Ghjustizia,  leggi,  fiducia, libertà, rispunsabilità, raghjoni :

Justice, loi, confiance, liberté, responsabilité, raison :

 

 

« Fà à ruhja para. »

Mettre tout le monde au même niveau.

« Diu hà fattu tutti l’omi di ilstessu sangue. Atti di l’Apostuli. »  (v.Diu)

Dieu a fait tous les hommes avec le même sang (tous égaux). Actes des Apôtres.

« A razza hè belle è bona, ma ciò chì conta hè a persona. »

La race est belle et bonne, mais ce qui compte c’est la personne.

« E qualità di a razza ùn valenu quelle di a persona. »

Les qualités de la race ne valent pas celles de la personne.

Altra manera di dì chì l’omi, qualsiasi a razza, sò uguali.

Autrement dit, les hommes, quelquesoit la race, sont égaux.

« Fatta a leggi, natu l’ingannu. »

La naissance de la loi engendre la tromperie.

Da ritena in stu pruverbiu è in quiddi chì suvetani a poca cunsiderazioni par a ghjustizia è a leggi. Tramindui sò sinonimi di dubitu, di furbaria, d’imbroglii, d’intirvinzioni d’ugni manera par cambià a strada è u stintu di a ghjustizia. Vinarà da u fattu chì a leggi hè stata mal appiigata in Corsica, di una falza intarpretazioni, di u ricusu di piddà in contu i rialità lucali ? O allora a leggi ùn sarà micca capaci di sorta di a so strinta è di rispittà di più u so spiritu? I corsi si sò sempri sfidati di a ghjustizia. È ancu di più di l’istituzioni è di l’omi chì devini appiicà sti leggi. Eppuri i corsi tenani monda à a nuzioni di u « ghjustu ». À cundizioni chì u « ghjustu » purtessi incù iddu tutti i rialità lucali, infrugnendu in sta nuzioni, a diminsioni suciali, culturali è spirituali chì impasta u populu corsu.

Il est à noter à travers ce proverbe et les autres qui suivent le peu de considération pour la justice et la loi. Toutes deux sont synomynes de doute, de tromperie, de magouilles, d’intervention en tout genre pour détourner le cours et l’esprit de la justice. Est-ce dû à une mauvaise application de la loi, à une mauvaise interprétation, à une non reconnaissance et à une non prise en compte des réalités locales ? Ou la loi n’est elle pas capable de sortir de sa raideur et de prendre en compte l’esprit de la loi ? Les corses ont toujours été méfiants vis-à-vis de la justice. Et plus précisément des institutions et des hommes qui sont censés appliquer ces lois.  Pourtant les corses sont très attachés à la notion du « juste ». A la condition que ce « juste » prenne en compte toutes les réalités locales, allant jusqu’à introduire dans cette notion, la dimension sociale, culturelle et spirituelle dont est pétri le peuple corse.

“ Fatta la legge, trovato l’inganno. » (Talianu)

“Nessuna legge è comoda ugualmente per tutti.” (Talianu)

«  Fatta la legge, pensata la malizia. » (Toscana)

«  Hecha la ley, hecha la trampa. » (Spagnolu)

 «  La loi est  à peine faite qu’on trouve le moyen de la tourner. » (Espagnol)

«  La loi est faite pour tous, mais elle ne régit que le pauvre. » (Amérique latine hispanophone)

«  La loi est une toile d’araignée : le bourdon s’y fraie un passage, la mouche s’y empêtre. » (Russe)

« Nata a legge, nata a malizia. »  (v. malizia)

La naissance de la loi engendre la malice.

«  Le travail est tel qu’on le fait, la loi est telle qu’on la lit. » (Tchoude, Nord de l’Estonie)

A littura di a legi pò avè un’intarpretazioni diffarenti.

La lecture de la loi peut avoir une interpétration différente.

Ma impurtanza di a leggi par mantena l’equilibriu suciali in u pruverbiu chì suveta :

Mais importance de la loi pour le maintien de l’équilibre social dans le proverbe :

«  Où finissent les lois, la tyrannie commence. » (William Pitt)

« A legge hè com’è a coda di u sumere, à chì hà forza più a stinza. »  (v. forza, animali)

La loi ressemble à la queue de l’âne, celui qui est puissant peut la tirer à son aise.

«  La giustizia è fatta come il naso ; dove tu la tiri viene. » (Talianu)

«  La leze xe fata come le calze nove: ti la tiri, ti la moli, come che ti vol. » (Istria)

«  Quando vien la forza, è morta la giustizia. » (Talianu)

 «  La loi a le nez en cire. » (On peut la modeler) (Tchèque)

«  Faire  un nez de cire à quelqu’un. » (Français).

