in altri culturi :

Il semble être excusé dans des circonstances particulières dans d’autres cultures :

 «  Il y a des circonstances où le mensonge est le plus saint des devoirs. » (Eugène Labiche)

«  Le mensonge adoucit les mœurs. » (Georges de Porto- Riche)

«  Le mensonge est l’arme des forts. » (Michel Zevaco)

«  Beaux mensonges aident. » (Français, XIII° s.)

« Hè megliu à cumbatte cù u Signore ca cù i santi. »   (v. prudenza, sicurezza)

“ Donde hay patròn no manda marinero.” (Spagnolu)

«  Más puede Dios que sus santos. » (Spagnolu)

«  Donde hay patròn no manda marinero.” (Spagnolu)

«  Il vaut mieux avoir affaire au bon Dieu qu’à ses saints. » (Français)

«  Ne traitez jamais avec le serviteur quand le maître est là. » (Anglais)

«  Où le soleil luit, la lune n’a que faire. » (Français)

«  Il ne faut pas puiser l’eau au ruisseau quand on peut puiser à la source. » (Panckoucke, 1 749)

«  Il vaut mieux s’adresser à Dieu qu’à ses saints. » (Français)

« Il ne faut pas puiser au ruisseau quand on peut puiser à la source. » (Japonais)

« U Signori manda u granu à chì ùn hà saccu. »  (v. inghjustizia)

Le seigneur donne du blé à qui n’a pas de sac.

«  Quand il pleut de la bouillie d’avoine, le mendiant n’a pas de cuiller. » (Scandinave)

«  Quand il pleuvra de la bouillie, les mendiants auront des fourchettes. » (Brésilien)

«  Quand les roubles tombent du ciel, le malchanceux n’a pas de sac. » (Russe)

«  Quand Dieu envoie la farine, le diable enlève le sac. » (Russe)

«  Ceux qui ont une poêle à frire n’ont pas d’arachide ; ceux qui ont des arachides n’ont pas de poêle à frire. » (Africain)

«  Celui qui a de la purée n’a pas de cuiller, celui qui a une cuillère n’a pas de purée. » (Créole)

«  Quand nous avons le sac, il nous manque le blé ; quand nous avons le blé, il nous manque le sac. » (Espagnol)

«  Allah donne le pain à l’un et l’appétit à l’autre. » (Turc)

«  Celui qui a de la viande n’a pas de feu, et celui qui a du feu n’a pas de viande. » (Haoussa, Afro-asiatique)

«  Le monde est ainsi fait : aux uns, il donne des melons, aux autres des maux d’estomac. » (Turc)

« Truvà u Signori durmendu. »

La fortune vient en dormant.

« U Signori ùn paga micca tutti i sabati sera. » (v. travaddu)

Le Seigneur ne paie pas tous les samedis soir. Il peut tarder à punir.

« Diu ùn paga micca tutti i sabati sera, ma u luni da mani ognunu hè rigulatu. »

Dieu ne paie pas tous les samedis soirs, mais le lundi matin, chacun reçoit son dû.

Inveci di pagà com’iddu si faci tutti i sabati par l’uvrieri, u Signori ùn hè micca sempri prisenti par distribuì i so grazii.

Contrairement à la paie des ouvriers qui intervenaient tous les samedis, le seigneur n’est pas toujours présent pour dispenser sa grâce.

«  Dio non paga il sabato. » (Talianu)

«  Idio non paga de sabo in sabo. » (Istria)

«  Ul signur u paga mighia dimà al sabu. » (Canton Ticino)

Ou bien :

 «Vous ne perdez rien pour attendre. » (Français)

 « A tuntia, ùn la pò guarì mancu u Signori. »  (v. tuntia)

La folie est inguérissable. Même le Seigneur ne peut la guérir.

«  Pilez un fou dans un mortier, il n’en deviendra pas plus sage. » (Anglais)

«  Devant la bêtise humaine, même les Dieux sont impuissants. » (Tchèque)

« I tonti, i s’hà lasciati ancu Ghjesucristu pè strada. »  (v. tuntia)

Les fous, même Jésus Christ, les a abondonnés en chemin.

« Ùn hà paura di nunda nè di nimu. »  (v. curaghju)

«  Ne craindre ni Dieu ni diable. » (Français)

« U Signori hé pampanatu. »  (v. manghjà è bia)

Dieu est généreux comme une vigne couvertes de pampres.

« U Signori hè passatu quì di notti. »  (v. travaddu)

Le Seigneur est passé par ici la nuit. Se dit d’un lieu peu recommandable ou mal entretenu.

« Travaddu di notti, risa di ghjornu. »

Travail de nuit, risée de jour. (D’un travail mal fait ou d’une création imparfaite)

“ Lavoro fatto di notte, no val tre pere cotte.” (Talianu)

 « U pane hè u primu fruttu di Diu. »

 Le pain est le premier fruit de Dieu. (Le pain est considéré comme le symbole de la vie)

« Ghjesù Cristu hà dettu à l’apostuli soi, ùn manghjate erba, ch’hè pasculu da boi ! »

Jésus Christ a dit à ses apôtres, ne mangez pas d’herbe (de légumes), c’est de la pâture pour les bœufs !

« Robba di campi hè di Diu è di i Santi. »

Ce qui est dans la nature (la nourriture commune) est à tout le monde.

« U Signore allonga ma ùn pardona. »

Le Seigneur prend son temps mais ne pardonne (n’oublie)  pas.

« U Signori a sà, a Madonna a dica. »

Le Seigneur le sait, que la Madone le dise ! (Prendre à témoin pour souligner sa bonne foi)

« O Signori aiuteti u riccu, chì u povaru a si stenta. » (v.ricchezza)

Seigneur aide les riches, car le pauvre, lui, gagne sa croûte.

I ricchi hani di volti bisognu di carità, pò dassi par falli vultà in a strada dritta, quidda di l’eternità.

Les riches ont parfois besoin de miséricorde, sans doute pour les ramener dans le droit chemin, celui de l’éternité.

 «  L’argent ne fait pas toujours le bonheur. » (Français)

« L’anima à Diu, u corpu à a terra, a roba à chì si deve. » (v. ghjustizia)

L’âme à Dieu, le corps à la terre, toutes choses à qui on les doit.

 « Dare a Cesare quel che è di Cesare. » (Talianu)

«  Dar a Dios lo que es de Dios y al césar lo que se del césar. » (Spagnolu)

«  Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » (Evangile)

« Sudà com’è Cristu in l’ortu. »

Suer à grosses gouttes. (Il s’agit du jardin situé près du mont des Oliviers.)

« Botticellese, anima persa porta lu Cristu à la traversa. »   (v. paesi)

Habitants de Botticelle, âmes perdues qui portent le Christ de travers – ou le long de la rue principale.

« Campumoru, campu tristu, tana di volpi è numichi di Cristu. » (v. malizia, paesi)

Campumoru, localité triste, tanière de renard et ennemis du Christ (malins et incroyants).

« Canaresi rompi crucufissi. »  (v. paesi)

Gens de Canari briseurs de crucifix.