Ghjastimi :

 Blasphèmes :

 

I ghjastimi t’hani valori diffarenti sicondu u mumentu o a situazioni. Poni essa ligeri è pocu agressivi quand’una parsona hè in stizza è ghjura par sfucassi. À u cuntrariu poni essa cattivi quand’iddi sò lampati à un numicu.

Le blasphème a des valeurs différentes selon le moment ou la situation. Il peut être superficiel et non agressif lorsqu’une personne se met en colère et jure pour se  libérer. Au contraire il peut être méchant lorsqu’il est envoyé à un ennemi.

« À chì ghjastima o chì timpesta, o idd’hà tortu o idd’ùn hà testa. »  (v. tortu)

Celui qui blasphème ou tempête, ou il a tort ou il n’a pas de tête.

«  A chi più giura, spessu spergiura. » (Talianu)

 «  Malheur aux gens qui n’ont jamais tort ; ils n’ont jamais raison. » (Prince Ch. De Ligne)

«  C’est avoir tort que d’avoir trop raison. » (Ecouchard- Lebrun)

« I ghjastimi ùn sò fogli, chì i manda i si racogli. »

Les blasphèmes retournent à ceux qui les ont proférés.

In a cultura cristiana i ghjastimi sò mal visti. À tal puntu ch’iddi poni svultassi contr’à quiddu chì i manda.

Dans la culture chrétienne le blasphème est mal considéré. A tel point qu’il peut se retourner contre celui qui le prononce.

«  La bestemmia gira gira, e ricade su chi la tira. » (Talianu)

«  Le imprecazioni (le maledizione) sono foglie, chi le semina le raccoglie. » (Talianu)

«  Gastimi : di caniglia, cu’ li jetta, si li piglia. » (Sicilia)

«  La bestemia, gira gira la va in testa a chi la tira. » (Veneto)

« Le maledizioni le salta de qua e de là, e le finisse nel culo de cui le da. » (Veneto)

“ Chi sputa in cielo, gli ricade addosso. » (Talianu)

“ Chi sputa in cielo, j’aricasca in faccia.” (Lazio)

 «  Qui crache vers le ciel est atteint lui-même. » (Alsacien)

«  Qui crache contre le ciel, le diable l’emporte. » (Grec)

Importance relative de la malédiction dans le proverbe :

«  Malédiction et bénédiction n’ont jamais hâté la mort ni prolongé la vie de quiconque. » (Indien)

“I ghjastimi sò com’è i prucissioni, vani è voltani.”

Les blasphèmes sont comme la procession ; ils vont et ils reviennent.

“Tirà i sacrati.”

Blasphèmer.

« Ghjastimà (ghjurà) com’è un turcu. »

Blasphèmer comme un turc (un juif).

 « Ghjurà com’è un ghjudeu. »

Blasphèmer comme un juif.

« Ghjistimà cum’è un Lucchese. »  (v. paesi)

Blasphémer comme un Lucquois.

 «  Soltar la bramona. » (Spagnolu)

 «  Jurer comme un païen. » (Français)

«  Jurer (sacrer) par tous les saints du paradis. » (Français)

«  Lâcher une volée d’injures. » (Espagnol)

« Ùn si vede mancu à ghjastimà. »  (v. incertezza)

«  Il fait nuit noire. » (Français)

« À u cavaddu ghjastimatu li luci u pilu. »  (v. cavaddu)

Le cheval maudit a le poil qui brille.

« A caaddu ‘jastimatu lu pilu l’allucica. » (Gallura)

I ghjastimi hani à volta risultati stunanti. L’effettu hè cuntrariu à ciò ch’iddu si vulia.

Les malédictions ont quelquefois des retombées inattendues. L’effet produit est contraire à celui souhaité.

«  Malédiction de vautour ne tue pas le cheval. » (Portugais)

« Madunnaccia ! »

Mauvaise Madone !

« Porca Madonna ! »

Cochonne de Madone ! 

« Puttana Madonna ! »

Putain de Madone !

« Cristacciu ! »

Mauvais Christ !

« Pà la Madonna ! »

« Per la Madoscula ! »

Nom de la madone !