«  Les lois sont des toiles d’araignées à travers lesquelles passent les grosses mouches et où restent les petites. » (H. de Balzac)

«  Les lois sont toujours utiles à ceux qui possèdent et nuisibles à ceux qui n’ont rien. » (Jean Jacques Rousseau)

« Nouveaux maîtres, nouvelles lois. » (Français)

«  De nouveau roi, nouvelle loi. » (Français)

«  La loi est comme le couteau : elle n’offense pas qui la manie. » (Amérique latine hispanophone)

« La loi a été faite pour le riche et le châtiment pour le pauvre. » (Américain)

« Andate da l’omi è nò da a ghjustizia. »

Adressez vous aux hommes et non à la justice.

« N’attends pas la justice de la justice. Elle a déjà donné. » (Chinois)

« Ghjustizia morandina. »

Justice expéditive de Morand.

Riprissioni ceca di u generali francesu Morand, inviatu in Corsica da u rè di Francia par dummà a ribillioni di i Corsi.

Répression aveugle du général français Morand, envoyé en Corse par le roi de France pour mater la rébellion des corses.

« La volonté du roi est tenue pour loi. » (Basque)

« Ùn ci hè regula senza cavizzonu. »

Il n’y a pas de règles, de règlements, de lois,  sans contraintes (et aussi sans exception).

«  L’eccezione conferma la regola. » (Talianu)

“ Tutt i regol gh’han la soa eccezion.” (Lombardia)

No hay regla sin excepciòn.” (Spagnolu)

« Nulla regula sine exceptione. » (Latin)  (Pas de règle sans exception)

 «  L’exception confirme la règle. » (Français)

«  Il n’est règle qui ne faille. » (Français)

« Chì cumanda face legge. »  (v. cumandu)

Qui a le pouvoir se sert et  s’enrichit.

«  Chi comanda fa legge. » (Talianu)

«  Chi cummane fa la lègge. » (Abruzzo)

«  Qui comandat faghet lege. » (Sardegna)

 «  Que veut le roi le veut la loi. » (Français)

«  Faire la pluie et le beau temps. » (Français)

«  Quand le meunier est aussi maire, ça fait deux voleurs dans une seule culotte. » (Alsacien)

«  Personne ne tire le miel sans se lécher les doigts. » (Malinké, Afrique)

«  Qui tient la poêle par la queue il la tourne par où il lui plait. » (Français)

«  Avec de l’argent ou des relations, on se tire toujours d’affaire. » (Français)

«  Tout s’arrange en dînant dans le siècle où nous sommes, et c’est par des dîners qu’on gouverne les hommes. » (C. Delavigne)

«  Un brochet fait plus qu’une lettre de recommandation. » (Français)

« Chì maneghja, grasseghja. »

« Chì manighja, brunighja. »  (v. cumandu, puteri)

Qui a le pouvoir se sert et  s’enrichit.

 «  Da giudice che pende, giustizia invan s’attende. » (Talianu).

«  El que tiene capa, escapa. » (Spagnolu)

«  Tener el cucharon por el mango. » (Spagnolu)

 «  Qui tient la poêle par la queue il la tourne par où il lui plait. » (Français)

«  Avec de l’argent ou des relations, on se tire toujours d’affaire. » (Français)

«  Tout s’arrange en dînant dans le siècle où nous sommes, et c’est par des dîners qu’on gouverne les hommes. » (C. Delavigne)

«  Un brochet fait plus qu’une lettre de recommandation. » (Français)

«  Bon droit a besoin d’aide. » (Français)

« Meriacci fonda legge. »  (v. paesi)

Meriacci, créateurs de lois.  (Allusion faite à l’utilisation partisane de la loi)

« In Toscana e legge durano una settimana e in Livorno appena un giorno. » (Talianu)

« Chì hà pani è cultedda faci i fitti a modu soiu. »  (v. cumandu)

Celui qui tient le couteau, coupe les tranches à son usage.

Di u difettu, di a dibulezza di l’omu à lasciassi intrappulà da u puteri ch’iddu hà. Incù stu puteri in manu hè capaci di u meddu com’è di u peghju. U peghju à fà era di servasini par i so fatti parsunali o ancu par quiddi di a so famidda è di i so amichi. Una manera com’è un antra di svià a ghjustizia è di fà nascia in ghjiru à se una impurtanza utuli è sinonima di riescita suciali chì era à spissu è pa u più ben accolta in u publicu. (Veda dinò i dui pruverbii chì suvetani : « Chì maneghja, grasseghja » è « Chì manighja, brunighja »)

Du défaut, de la faiblesse de l’homme à se laisser corrompre par le pouvoir qu’il détient. Grace à cet outil il est capable du meilleur comme du pire. Le pire étant de s’en servir à ses fins personnelles ou à celles de sa famille et de ses amis. Une façon comme une autre de contourner la justice et de créer autour de soi une aura utile et synonyme de réussite sociale qui était souvent et  majoritairement bien accueillie dans le public. (Voir aussi les deux proverbes qui suivent : « chì maneghja, grasseghja » et « chì manighja, brunighja »)

«  Chi fa le parti, ha la parte migliore. » (Talianu)

«  Chi sparte ha la mejo parte. » (Lazio)

U cuntrariu :

Le contraire:

“ Quall ch’ fa el pèrt, l’è l’ùltom a ciapèr.” (Emilia)

 «  On n’est jamais si bien servi que par soi-même. » (Français)

«  Être juge et partie. » (Français)

«  Qui a la barbe a le peigne. » (Grec)

« Chì hè in tarra ghjudica, chì hè in mari navica. »

Qui est sur terre juge, qui est sur mer navigue.

