Falsità, allunsinghera, alliscera :

Fausseté, hypocrisie, flatterie :

 

« Falsu com’è a nocca. »

Faux comme l’élébore.

« Falsu com’è a muneta di u boia. »

Faux comme la monnaie du bourreau.

« Falsu com’è a cicuta. »

Faux comme la cigüe.

« Falsu cum’è l’alzu. »

Faux comme l’aulne.

« Falzu com’è a tunnina. »

Faux comme le thon.

« Falzu com’è a cipodda. »

Faux comme l’oignon.

« Falzu com’è u ramu. »

Faux comme le cuivre.

A falsità hè un difettu mal vistu in a cultura corsa. Si piazza annant’à u  scaleddu u più bassu di a scala di i valori. Ùn tena micca a so parola, tradiscia, palisà, dì i bucii, sò cumpurtamenti inacittevuli in una sucietà induva u sensu è u pesu di l’onori è di u rispettu erani prisenti.

La fausseté est un défaut très mal vu dans la culture corse. Il se situe tout en bas de l’échelle des valeurs. Ne pas tenir sa parole, trahir, dénoncer, mentir, sont des comportements inacceptables dans une société où le sens de l’honneur et du respect sont très présents.

«  Faux comme un jeton. » (Français)

«  Un faux cul. » (Français)

«  Faux bonhomme. » (Français)

« Franc comme un âne qui recule. » (Français)

« Faux comme un shilling (de cuivre). » (Anglais)

« Hè forca. »

Il est fourbe.

« Il a deux visages. » (Français)

« Être belette. » (Français)

« Un dettu forcu. »

Un discours a double sens.

« Sentesi à chjuchjù. »

Comploter secrètement.

« Purtà di foli in canzoni. »

Porter quelqu’un de contes en chansons.

« Purtà da u piru à a mela. » (v. prumessi)

 Porter qqn.  du poirier au pommier.

Allungà l’affari ; sbaglià a ghjenti.

 Faire traîner les choses ; lanterner quelqu’un.

«  Endormeur de couleuvres. » (Français)

«  Mener en bateau. » (Français)

« Faire tourner en bourrique. » (Français)

« Hè un licca culu. »

« Hè un liccataghju. »

C’est un lèche cul.

«  Lavar el casco. » (Spagnolu)

«  Se mettre du côté du manche. » (Français)

«  Lécher les bottes (le cul). » (Français)

« Ochju mancu, core francu, ochju drittu, core afflittu. »

Le clin d’œil gauche est franc ; le clin d’œil droit est hypocrite.

«  Quando batte l’occhio destro, cuore afflitto ; quando batte l’occhio sinistro, cuore franco. » (Talianu).

 « L’ochji sò d’acqua. »

Ne vous fiez pas à ce que vous voyez.

A vista pò sbaglià faciuli. Quantu tistimugnanzi poni essa falzi o incù sbagli par via di ciò chì s’hè vistu ? A mimoria visuali pò avè mal’arrigistratu un fattu è rendalu sfurmatu quandu si volta annant’à idda.

La vue peut vous tromper. Combien de témoignages peuvent être faux ou erronés à cause de ce qui a été vu ? La mémoire visuelle peut mal enregistrer un fait et le restituer déformé lorsqu’on fait appel à elle.

« Hà e sette buchje. »

Il a sept peaux. Il change de veste.

«  Le monde est une gousse d’oignon. » (Bambara ; Afrique)

In Africa, com’è in u mondu Arabu, a ciudda ch’iddu si pò sbuchjà senza mai truvà a grana, hè u simbulu di a falsità.

En Afrique, comme dans le monde Arabe, l’oignon qu’on peut éplucher sans jamais voir la graine, est le symbole de la duplicité. 

“Hà quattru facci com’è i cantedda.”

Il a quatre faces comme la poutre.

« Avè tutte e face. »  (v. difetti)

Avoir toutes les faces. (Hypocrite)

« Fà à cuzza cuzza. »

« Fà à ficca ficca. »

Tromper les gens.

« Faire à l’enculette. » (Français)

„Fà e duie parte in cumedia. »

“Avè u pede in duie staffe. »

«  Jouer double jeu. Faire le maître-Jacques. » (Français)

« Duppiu com’è un’ amandula panzana. »  (v. campagna)

Personne à double face, comme les amandes doubles.

« Avè dui faci com’è Campi. »

Double face comme Campi.

«  Jugar a dos ases. » (Spagnolu)

«  Hacer a dos manos. » (Spagnolu)

 «  Jouer double jeu. » (Français)

«  Dos tourné, langage changé. » (Malais)

«  Dire tantôt blanc, tantôt noir. » (Français)

«  Entre l’oignon et la pelure, on ne tire qu’une mauvaise odeur. (L’oignon, que l’on peut éplucher sans jamais trouver de graine, est le symbole de la duplicité). » (Arabe)

« Hà vultatu casacca. »

Il a retourné sa veste.( il a changé de parti)

«  Irse con el viento que corre. » (Spagnolu)

 «  Tourner casaque. » (Français)

«  Changer son fusil d’épaule. » (Français).

«  Changer comme de chemise. » (Français)

«  Aller selon le vent. » (Espagnol)

«  Faire faux bond. » (Français)

«  Je reconnais là nos Français. Ils tournent à tout vent. » (Shakespeare)

« Fà i so cumpari. »

Faire des faveurs.