« I to intenni !”

Tes ancêtres!

“I to stivali !”

Tes bottes ! 

« Piddalu in Dominu !

Prends-le en dominus!

« Per Diu santu ! »

« Per Diu sanna ! »

« Par Diu ! (Par Dingulì !) »

Par Saint Dieu !

«  Fuego de Cristo! » (Spagnolu)

«  Par le sang Dieu ! » (Français)

«  Feu de Dieu ! » (Espagnol)

 « Par lu Bambineddu ! »

Par l’enfant Dieu !

« Santissimu sacramentu ! »

Très saint Sacrement !

« Ghjur’ lu Cristu ! »

Nom de Dieu !

« Ghjur’ la madonna ! »

Nom de la Madone !

« Ghjur’ li chjoda ! »

Nom des clous ! (Les clous de la croix)

« Sangu lu Cristu ! »

Sang du Crhist !

« Sangu la Madonna ! »

« Sangu la Marocula ! »

Sang de la Madone !

« Sangu la Miseria ! »

Mauvaise Misère !

« Sangu lu criminacciu ! »

 Horrible crime !

« Sangu lu tonu ! »

 Terrible tonnerre !

« Sangu lu Porcu ! » (v.animali)

Sang du cochon !

« Sangu li Macumettu ! »

Malheur à Mahomet !

« Sangu lu Satanassu ! »

Malheur à Satan !

« Cristu inchjudatu ! »

Nom du Crist cloué !

“Taddami i peda è i mani è lampami ind’è i mei.”  (v.famidda)

Coupe moi les mains et les pieds et jette moi avec les miens !

Di l’impurtanza di u stintu famigliali in stu pruverbiu.

 De l’importance des liens familiaux à travers ce proverbe.

«  Les frères sont comme les membres d’un même corps, tandis que le conjoint n’est qu’un vêtement dont on peut se séparer. » (Vietnamien)

« La so casa sia mundita (lampata) ! »

Puisse ta maison s’écrouler !

« Da la ghjesia sia scassatu (surtitu da a lista) ! »

Puisses-tu être rayé de la liste de l’église – des chrétiens !

« Ch’è tù crepi! »

Puisses-tu crever !

“Chì tù crepi com’è una ballotta !”

Puisses-tu éclater comme une châtaigne cuite !

« Chì tù imbuffi ! »

Puisses-tu gonfler !

« Chì tù imbuffi cum’è un otra ! »

Puisses-tu gonfler comme une outre !

« Chì tù affochi ! »

« Chè t’affovi ! »

Puisses-tu t’étouffer !

 « Chì tù sia u primu à falà in l’arca ! »

Puisses-tu être le premier à être enseveli dans la fosse commune !

« Chì tù sia tintu ! »

Puisses-tu être malheureux !

 « Ch’ellu ci ghjunga u cunfalonu in Carchetu ! » (v.paesi)

Puisse y arriver le « gonfalon » (étendard de la mort) à Carchetu !

 « Chì tù ci lasci l’achetta ! »

Laisser la peau ou la vie pour les guêtres.

„Chì tù caschi da in altu à mani in stacca !“

Puisses-tu tomber de très haut, les mains dans les poches !

« Chì tù sia allivantatu ! »

Puisses-tu être desséché par le vent !

« Chì tù sia allupatu ! »

Puisses-tu être atteint de la maladie du charbon !

« Chì tù sighi alluppiatu ! »

Que tu sois endormi par l’opium !

« Chì t’allampi è ùn truvà acqua ! »

Puisses-tu brûler de soif et ne pas trouver d’eau !

“Chì tù ùn appia cennere in u fucone !”

Puisses-tu ne rien posséder !

« Ch’elli ti cascanu ! (L’unghji, e manu) »

Puisses-tu perdre tes ongles ! (Les mains)

« Chì tù sia accartucciatu ! »

Puisses-tu être fusillé !

« Chì tù sia arrabbiatu ! »

Puisses-tu attraper la rage !

« Ch’iddu ti ghjunga a rabbia!

Puisses-tu attraper la rage !

«  La peste l’étouffe. » (Français) »

« Chì tù possa cascà di tant’altura ! »

Puisses-tu tomber de très haut !

