Ghjesia, messa :

Eglise, messe :

 

« Nantu à una bedda ghjesia ci voli un bon campanili. »

Sur une belle église il faut un bon clocher.

Si a ghjesia hè u locu d’acuddera di a pupulazioni, u campanili l’hè ancu di più. Vistu a so altura è a so prisenza si vidi da luntanu. Hè cussì ch’iddu parmetti à l’abitanti è à i visitadori di situà u pesu da luntanu. Incù i so campani liati in altu, parmetti dinò di fassi senta da luntanu. U campanili teni dinò una parti impurtanti in a valurisazioni di a ghjesia. Da ritena  u coppiu ghjesia-campanili ch’iddu si pò avvicinà da Diu-ghjesù, è ancu da u coppiu omu-donna.

Si l’église est un lieu rassembleur de la population, le clocher l’est encore plus. De par sa haute taille et sa prestance il est visible de très loin. Il permet ainsi aux habitants et aux visiteurs de situer le village à grande distance. De par ses cloches hautement placées, il permet aussi de se faire entendre de très loin. Le clocher a aussi un rôle important de mise en valeur de l’église. A noter aussi la dualité église/clocher qui peut sans doute se rapprocher de celle de Dieu/Jésus, ainsi que de celle Femme/homme.

«  Plus le clocher est élevé plus la sonnerie est haute. » (Français)

« Induva ùn ci n’hè, ancu a ghjesia ni perdi. » (v. puvertà)

Où règne la disette l’église est perdante.

Da poi a spicanza di u Statu è di a Ghjesia, st’ultima devi campà incù i so soldi. Ancu si numarosi aiuti sò dati da i cullittività o da l’associi, a Ghjesia devi dumandà aiutu à a pupulazioni fendu l’accolta. Quandu quissa era in a miseria, a Ghjesia l’era anch’idda.

Depuis la séparation de l’Etat et de l’Eglise, cette dernière doit surtout vivre avec ses propres deniers. Même si de nombreuses aides sont accordées à l’Eglise par des collectivités ou des associations, elle a dû et elle doit encore aujourd’hui faire appel au denier du culte, offert par la population. Si celle-ci était dans la misère, l’Eglise l’était aussi.

“Spuddà a ghjesia pà vesta l’altari.” (v. puvertà, inutilità, avarizia)

Il déshabille l’église pour habiller l’autel.

“ Non bisogna spogliar San Petro per vestir San paolo.” (Talianu)

«  Scoprire un altare per ricoprine un altro. » (Talianu)

«  Spogliar un santo per vestirghene un altro. » (Veneto)

«  Desnudar a un santo para vestir a otro . » (Spagnolu)

«  Trampa adelante. » (Spagnolu)

 «  Déshabiller Saint Pierre pour habiller Saint Paul. » (Français)

«  Il enlève le toit de l’église pour recouvrir la chapelle. » (Lituanien)

«  Creuser un trou pour en boucher un autre. » (Français)

« Ùn si pò micca purtà a cruci è canta a missa. » 

 « Ùn si pò cantà a missa è purtà a cruci. »

On ne peut pas chanter la messe et porter la croix en même temps.

« Ùn si pò dorme è fà guardia. »

On ne peut dormir et monter la garde.

« Ùn si pò esse in casa è fora. »

On ne peut être à la fois à la maison et dehors.

« Ùn si pò esse à listessu tempu à u fornu è à u mulinu. » 

On ne peut être à la fois au four et au moulin.

« Un fattu si face è l’altru si ferma. » (v. mudestia, missa,  difficultà)

Un travail se fait et l’autre attend.