« Olitesi… sette bunelle ! »   (v. paesi)

Olettais… sept vestes ! (changent souvent d’idées)

« Hè megliu pane è cipolla in Moriani chè una mensa in la traditora Stazzona. »   (v. paesi)

Il vaut mieux du pain et de l’oignon à Moriani qu’una table servie à Stazzona, la traîtresse.

Pari avè più rispettu par a piccula uspitalità di Moriani chè par i beddi ripasti sirvuti da i traditori di Stazzona.

Semble accorder plus de respect pour l’humble hospitalité de Moriani  que les festins servis par les traitres de Stazzona.

« À chì vole vede u gattivu fiatu, guardi dopu manghjatu. » (v.manghjà)

Si vous voulez savoir si qqn. est de mauvaise foi, observez-le après dîner.

 « Ùn hè tantu tralintu. »

Il n’est pas engageant.

«  Il n’est pas franc du collier. » (Français)

« Hè un porcu à dui trovuli. »  (v. purceddu)

C’est un cochon à deux auges.

«  Manger à deux râteliers. » (Français)

«  Manger à tous les râteliers. » (Français)

«  Jouer double jeu. » (Français)

« Hè una persona di belle parolle è tristi fatti. » (v. parlà)

C’est qqn. qui a de belles paroles mais de mauvaises actions.

« À chì daretu mi dice, parla cù u mio culu. »

Celui qui parle par derrière, parle à mon cul.

“ Tal ti ride in bocca, che dietro te l’accocca.” (Talianu)

“Chi in presenza ti teme in assenza ti nuoce.” (Talianu)

«  Venir contra su palabra. » (Spagnolu)

 «  Dos tourné, langage changé. » (Malais)

«  Manquer à sa parole. » (Français)

«  Faire un enfant dans le dos. » (Français)

« De face, bonne manière ; par derrière, coup de pied. » (Basque)

« Parlà in terza. »

« Parler à mots couverts. » (Français)

« Chì dui bucchi basgia, una puzza. »

Qui embrasse deux bouches, l’une sent mauvais.

«  Qui sert deux maîtres à la fois, à l’un des deux doit mentir. » (Espagnol)

„Chì daretu mi dice, davanti mi teme.“

Qui parle dans mon dos, me craint par devant.

„ Chi in presenza ti unge, in assenza ti punge.“ (Talianu )

„ Chi ti loda in presenza, ti biasima in assenza.“ (Talianu)

„ Chi in presenza ti teme, in assenza ti nuoce.“ (Talianu)

«  Chi davanti te leca, de drio te sgrafa. » (Veneto).

«  Da chi te loda ‘n piazza, vardete le gambe. » (Trentino).

 «  La parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée. » (E. young)

«  L’art de plaire est l’art de tromper. » (Vauvenargues)

«  Qui te craint en ta présence te nuit en ton absence. » (Italien)

« Palisà u leccu è u meccu. »

“Vendre la mèche.” (Français)

« Dà un colpu à u chjirchju è l’altru à a butti . »

Donner un coup au cerceau et un autre au tonneau.

Dassi à fà dui fatti o dassi à vulè dui cosi à tempu è/o cuntradittorii.

S’employer à la fois à satisfaire deux exigences concomitantes et/ou contradictoires.

«  Bisogna dare un colpo al cerchio e uno alla botte. » (Talianu)

„Ora dà un colpo al cerchio, ora dà alla botte. (Talianu)

«  ‘Na botta a la vutti e ‘n àutra a lu timpagnu. » (Sicilia)

«  Tener un poco de Dios y un poco del diablo. » (Spagnolu)

«  Souffler le chaud et le froid. » (Français) 

«  Brûler une chandelle à Dieu et une autre  au diable. » (Espagnol)

« Tene quant’è u cane à a cipolla. »  (v. ghjacaru)

Il y tient autant que le chien à l’oignon. (Dédain, hypocrisie)

« Sò lacrimi asciutti. »

«  Verser  des larmes de crocodiles. » (Français)

« Hè tutta pantumina ! »

«  C’est du cinéma ! » (Français)

« Hè com’è u cuccudrillu chì ammazza l’omu è po u pienghje. »  (v. cuccudrillu)

Il est hypocrite comme le crocodile qui tue l’homme, puis le pleure.

«  Il corvo piange la pecora, e poi la mangia. » (Talianu)

« Ghjucà i dui parti in cumedia. »  (v. prudenza)

Jouer les deux parties en comédie.

«  Ménager la chèvre et le chou. » (Français)

«  Les loups sont rassasiés, les moutons sont entiers. » (Russe)

 « Fà a gatta morta. » (v. ghjattu)

Faire semblant de rien.

« Ci hè ghjatta  (vulpi) suttu tiddu. »  

 « Ghjattu ci hè sutt’à l’ascella. » 

Il y a chat sous l’aisselle.

 « Ci hè ghjatta nant’à u trepedi. »

Il ya un chat sur le trépied.

« A ghjatta hè ind’u lignaghju. »

Le chat est dans le bûcher.

 « Ci hè gattu sottu à u mantellu. » (v. ghjattu)

Il y a un chat sous le manteau.

« Ci hè l’acu in a beretta. »

Il y a l’aiguille sous la casquette.