« Quantu vegu di lungura ! »

Puisses-tu tomber d’aussi haut que je vois d’étendue !

« Chì t’ùn t’arriposi chè tù mai più ! »

Puisses-tu ne jamais trouver de repos !

« Tù possi ammutulì di nettu ! »

Puisses-tu devenir muet !

« Chì tù sia cecu ! »

Puisses-tu devenir aveugle !

« Chì tù mi palpi cecu ! »

Puisses-tu devenir aveugle !

« Chì tù sia abbaccinatu ! »

Puisses- tu perdre la vue !

« Chì tù brusgi à ligni verdi ! »

Puisses-tu brûler dans du bois vert !

« Chì tù sia arsenacatu ! »

Puisses-tu être empoisonné à l’arsenic !

« Chì tù sia appatelletu! »

Puisses-tu être empoisonné au daphné garou !

« Chì t’allampi è ùn truvà acqua ! »

Puisses-tu avoir  soif et ne pas trouver d’eau !

« Chè tù possi manghjà d’orzu è à debitu ! »

Puisses-tu manger de l’orge et à crédit !

« Ch’iddu ci canti u palcu ! »

Puisses-tu passer à l’échafaud !

« Ch’idda ci ghjunga a capra farrata ! »   (v. capra)

Puisse arriver la chèvre ferrée ! (Signe de malheur)

« Ch’ella sia l’ultima andata ! »

Puisses-tu prendre la dernière allée ! (Le chemin de la mort)

« Ch’elli vi si manghjanu i corbi ! » (v. corbi)

Puissent les corbeaux vous dévorer !

« Ti manghjini i corba in u vangaronu ! »  (v. corbi)

Puisses-tu être mangé par les corbeaux dans le creux de la vallée !

« Chì tù sighi alluppiatu ! »

Puisses-tu t’endormir ou être drogué !

« Ch’ellu ti ghjunga l’aggrancu ! »

Puisses-tu t’engourdir !

« Chì tù aggranchi ! »

« Chè t’accancheri ! »

Puisses-tu t’engourdir !

« Chì tù fussi aggrancatu ! »

Puisses-tu t’engourdir !

« Ch’ellu ti ghjunga una saetta ! »

Puisses-tu être foudroyé !

« Chì tù sia da la lupa imbirtulatu ! »

Puisses-tu être gonflé par la loupe !

« Tù possa avè quantu a ghjatta di Ciprianellu ! »  (v. ghjatta, paesi)

Puisses-tu être âgé comme le chat de Ciprianellu !

«  Puisses-tu être aussi agé que Mathusalem ! » (Français)

« Ch’iddi mi cascani i mani se l’aghju toccu ! »

Coupe moi les mains si je l’ai touché !

“Ch’iddi ti stinzini i pidochji !”  (v. pidochju)

Que les poux t’étendent raide mort!

« Chì tù vaghi la malora ! »

Que le malheur soit pour toi !

«  Mal rayo le partal ! » (Spagnolu)

«  Váyase a espulgar un galgo ! » (Spagnolu)

 «  Le diable t’emporte !

«  Va au diable ! » (Français)

„Chì tù sia da u boia !“

Puisses-tu tomber dans les mains du bourreau !

« Ch’ellu ci ghjunga u cunfalone ! »  (v.morti)

Appeler la bannière de la mort !

« Ti ghjunga u cancaru ! »

Puisses-tu avoir le cancer !

« Ch’iddu ti ghjunga u focu ! »

Puisses-tu avoir le zona (ou l’urticaire) !

« Ch’ellu appesti ! »

La peste soit avec toi !

« Ch’ellu ti ghjunga un attaccu ! »

Puisses-tu avoir une embolie !

“Chì tù ghjunga ad albitru in bocca.”

Puisses-tu être ramené mort à la maison !

« Chì tù ùn t’attagni mai più ! »

Puisses-tu ne jamais t’arrêter !

« Chì v’attrochjite ! »

Puisses-tu être paralysé !

« Chì t’azzonchi ! »

Puisses-tu boîter !