«  Non si può cantare e portar la croce. » (Talianu)

“ No se pol cantar e portar el Cristo. » (Venezia Giulia)

«  Sa pò miga cantaà e portaà la crus. » (Canton Ticino)

«  Non si può bere e fischiare. » (Talianu)

«  Non si può tenere la farina in bocca e fischiare. » (Talianu)

«  S’ peur nen beivi e subià, nen cori e fà bela gamba, nen cantà e portà la cros. » (Piemonte)

«  No se puede chiffar y beber agua. » (Spagnolu)

“ Soplar y sorber no puede junto ser.” (Spagnolu)

«  No se puede estar repicando y en la procesiòn. » (Spagnolu)

 «  On ne peut être à la fois (ensemble) au four et au moulin. » (Français)

«  On ne peut pas chanter la messe et suivre la procession. » (Français)

«  On ne peut pas  courir deux lièvres à la fois. » (Français)

«  On ne peut à la fois souffler et avaler. » (Grec)

«  On ne peut admirer en même temps la lune, la neige et les fleurs. » (Japonais)

«  On ne peut siffler et boire en même temps. » (Espagnol)

«  On ne peut boire et souffler à la fois. » (Espagnol)

«  L’on ne peut humer et souffler tout ensemble. » (Français)

U fattu d’avè monda mezi ùn dà micca a pussibilità di rializà l’impussibili com’è a dici u pruverbiu chì suveta :

Le fait d’avoir beaucoup de moyens n’autorise pas la réalisation de l’impossible comme dans le proverbe :

«  Le chien a quatre pattes, mais il n’est pas capable de prendre quatre chemins. » (Antillais, Congo)

« Da la ghjesia sia scassatu ! »

Puisses-tu être rayé de la liste des chrétiens !

Tamanta ghjastima chè quidda d’essa cacciatu da a lista di i cristiani. Quissa voli dì ch’idd’ùn faci più parti di a cumunità. Quiddi chì sò cacciati sò dinò chjamati « l’ebbrei » (Pò dassi in rifarenza à l’esodiu di l’ebrei)  o « i turchi » (Tinuti fora di u cristianisimu).

Blasphème suprême que d’être rayé de la liste des chrétiens. Cela équivaut à ne plus faire partie de la communauté. Ceux qui le sont peuvent aussi être appelés des « Ebrei » (des hébreux, des juifs, en référence à l’exode des hébreux), ou des « Turchi » (des Turcs, considérés comme ne faisant pas partie des chrétiens).

« Esse affunatu com’è un cane in chjesa. »  (v. ghjacaru)

Malheureux comme un chien dans une église.

«  Malheureux comme un chien dans un jeu de quilles. » (Français) 

« Mette nant’à l’altare. »

Mettre sur l’autel.

«  Porter aux nues. » (Français)

« Vinu di pargula, missa di pargula. »  (v. agricultura)

Vin de treille, messe sans valeur.

« Senza soldi ùn si canta missa. »  

On ne chante pas de messe sans argent.

« Senza vinu ùn si dici mancu messa. »  (v. soldi)

On ne dit pas la messe sans vin.

«  Senza denari non si canta messa. » (Talianu)

«  Senza dinari ‘un si cantanu missi. » (Calabria)

«  Pochi soldi, poca festa. » (Talianu)

“ Por dineros baila el perro.” (Spagnolu)

«  Quieres que te siga a su can ? Dale pan. » (Spagnolu)

«  A chico caudal, mala ganancia. » (Spagnolu)

 «  Point d’argent, point de Suisse. » (Racine)

«  Pas de penny, pas de joueurs de cornemuse. » (Nouveau Testament)

«  Peu d’argent, peu de procès. » (Turc)

«  A petit capital, maigre bénéfice. » (Espagnol)

«  Un homme sans argent est un arc sans flèches. » (Indien)

« Messa pagata hè quant’è cantata. »

Messe payée c’est comme si elle avait été chantée.

« Sò messe dette. »  (v . prumessi)

Ce sont des paroles (des promesses) oubliées.

« Autant en emporte le vent. » (Français)

«  Sono parole volate via al vento. » (Talianu)

« Nè per freddu nè per terzane, ùn si sonanu e campane. »  (v.disgrazia)

On ne sonne les cloches ni pour les fièvres ni pour le froid.

« Pesa quant’è u peccatu murtale. »

Il est aussi lourd que le péché mortel. (De qqn. qui ne fait pas dans la dentelle)

« Hè un caca in ghjesia. » (v. difetti)

C’est une personne de peu de valeur.