«  Una volpe sotto l’ascella. » (Talianu)

 «   Il y a anguille sous roche. » (Français)

« Avè ghjatta in senu. »  (v. ghjattu)

Avoir un chat dans son sein. (Avoir une idée derrière la tête)

«  Avoir chat en poche. » (Français)

« Ghjatta ci hè, ma coda ùn hà. » (v. ghjattu)

« Il y a anguille sous roche.» (Français)

« E rundinelle sò cum’è cert’amici, scappanu passatu u bellu tempu. » (v. amicizia, ingratitudina, rundinedda)

Les hirondelles ressemblent à certains amis, elles s’en vont lorsque les beaux jours sont terminés.

«  Quand le malheur frappe à la porte, les amis sont endormis. » (Russe) 

« Tutt’e tosse ùn sò catarri. »

Toutes les toux ne sont pas provoquées par le rhume.

« Ghjatta ci hè, ma coda ùn hà. »  (v. ghjattu)

Il y a bien un chat, mais pas la queue. (Intentions louches, peu claires)

« Oh ! quant’idd’hè ghjatti minni ! »

Exclamation à propos d’un hypocrite.

« Caca è fascia com’è a ghjatta. » 

« Cum’è a ghjatta, face è piatta. »   (v. ghjattu)

Il chie et il recouvre comme le chat. (De qqn. qui agit mal, en cachette)

«  Le renard cache sa queue. » (Français)

« Quandu ùn ci hè ghjattu in casa, ci ballanu i topi. » (v. casa, topu, ghjattu)

«  Quando il gatto non c’è, i topi ballano. » (Talianu)

«  Quando il gatto va in città i topi ballano. » (Toscana)

«  Via la gatta, bala i ratt. » (Canton Ticino)

«  Gatto dorme e sorcio balla. » (Talianu)

«  Holgad gallinas, que el gallo está en vendimias. » (Spagnolu)

“ Cuando el gato no está, los ratones bailan.” (Spagnolu)

«  Quand le chat n’est pas là, les souris dansent. » (Français)

«  Tout pouvoir sans contrôle rend fou. » (Emile Chartier dit Alain)

«  Quand le chat est absent, le rat monte sur le trône. » (Vietnamien)

«  Quand le chat n’est pas là, les rats étalent leur queue. » (Rundi, Afrique)

«  Quand le léopard est absent, la gazelle danse. » (Kongo, Afrique)

«  Au village sans chien, les poules dérobent l’os. » (Kongo, Afrique)

«  Quand le patron dort, les valets rêvent. » (Suédois)

«  Quand le chat n’est pas là, c’est la fête pour les souris. » (Russe)

«  Dans la vallée où il n’y a pas de tigres, le lièvre est roi. » (Coréen)

«  Quand le chat n’est pas là, les rats donnent un bal. » (Créole)

«  Quand le chat n’est pas là, les souris jouent du tamtam. » (Mauritanien)

« Infidu cum’è a ghjatta. »   (v. ghjattu)

Aussi peu fiable qu’une chatte.

« Parla sempre cù u mele in bocca. »

Il parle toujours avec du miel dans la bouche.

« Sò ghjente à mele in bocca è pesta in corpu. »

Ils sont tout miel, tout fiel.

« Veau qui flatte tête deux fois. »  (Russe)

« Il faut flatter la vache avant de la traire. » (Arabe)

« Tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’égoutte. » (Chinois)

« Celui qui me flatte est mon ennemi, celui qui me réprouve m’enseigne. » (Chinois)

« La flatterie est comme l’ombre, elle ne vous rend ni plus grand, ni plus petit. » (Français)

« Hè tuttu zuccheru è tuttu mele. »

Être tout sucre et tout miel.

Si dici di calchissia chì cambia faciuli di cumpurtamentu o d’attitudina. Ùn tena micca i so ingaghjamenti.

Se dit de qqn. qui change facilement d’attitude et de comportement. Instabilité dans l’engagement

« Volto di mele cor di fiele. » (Talianu)

« Bucca di meli, cori di feli. » (Galluresi)

« Lu meli spissu è feli. » (Sicilianu)

« Maou en bouco, feou din lou couer. (Provençal)

« In lu dolce ci stà l’ambacu. »

Dans le sucré il y a des ambages (des mauvaises surprises).

 « Maca Platina. ».

Sorcière, ensorceleuse.

« Ci hè l’acu ind’ a baretta. »

Il y a une aiguille dans la casquette.

«  Il y a anguille sous roche. » (Français) 

« À chì hè perseguitatu da a ghjustizia, camina di notte com’è i topi. » (v. ghjustizia, topi)

Qui est poursuivi par la justice, marche la nuit comme les rats.

 « Travadda suttu suttu com’è i pomma. »  (v. agricultura)

Il travaille en dessous comme les pommes de terre. (Il est hypocrite)

«  Trop poli pour être honnête. » (Français)

«  Pêcher en eau trouble. » (Français)

« U pultronu s’appronta quandu u soli tramonta. »   (v. arubbera)

Le lâche se prépare lorsque le soleil se cache.

« Sò tutti d’un accia è d’un filu. »   (v. sumidda)

Ils sont tous de la même étoupe et du même fil. (Ils sont tous pareils)

« Hà i setti piccati à dossu. »  (v. piccatu)

Il a les sept pêchés en lui. (Les sept péchés capitaux)

« Si merita u cucculu di a piola. »

Il mérite un coup de hache (partie non tranchante)  sur la tête.