« Ch’ellu ti venga u frusciu ! »

Puisses-tu avoir la diarrhée !

« Ch’iddu durghi u me mal’ vicinu com’è a nivi marzulina ! »  (v. mesi, vicini)

Puisse vivre mon mauvais voisin autant que la neige au mois de mars ! Pas longtemps.  (Malédiction)

«  Durassi tantu la mala vicìna, quantu dura la nivi marzulìna. » (Calabria)

 « Ti suppesi u filanciu ! »  (v. filanciu)

Puisses-tu être emporté par le milan !

« Và à fatti leghja ! »

L’expression « Và à fatti leghja » (va te faire lire) signifie-t-elle se faire « lire » (lire dans l’huile de l’assiette) son destin par la personne qualifiée, « l’incantadori » ?

« Và à fatti dui frulli ! »

« Và à fatti fà a crina ! »

“Chì tù scia in Ascu !”

« È vai in Cardu ! »

« Mandà à l’imbule ! »

« Vai à tirattti un frugulu  à la marina di Siscu ! »  (v.paesi)

 «  Va au diable ! » (Français)

«  Va te faire voir chez les grecs ! » (Français)

«  Va te faire lanlaire ! » (Français)

« Va è fatti affibbià ! »

Va te faite attacher !

« Va à fatti un lavativu ! »

Va te faire un lavement !

« Vattini in Zinefria (Zinefrica) ! »

Va-t-en au diable !

« T’aghju da amparà u calateu ! »

Je vais t’apprendre la politesse !

« Ùn mi rumpa i stivali ! »

Ne me casse pas les bottes !

„Ùn mi rumpa so chè ùn aghju !“

« Ne me casse pas les couilles ! » (Français)

« Mi rumpi i santissimi ! »

Tu m’exaspères !

« M’hai ruttu e quattru bietule ! »

Tu m’ennuies !

« Chì tù sighi allignatu ! »

Puisses-tu être aligné !

« T’aghju da fà veda à San Roccu in u stagnalonu. » (16/08)  (v. cattiva educazioni,  festi/mesi)

Je vais te faire voir saint Roch dans le seau. (16/08)

«  Per San Rocco, la rondine fa fangotto. » (Talianu)

 « Chè tù perdi u rigiru ! »

Puisses-tu perdre le sens de l’orientation !

« I to pidochji !”  (v. pidochju)

Tes poux !

« Calva di piola ! »

 Coup de hache !

« Mandà à caternu ! »

«  Envoyer au diable ! » (Français)

« Ùn mi fà entre in Santu Santoru ! »

Ne me fais pas perdre ma patience !

« À l’aghju ditta in termini corsi. »

Je lui ai parlé en termes corses.

“Pò appruntà i to panni !”

Tu peux t’apprêter à mourir !

« Sia l’entrata è mai l’uscita ! »

Que ce soit l’entrée et jamais la sortie !

„Ch’idda mi sicchi a lingua !“

Que ma langue se dessèche !

« Ch’idda ti si manghji a carreghja ! »

Puisses-tu être mangé par les asticots !

« Per la miseria ! »

Misère ou Miséricorde !

« Per la miseriaccia ! »

Mauvaise misère ou mauvaise Miséricorde !

« Porca miseria ! »

Cochon de misère ou cochon de Miséricorde !

« Per lu nudichellu ! »

«  Fichtre ! Par ma barbe ! » (Français)

“Chì tù pigli i paesi !”  (v. paesi)

Puisses-tu aller de village en village !

« Chì tù sia pruibitu ! »

Puisses-tu être interdit !

« Chì tù puzzi vivu ! »

Puisses-tu puer la mort de ton vivant !

« Ch’elli ti ruminani i porci ! »  (v. purceddu)

Que les cochons te mangent, te triturent !

« Ti ghjungani i salisciona ! »

Puisses-tu être dévoré par les vers !

« Chì tù possa falà, à capinghjò, i scali di Bonifaziu ! »  (v. paesi)

Puisses-tu descendre, la tête première, les escaliers du roi d’Aragon, à Bonifacio.

« Tù sia scumunicatu ! »

Puisses-tu être excommunié !