« Manghja Cristu (Diu) è caca diavuli. »

Il mange Dieu et chie le diable.

« Mele in bocca è pesta in corpu. »

Miel en bouche et peste dans le ventre.

« Avè mele in bocca è tisori in senu. »

Miel en bouche et ciseaux cachés.

Hè tuttu smimuli. (Cattivezza, falsità)

Se comporter en Tartuffe. (Méchanceté, hypocrisie)

«  Avere il miele in bocca e il rasoio alla cintola. » (Talianu)

«  Mangia santi e caca diavoli. » (Talianu)

“ Volto di mele, cor di fele.” (Toscana)

«  Dar un vuelco en el infierno. » (Spagnolu)

 «  Miel en bouche, fiel sur le cœur. » (Régional Français)

«  Bouche de miel, cœur de fiel. » (Allemand)

«  Miel à la bouche, dard à la queue. » (Malais)

«  L’amour du méchant est plus dangereux que sa haine. » (Indien)

«  Etre prêt à vendre son âme au diable pour obtenir ce qu’on désire. » (Français)

«  Tout est amer à qui a du fiel dans la bouche. » (Russe)

«  Belle chère (beau visage) et cœur arrière. » (Maureir 1 568)

« Si manghja u santu è a limosina com’è i spagnoli. »  (v. fami, paesi)

Il mangerait le saint et l’aumône comme les espagnols.

Pocu cunsiderazioni pà i spagnoli; mancu di cunfidenza.

Peu de considération pour les espagnols ; manque de confiance.

« Fassi u bellu cù a robba di l’altri. »

Faire le beau avec les biens des autres.

« Hè largu cù a robba di l’altri. »

Il est large avec le bien d’autrui.

«  Della roba d’altri si spende senza risparmiu. » (Talianu)

«  Se parer des plumes du paon. » (Français)

« Basgia a croce è pizzica u Cristu. »

Il embrasse la croix et pince le Christ.

“Fà u boia è u ministru.”

Remplir deux rôles à la fois.

«  Être juge et partie. » (Français)

« Ùn hè anima da fà ostia. »

Ce n’est pas une âme à faire des osties . (Méchanceté, hypocrisie)

« Hà appiccatu a so cuscienza à un chjodu. »

Il a accroché sa conscience à un clou. (Il a mis sa conscience de côté)

« Fà arichji di marcanti. »

« I mercanti hanu un bellu par d’arechje, ne stancanu parechje. »

Ne rien entendre comme les marchands.

« Mussu di purceddu, oricchi di mircanti e spaddi d’asineddu. » (Sicilianu)

« Hacer oìdos de mercader. » (Spagnolu)

 «  Il n’est pire sourd que celui qui ne pas entendre. » (Français)

«  C’est tombé dans l’oreille d’un sourd. » (Français) 

« Si ni và di foli in canzoni. »

Il s’en va en contes et en chansons. (Il n’est pas sérieux)

« Ci porta di foli in canzoni. »

Il nous emmène de contes en chansons.

«  Mener en barque. » (Français)

«  Il nous mène par le bout du nez. » (Français)

« Sò paroli in furchetta. »

« Parlà in terzu. »

«  Hablar con embozo. » (Spagnolu)

«  Parler à mots couverts. »(Français)

«  Parler la langue de bois. » (Français)

« A so parolla dura quant’è un sputu in terra. »

Sa promesse dure autant qu’un crachat par terre.

«  Les paroles dites au matin n’ont pas au soir même destin. » (Français)

«  Les paroles de la nuit sont effacées par le jour. » (Arabe)

„M’hà presu in furchetta. »

«  Prendre en sandwich. » (Français)

« Hè un ochjibassu. »

Il est hypocrite.

« Ochji bassi, sfonda ribba. »

Les personnes qui baissent les yeux font des malheurs.

« Fighjulà incù a coda di l’ochju. »

Regarder du coin de l’œil.

 « O chì dolu, o chì dannu, s’è tù eri mortu annu. »

Quel deuil, quel dommage, si tu étais mort l’année dernière.

« Mina un colpu è piatta a mani. »

Il donne un coup et il cache la main. (Il donne un coup en traître)

«  Tirar la piedra y esconder la mano. » (Spagnolu)

 «  Jeter la pierre et cacher le bras. » (Espagnol)

« Cacher un couteau derrière son sourire. » (Chinois)

« Piatta una mani è porghji l’altra. »

Il cache une main et tend l’autre.

«  Dar aguja y sacar reja. » (Spagnolu)

 «  Donner un œuf pour avoir un bœuf. » (Français)

«  De la main droite il donne le grain aux poules, de la gauche, il prend leurs œufs. » (Russe)

« À chì dà è à chì leva, in infernu ci s’alleva. »

Qui donne et reprend, on l’éduque en enfer.

« Chi prende e non rende, l’inferno lo attende. » (Talianu)

« Dici u falsu pà sapè u veru.” (v. bucia)

«  Decir mentira por sacar verdad. » (Spagnolu)

«  Plaider le faux pour savoir le vrai. » (Français)

« Manghja di capu in a sacchetta. »

Il mange avec la tête dans le sac.

« Manghja à tutti i sacchetti. » (v. manghjà è bia )

Manger dans toutes les musettes.

Conta annant’à l’altri. Ùn hà tantu pinsera à purtà.

Il compte sur les autres. Il n’a pas de soucis à se faire.

«  Manger à tous les râteliers. » (Français)

«  De celui dont je mange le pain, je chante aussi la chanson. » (Allemand)

« Volta a trovula  (trova) dopu manghjatu. »

 Le cochon repu  retourne l’auge.

“U purceddu tichju volta a trovula (trova).”  (v. difetti, purceddu, manghjà)

Il renverse l’auge après avoir mangé.

Si dici d’una parsona chì ùn hà micca ricunniscenza di l’aiutu o di u manghjà ch’iddu hà ricivutu. Di un ingratu.

Se dit de qqn. qui n’a aucune reconnaissance pour l’aide (ou la nourriture) qu’il a reçue. D’un ingrat.

«  L’asino quando ha mangiato la biada, tira calci al corbello. » (Talianu)

«  L’asen quand l’à mangiat, él volta ‘l cül a la treis. » (Lombardia)

«  Il troppo bene sfonda la cassetta. » (Talianu)

«  Abbondanza genera fastidio. » (Talianu)

«  Bbonnanza stfa, caristia fa fame. » (Marche)

«  La grascia stufa. » (Lazio)

«  Casas hospedada, comida y denostada. » (Spagnolu)

 «  Rassasié, l’âne éparpille son orge. » (Arabe)

« A l’âne repu, les chardons sont amers. » (Occitan)

«  A rat rassasié, le froment est amer. » (Catalan)

«  A souris rassasiée, la farine est amère. » (Russe)

«  Le pigeon saoul (repus) trouve les cerises amères. » (Cotgrave, 1 611)

«  Quand on a pressé l’orange, on jette l’écorce. » (Espagnol)

«  Au dégoûté le miel est amer. » (Meurier 1 568)

«  Au ventre saoûl cerises amères. » (Lamesangère 1 821)

In u stessu filu, hè una invitazioni ad avè monda più gratitudina è hè dinò una invitazioni à purtà rispettu à l’urigini di u manghjà in i pruverbii chì suvetani :

Dans le même ordre d’idée, une invitation à plus de gratitude et invitation à respecter la provenance de la nourriture à travers les  proverbes :

 «  Là où tu as mangé du sel, ne casse pas la salière. » (Persan)

«  Ne repoussez pas du pied la pirogue qui vous a aidé à traverser la rivière. » (Maori)

«  Ne jette pas de pierre dans le puits où tu as bu. » (Arabe)

Cunsigliu di rispettu di u manghjà in u pruverbiu :

«  Non si sputa nel piatto dove si mangia. » (Talianu)

« Ùn hè degnu d’appuntalli i scarpi. »

Il n’est pas digne de lui lacer les chaussures.

« Acqua cheta sfunda a ribba. »  (v.  campagna, forza)

L’eau dormante emporte tout.

Ci voli à sfidassi di l’acqua chì dormi com’è di i parsoni troppu bravi o troppu calmi.

Il faut se méfier de l’eau dormante ainsi que des personnes trop calmes. 

«  Acqua cheta rovina i ponti. » (Talianu)

“ Dall’acqua cheta mi guardi Dio.” (Talianu)

«  L’acqua feirma, la merza i pont. » (Emilia)

«  L’aqua morta fa spussa. » (Istria)

«  Acqua citta nun passà, si nun t’ vuò anneà. » (Basilicata)

«  Bisogna ardàs de l’aqua morta. » (Lombardia)

«  Del agua mansa me libre Dios, que de la brava me guardaré yo. » (Spagnolu)

 «  Il n’est pire eau que l’eau qui dort. » (Français)

«  Eau qui dort, courant calme, usent les bords. » (Russe)

«  Eau qui dort sape les berges. » (Polonais)

«  L’aiguille mince fait plus que la lance du guerrier. » (Géorgien)

« Donna di finestra,  donna disunesta. »  (v. donna)

La femme qui passe son temps à la fenêtre est malhonnête.

«  Celui qui a une femme paresseuse garde un cadavre dans sa maison. » (Maori)

« A donna hè com’è a castagna, bella di fora è dentru hè a macagna. »  (v. donna, apparenza)

La femme ressemble à la châtaigne, belle à l’extérieur et pourrie à l’intérieur.

«  La donna è come la castagna : bella di fuori e dentro è la magagna. » (Talianu)

 «  Il ne faut se fier aux apparences. » (Français)

«  Il n’est pas de bois sans nœuds, ni de femmes sans défauts. » (Italien)

«  Des femmes et des chevaux il n’en est pas sans défaut. » (Néerlandais)

« A donna liccataghja và luntanu. » (v. donna)

La femme envieuse va loin dans la vie.

«  Donna si lagna, donna si duole, donna s’ammala, quando la vuole. » (Talianu)

«  Que la mujer quiere, eso ha de ser. » (Spagnolu)

«  Ce que femme veut, Dieu le veut. » (Français)

« À chì teni più chè mamma, t’inganna. »  (v.  mamma)

Celui qui prétend t’aimer plus que sa mère te trompe.

Stu pruverbiu moscia bè a parti è a piazza di a mamma in a famidda è in a suciità. Nudda ùn pò essa amatu di più chè una mamma. Si piazza in cima di a scala di l’amori è di a cunsiderazioni.