« Chì tù sia scunfinatu ! »

Puisses-tu aller au diable !

« Ch’ellu scurisci ! »

Qu’il prenne le deuil !

 « Ch’elli ti scurticani com’è San Bartulumeu. »  (v.festi/mesi)

Puisses-tu être écorché vif comme saint Barthélemy. (24 /08)

« San Bartulumeu scurticatu in celu è in terra ghjova per avucatu. » (24 /08) (v. festi/mesi)

Saint Barthélemy écorché au ciel et sur terre fait fonction d’avocat.

«  A la Saint Barthélemy, la grenouille sort de son  nid. » (Français)

« Chì tù sia tribulatu com’è i campani di Tagliu ! »  (v. paesi)

Puisses-tu être tourmenté comme les cloches de Tagliu !

« Chì tù sia spiantatu ! »

Puisses-tu tout perdre !

« Ch’elli ti stinzani i cani ! »  (v. ghjacaru)

Puissent les chiens te dévorer !

« Chì tù sdrughji com’è u sali ! »

Puisses-tu fondre  comme le sel !

« Ti ghjunga a tigna ! »

Puisses-tu avoir la teigne !

“Ancu a pulitica ghjunghji à a to porta !”

Que la politique arrive à ta porte ! (Malédiction)

« Chì t’ùn t’accasi è mai più ! »  (v. matrimoniu)

Puisses-tu ne jamais te marier !

 « Ch’elle ti caschenu l’anelle ! »

Puisses-tu perdre tes mains (tes doigts) !

“Chì tù ùn appia cennere in u fucone !”

Puisses-tu ne plus rien posséder!

« Ventu sardu è partimala ! »

Vent sarde et cuscute ! (Souhait pour le blé de son ennemi)

« A scopa hè ghjastimata da u Signore. »

« Chì tù sia maladettu cum’è a scopa ! »

« La sdruga a to sumente cum’è di a scopa ! »  (v. campagna)

La bruyère est maudite par le seigneur.

Allusioni fatta à u mumentu quandu Maria è Ghjaseppu incù u banbinu, scappavani davanti à i rumani chì aviani ricivutu l’ordini di tumbà tutti i criaturi masci. S’erani piatti daretu à un machjonu di scopa è d’arbitronu. A scopa avia apartu i so branchi par tradisciali, inveci chì l’arbitronu l’avia piatti è salvati.

Allusion faite au moment où Marie et Joseph avec l’enfant Jésus, fuyant les romains qui avaient pour ordre de tuer tous les enfants de sexe masculin, s’étaient cachés derrière une touffe d’arbousier et de bruyère. La bruyère avait ouvert ses branches pour les trahir, alors que l’arbousier les avait sauvé.

« Chì tù sia u primu à fallà in l’arca! »

Puisses-tu être le premier à descendre dans la fosse commune !

“Ch’ella sia l’andata è ùn sia a vinuta !”

Que cela puisse être son dernier aller sans retour!

« Và à fatti insita a baracuccu ! »

«  Envoyer lallère (dinguer). » (Français)

« Un canapu vi strappi u collu ! »

Qu’une corde vous rompe le cou !

“Chì vo compite cum’è i mio soldi.”

Puissiez-vous finir comme mon argent!

« Chè tù sia accartucciatu ! »

Puisses-tu être criblé de balles !

« Chì tù sia allignatu ! »

Puisses-tu être brûlé vif !

« Chì tù innafanti ! »

Que tu ailles au diable !

« Ch’elle ti caschinu e mani. »

Puisses-tu être amputé des mains !

« Ch’ella ci ghjunga l’insegna ! »

Puisse-t-il y arriver la bannière mortuaire !

« Ch’ella ti venghi ella a lipria ! »

Puisses-tu attraper la lèpre !

« Chì t’abbia u prete in casa è u percettore à l’usciu ! »  (v.preti)

Puisses-tu voir arriver le prêtre chez toi et le percepteur à ta porte !

“Ch’idda s’imprunisca a to porta!”

Que ta porte se couvre de ronces! (Extermination de la famille)

« Ch’iddi s’accoddini i to tintinni !”