Ce proverbe situe bien le rôle et la place de la mère dans la famille et dans la société. Rien n’a le mérite d’être aimé plus qu’une mère. Elle se situe tout en haut de l’échelle de l’amour et de la considération.

«  Chi fa più di mamma, certo m’inganna. » (Talianu)    

«  Chi tte fa ppiù de mamma, o tte finge o tt’inganna.” (Lazio)

 «  Dieu n’aurait pu être partout et, par conséquent, il créa les mères. » (Juif)

« Prumetti di spusalla intantu di burlalla. »  (v. matrimoniu)

Il promet de l’épouser, le temps de la tromper.

« A so cuscenza hè à suffiettu. »

Sa conscience est changeante.

Hè sempri cambiendu. Si pò imbuffà, piddà di largu è di valori o ancu sbuffassi è perda valori è ricunniscenza.

Elle est changeante. Elle peut se gonfler, prendre de l’ampleur et de la valeur ou bien se dégonfler et perdre de l’importance et de la reconnaissance.

« Hè un omu senza faccia. »   (v. cattiva educazioni, omu)

C’est un homme  sans honneur, malhonnête.

“ No tener fe ni ley.” (Spagnolu)

 «  N’avoir ni foi ni loi. » (Français)

«  Ni Dieu ni maître. » (Français)

« Diu ti libari di u focu ardenti, di l’acque currenti è di i falzi tistimogni. » (v. sfiducia)

Dieu te préserve du feu ardent, de l’eau courante et des faux témoins !

« U troppu ghjimbà u culu mostra. »

« Chì troppu si cala, moscia u so culu. »  (v. suttumissioni)

Qui se prosterne trop montre son derrière.

«  Chi troppo s’inchina, mostra il sedere.” (Talianu)

«  A chi troppo s’ ‘acala, ‘o culo se vede. » (Campania)

«  Quien mucho se baja, el culo enseña. » (Spagnolu)

 «  La soumission ne doit pas aller jusqu’à la bassesse. » (Espagnol)

«  Soumission et usage de la raison, en quoi consiste le vrai christianisme. » (Pascal)

U cuntrariu :

«  Quanto più la scimmia va in alto, più mostra il deretano. » (Talianu)

« Hè troppu bravu par essa onestu . »

Trop gentil pour être honnête.

«  Suoerbia cortisia, fa dubbitari chi ‘ngannu sia. » (Sicilia)

«  Trop poli pour être honnête. » (Français)

« Alliscia a mamma pà avè a fiddola. » (v. mamma)

Caresser la mère pour avoir la fille.

«  Chi vuol la figlia, carezzi la madre. » (Talianu)

« Asinus asinum fricat. » (Latin)  (L’âne frotte l’âne. Se dit de deux personnes qui se complimentent exagérément)

« Chi ti fa più carezza che non suole o t’ha ingannato, o ingannar ti vuole. » (Talianu)

«  Passer la main dans le dos. » (Français)

«  On chatouille la truite pour mieux la prendre. » (Quitard, 1 842)

«  On caresse la vache pour la traire mieux. » (Français)

«  La tête d’un pauvre buveur tourne après deux coupes ; un homme vain perd son équilibre avec une petite flatterie. » (Chinois)

«  On peut reconnaître de quatre manières que le flatteur est un faux ami : Il approuve lorsque vous agissez mal, il approuve lorsque vous agissez bien, il proclame vos louanges et vous dénigre derrière vous. » (Sigâlovâda-Sutta)

«  Quiconque flatte ses maîtres, les trahit. » (Jean-Baptiste Massllon)

«  Le veau flatteur tête deux mamelles. » (Géorgien)

« Qui veut vendre un cheval aveugle en vante les pattes. » (Allemand)

« Quelle chì ti vole bè, ti face pienghje ; quellu chì ti vole male, ti face ride. »

Celui qui te veut du bien te fait pleurer, alors que celui qui te veux du mal te fera rire.

«  Celui qui t’aime te fera pleurer, celui qui te hait te fera rire. » (Géorgien)

«  L’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu. » (La Rochefoucauld)

« Hè un casch’è pienghji. »

C’est un pauvre type.

« Appiccà a tintinna à a ghjatta. » (v. ghjatta)

Attacher la clochette au chat. (Se défiler, fuir ses responsabilités)

«  Qui pendra la sonnette au chat ? » (Eustache Deschamps)

Ùn s’hà micca curaghju di pruvà u primu un affari priculosu.

On n’ose pas être le premier à entreprendre une affaire dangereuse.

«  Personne ne veut attacher la sonnette au cou de chat. » (Oudin 1 640)

« Campà à scroccu. »

« Campà à barba d’unu. »

« Campà à i costi di l’altru (d’unu). »

« Vive à e spalle di l’altri. »

«  Vivir a costa de uno. » (Spagnolu)

«  Vivre aux frais de la princesse. » (Français)

«  Vivre aux crochets de qqn. » (Français)

«  Vivre sur le dos des autres. » (Français)

«  S’engraisser de la sueur des autres. » (Français)

« Esse di bona sera. »

«  Être un pique-assiette. » (Français)

« In u dulci ci entri u varmu.”

Le ver se met dans ce qui est sucré.

« Ghjucà à u crosciu è è à l’asciuttu. »

Jouer à mouillé et sec.