Que l’on ramasse tes sonnailles! (Ce qui reste d’un troupeau détruit)

« Ci canti a malacedda ! » (v. aceddu)

Qu’y chante l’oiseau de mauvaise augure !

« Ci canti u ghjaddu pinzutu ! »  (v.animali)

Qu’y chante le coq pointu ! (Malédiction)

« Chì tù morga à u bughjonu ! »

Puisses-tu mourir dans le noir !

« Ti portini in quattru! »

Que l’on te porte en quatre !

« Ch’è tù esca da casa à pedi in davanti ! »

Puisses-tu sortir de chez toi les pieds devant !

« Ti facini un teghju ! »

Qu’on te fasse une dalle (mortuaire) !

« Chì tù bei toscu! »

Puisses-tu t’empoisonner en buvant !

“Ch’elli ti pelinu com’è u zanu!”

Que l’on te rase comme le sac en peau de sanglier.

« Chì tù sia accanapatu ! »

Que tu sois lié avec une corde !

« Ch’elli ni fecenu u strappellu ! »

Puisses-tu être mis en morceaux !

« Chì tù picci à bent’altu ! »

Puisses-tu brûler !

« Chì t’un ti sappii tù cunnosce ! »

Puisses-tu ne pas savoir te reconnaître toi-même !

« Ch’ella ti junga a pupilla ! »

Puisses-tu avoir la pupille !

« Chì tù sia u rinfrescu di u campusantu ! »

Puisses-tu être le renouveau du cimetière !

“Chè tù faccia i mangani !”

Puisses-tu balancer au bout d’une corde!

« Chè tù sia scunghjuratu! »

Puisses-tu être exorcisé ! (Avoir de la malchance)

« Chì tù palpi i quatri ! »

Puisses-tu devenir aveugle !

 « Ch’è tù sighi appaghjatu in tola ! »

Puisses-tu être couché raide sur le tréteau (mortuaire)!

« Accidenti à … è à chì l’hà invintatu ! »

Au diable … et ceux qui l’ont inventé !

“Chì tù pigli i paesi !”

Puisses-tu errer d’un village à un autre !

« Chì tù perdi tù s’anghjiculedda ! »

Puisses-tu perdre le peu de jugeotte qui te reste !

« Chì tù perdi l’abbaghju com’è i vechji cani ! » (v. ghjacaru)

Puisses-tu perdre l’aboiement comme les vieux chiens !

 « Chè tù possa spanticà cum’è a filetta ! »

Puisses-tu disparaître comme la fougère ! (Difficile de la faire disparaître)

« Chì vo sterpite, una volta ! »

Puissiez-vous disparaître!

„Ch’ellu ti fali u tonu!“

Que le tonnerre te tombe dessus !

« Ch’ella ti fali a saetta ! »

Que la foudre te tombe dessus !

« Chì  tù paspe i quadri di Petra Serena ! »  (v. paesi)

Que te te heurtes aux angles de Petra Serena !

« Chì tù scia spartunata ! »

Que tu sois veuve !

« Tù sia abbissatu ! »

Ouisses-tu tomber dans l’abîme !

« Bon prò ti faccia ! »

Que ça te profite bien !

Sclamazioni sirvuta com’è un antifrasa. Com’è par dì, prufitani (in bè avali , parchì pudaria durà pocu).

 Exclamation employée par antiphrase. Comme pour dire profite (en bien maintenant car cela risque de ne pas durer).

 « Ch’ella si secchi a to lingua ! »

Que ta langue se déssèche !

« Ch’ella si ne caschi a to lingua à pezzi ! »

Que ta langue tombe en morceaux !

« Ch’ella si ne fali a to lingua in gola ! »

Puisses-tu avaler ta langue !

« Ch’ella ti ghjunga a pipilla ! »

Que tu attrapes la pépie !

« Chè tù varg’à e forche ! »

Que tu ailles à la potence !

« Ch’elli ti pigliani i filanci ! »  (v.animali)

Puisses-tu être emporté par les éperviers !

« Chì tù ùn ti cunnosca ! »

Puisses-tu ne pas te reconnaître !

« Chì tù sprifondi ! »

Puisses-tu prendre le fond !