«  Jouer au chat et à la souris. » (Français)

« Ùn merita mancu l’acqua da bia. »

Il ne mérite même pas l’eau pour boire.

«  Il ne vaut pas la corde pour le pendre. » (Français)

«  Il ne vaut pas un clou. » (Français)

« Poche messe è terra addosssu. »

De qqn. peu regretté.

« À fà bè à i porci si perdi tempu è lavatura. »  

A vouloir rendre des services à des cochons on perd son temps et la nourriture.

« Mette i porci in carrea. »     (v. inutilità, purceddu)

Assoir les cochons sur la chaise.

«  Chi fa del bene al villano, si sputa in mano. » (Talianu) 

«  Nutrisci il corvo e ti caverà gli occhi. » (Talianu)

«  Chi fa del bene agli asini, riceve le pedate. » (Talianu)

«  Regala a la gata y te saltará a la cara. » (Spagnolu)

«  Echar margaritas a puercos. » (Spagnolu)

 «  El ruin, cuanto más le ruegan, más se ensancha. » (Spagnolu)

 «  Oignez vilain, il vous poindra ; poignez vilain, il vous oindra. » (Français)

«  Réchauffez un serpent gelé, c’est vous qu’il piquera en premier. » (Russe)

«  Nourrissez un loup pendant l’hiver, il vous dévorera au printemps. » (Grec)

«  Fais du bien à un cochon et il viendra chier sur ton balcon. » (Français)

«  Nourris une corneille, elle t’arrachera les yeux. » (Bulgare)

«  Donner aux riches, c’est porter de l’eau à la mer. » (Turc)

«  Faire du bien à un arabe, c’est arroser du sable. » (Juif)

«  Engraisse ton chien, il te dévorera. » (Arabe)

«  Elève des corbeaux, ils te crèveront les yeux. » (Arabe)

«  Obliger les ingrats c’est acheter la haine. » (Français)

«  Jeter des perles devant des pourceaux. » (Espagnol)

« Liccà ciò ch’omu hà stupatu. »

Lécher ce qu’on a craché.

«  Revenir sur ce qu’on a dit ou fait. » (Français)

« Mele in bocca è tisore in senu. »

Bouche mielleuse et ciseaux en mains.

« Ora unghje, ora punghje. »

Tantôt il flatte, tantôt il pique.

«  Il villano punge chi l’unge e unge chi lo punge. » (Talianu)

 «  Tantôt frère, tantôt larron (tantôt ami, tantôt ennemi). » (Français)

«  Bien des gens sont comme les horloges qui indiquent une heure et en sonnent une autre. » (Danois)

« Qui ment pour toi, mentira contre toi. » (Africain)

« Per i solli, a ghjente s’affosca. » (v.soldi)

Pour l’argent, les gens s’obscurcissent. On est prêt à tout pour l’argent.

« Imbiancassi a manu. »

Blanchir les mains.

«  Blanchir de l’argent sale. » (Français)

« Ornatu d’impustura, ogni asinu figura. » (v. asinu, apparenza)

Couronné d’imposture, tout âne fait bonne figure.

« E cose longhe diventanu sarpe. »  (v. sarpi)

Les affaires qui s’éternisent deviennent des queues de serpent. (Elles s’enveniment)

« A cosa fatta ùn vale cunsigli. »  (v. cunsigli)

La chose faite, le conseil ne sert plus à rien.

«  Dopo il fatto il consiglio non vale. » (Talianu)

 «  A chose faite, conseil pris. » (Français)

«  Après le dîner, la moutarde. » (Français)

«  Rien ne sert de pleurer sur le lait renversé. » (Anglais)

«  Quand l’enfant est baptisé, les parrains ne manquent pas. » (Anglais)

«  Quand la voiture est versée, chacun vient donner des conseils. » (Arménien)

« Appettu à un ditu ùn si pò omu nasconde. » (v. difficultà)

«  On ne peut se cacher derrière le petit doigt. » (Français)

«  On ne peut pas cacher le soleil avec un main. » (Amérique latine hispanophone)

« Tumba è allata. »

Il tue et cache (met de côté).

« Basgià i scarpi. »

Embrasser les chaussures.

«  Se prosterner dans la poussière. » (Français)

« Vendesi (à qualchissia) à u primu ponte. »

Se vendre au premier pont.

«  Mettre qqn. dans sa poche. » (Français)

« Chì hè bruttu da nanzu volta sempre u daretu. »

Celui qui est sale (ou laid) par devant montre toujours son derrière.

« Quand’hè cuccu,  quand’hè falcu. » 

Tantôt il est coucou, tantôt il est épervier.

« Un annu hè cuccu, un annu hè falcu. » (v. cuccu, falcu)

Une année il est coucou, l’autre il est épervier.

Si dici di calchissia di mal acconciu, d’incristitu. Si dici dinò di calchissia chì volta faciuli casacca.

Se dit de quelqu’un de déguenillé, d’hirsute. Changeant, passant d’un état à un autre. Se dit de qqn. qui retourne facilement sa veste.

«  Je suis toujours la ligne droite, mais je change de ligne droite. » (Armand Salacrou)

«  On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. » (Grec) Le caractère de l’homme, comme la situation où il se trouve, est toujours changeant.

« Ùn hè tantu catolicu. »

Il est très ambigu, peu raisonnable.

“À chì rinega a so razza, l’aspetta l’infernu.”

Qui renie sa race est un rénégat.

« Andaria ancu à piddà a petra sacra. »

Il volerait la pierre sur l’autel.

« Piglià qualcosa ancu nant’à l’altare. » (v. cattiva educazioni)

Il volerait la pierre de l’autel (ou qq.ch. sur l’autel). (Sans aucun scrupule. Manque de respect)

«  Il en prendrait sur le grand autel. » (Français)

« Chì hà brutta a cacagliula, ùn si pesa. »

Qui a mauvaise conscience se cache.

« Contu mal fattu è muneta falza, ùn facenu pagamentu. »

Compte mal fait et fausse monnaie ne font pas un règlement.

« Hè cum’è a legna verde : pienghje da un latu è brusgia da l’altru. »

Comme le bois vert, il pleure d’un côté et brûle de l’autre.

« Ci voli à spazzà davanti à u so zuddu. »

«  Il faut balayer devant sa porte. » (Français)

«  Hypocrite, ôte premièrement la poutre qui est dans ton œil, et alors tu verras à ôter la paille de l’œil de ton frère. » (Nouveau Testament)

« Razza nobili è sterpa ghjacarina. »  (v. ghjacaru)

Noble race et lignée de chien.

« Ùn face a sera ciò ch’ellu dice a mane. »

Il ne fait pas le soir ce qu’il dit le matin.

«  A la noche, chichirimoche, y a la mañana, chichirinada. » (Spagnolu)

«  Les paroles du soir ne ressemblent pas à celles du matin. » (Français)

« Traduttori, traditori. »   (v. apparenza)

Un traducteur trahit souvent l’auteur.

«  Traduttore, traditore. » (Talianu)

«  I tradutori xe ingannatori. » (Venezia Giulia)

 «  Les traductions sont comme les femmes. Lorsqu’elles sont belles elles ne sont pas fidèles, et lorsqu’elles sont fidèles elles ne sont pas belles. » (Français)

«  Un traducteur est un auteur, comme un savetier est un cordonnier. » (Anglais)

« Traditore cum’è un Lentincu. »  (v. paesi)

Traitre comme un habitant de Lentu.

 « Esse un traditor’ di patria. »

Être qqn. de suspect, dont il convient de se méfier.

« Traditori ! Muracciaschi ! »   (v. paesi)

Les habitants du village de Muracciole sont des traîtres.

Tema cumunu à monda paesi.

Thème commun à beaucoup de villages.

« Pinesi traditori. »  (v. paesi)

Gens de Pinu, traîtres.

« Nebbiu, conca d’oru, conca di tradimentu. »  (v. paesi)

 Nebbiu, vallée en or mais aussi vallée de traîtrise.

« Ùn fate tante ariusti ! »

«  Venons-en au fait. » (Français)

 « Quellu chì hà messu a manu ind’u piattu à tempu à mè, quessu m’hà da tradisce !

*     Saraghju eu, O Maestru ?

*     L’ai detta tù. » (U Vangelu ; A cena di Pasqua.  Ghjesù è u tradimentu di Ghjuda)

« Celui qui a mis la main dans l’assiette en même temps que moi me trahiras.

- Ce sera moi, Maître ?

- Tu l’as dit toi-même. » (Jésus et la trahison de Juda)

«  On ne trahit bien que ceux qu’on aime. » (Maurice S achs)

«  On n’est trahi que par les siens. » (Pro. Gallica XV° s.)

«  A chaque cour son traître. » (Français)

«  L’aigle a été percé de la flèche faite de sa plume. » (Turc)

«  Tout mouton est pendu par ses propres pattes. » (Arabe)

«  La forêt est brûlée par son propre bois. » (Arabe)

«  Le poisson a confiance en l’eau, et c’est dans l’eau qu’il est grillé. » (Créole)

«  C’est la graisse du cochon qui a cuit le cochon. » (Créole)

«  C’est la corde de l’igname qui sert à attacher l’igname. » (Créole)

« À chì nasce tortu ùn pò more drittu. »  (v. nascita)

Celui qui nait tordu ne peut mourir droit. (Se dit de qqn. qui persévère dans l’erreur, la mauvaise foi  ou la fausseté)

« Piglia maritu, cambia di partitu. »  (v. matrimoniu)

Prends un mari et change de camp.

“À chì a ficca a ficca.”

Se “rouler” mutuellement, à tour de rôle, sans aucun regret.

“S’hà messu a maschera in faccia.”

Il a mis un masque (il n’est pas franc).

« Cun speranza è cun affannu si passa a meta di l’annu ; cun ingannu è cun arte si passa l’altra parte ! »  (v. spiranza)

Avec espoir et angoisse on passe une moitié de l’année ; avec tromperie et savoir-faire on passe l’autre moitié.

Si dicia di a lattaghja chì crisciva a quantità di latti aghjustendu l’acqua. Hè valevuli dinò par tutti i cumercianti.

Se disait de la laitière qui augmentait sa quantité de lait en rajoutant de l’eau. Valable aussi pour les commerçants en général.

« Ricummandà a truita à u misgiu. » (v.ghjattu)

Demander au chat de surveiller la truite. (D’une chose inutile)

« Caru di tutti è fidele à nimu. » (v. amori, sfiducia)

  Aimé de tous et fidèle à personne.