« Cù dinari è amicizia si torci u nasu à a ghjustizia. » 

Avec de l’argent, le soutien des parents et  des amis on  peut infléchir le cours de la justice.

« Tra parenti, denari è amicizia si vince ancu a ghjustizia. »

Avec des parents, de l’argent et des amis on est plus fort que la justice.

« Denari è amicizia ùn hanu paura di a ghjustizia. »

L’argent et l’amitié n’ont pas peur de la justice.

« Denari è amicizia si burlanu di a ghjustizia. »  (v. puteri, amicizia, soldi, parintia)

L’argent et l’amitié se moquent de la justice.

«  Quattrini e amicizia  rompon le braccia alla giustizia. » (Talianu)

«  Chi compra il magistrato, vende la giustizia. » (Talianu)

“ Donato a rotto il capo a Giusto.” (Toscana)

«  Chi compra el giudice, vendi la giustizia. » (Venezia Giulia)

«  Dádivas quebrantan peñas. » (Spagnolu)

«  El dar quebranta las peñas. » (Spagnolu)

 «  Avec une bourse au cou, personne ne peut être pendu. » (Russe)

«  Le juge est comme l’essieu de la charrette : dès qu’on le graisse il cesse de grincer. » (Roumain)

«  La poche du juge est comme la bedaine du pope. » (Russe)

«  La justice a été faite pour les riches et le châtiment pour le pauvre. » (Grec)

«  L’or posé sur l’acier ramollit ce dernier. » (Avec de l’argent, on obtient des faveurs) (Persan)

«  Qui a de l’argent a des pirouettes. » (Français)

«  Souvent la justice penche du côté où penche la bourse. » (Scandinave)

« Les cadeaux aplanissent bien des difficultés, le don humilie rocher et monts. » (Français)

«  Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » (La Fontaine)

«  La justice, c’est six mille ans d’erreurs judiciaires. » (Robert Brasillach)

« La justice est une si belle chose qu’on ne saurait trop cher l’acheter. » (Alain René Lesage)

« Ch’ella ci ghjunga a ghjustizia villese ! »  (v. paesi)

Puisse arriver la justice de Ville de Parasu !

L’abitanti di Ville di Parasu si vindiconu di i pastori niulinchi tumbenduni 17 ; Quisti aviani tumbu un vichjettu chì riclamava u rimpattu pà a so arba manghjata.

Les habitants de Ville de Parasu se vengèrent des bergers niolins en en tuant 17 ; ceux-ci avaient tué un vieillard qui leur réclamait un dommage d’herbage.

« Chì di cultellu ferisce, di cultellu perisce. »

Celui qui blesse avec un couteau se fera blesser par un couteau.

« Chì di piombu ferisce, di piombu perisce. » 

Qui blesse avec le pomb, périra par le plomb.

« Darè vita pà vita, ochju pà ochju, denti pà denti, mamu pà manu, pedi pà pedi, brusgiatura pà brusgiatura, ferita pà ferita, macatura pà macatura. » (A Bibbia)  ( v. onori)

Tu rendras vie pour vie, œil pour œil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied, brûlure pour brûlure, blessure pour blessure, plaie pour plaie. (La Bible)

Pò dassi  in rifarenza à a vindetta chì dumandava riparazioni di u malfattu sirvindusi di i stessi armi chè quiddu chì avia inghjuliatu a famidda.

Probablement en référence  à la vendetta qui demandait réparation  en utilisant les mêmes armes que celui qui avait porté atteinte à l’honneur de la famille.

«  Chi di spada ferisce, di spada perisce. » (Talianu)

« Qui de ferru ferit, de ferru perit. » (Sardegna)

«  Chi feriss de cortell, moeur de cortell. » (Lombardia)

«  Quien a hierro mata, a hierro muere. » (Spagnolu)

 «  Œil pour œil, dent pour dent. » (Français)

«  Rengaine ton épée : tous ceux qui useront de l’épée, périront par l’épée. » (Nouveau Testament)

«  Les démons doivent être chassés par les démons. » (Allemand)

«  Qui baigne ses mains dans le sang les lavera dans les larmes. » (Allemand)

« Averai  quella muneta chè tù davi. »

Tu recevras la monnaie que tu as donnée.

« Rendre la monnaie de sa pièce. » (Français)

« Mettiti in i me panni. »

Mets-toi à ma place.

« Ancu in casa di u rè, a regula ci stà bè. » (v. educazioni)

Le règlement est bénéfique même dans la maison du roi.

A ghjusizia hè dumandata par difenda i so intaressi, mais micca par difenda quiddi di l’altru o ancu quand’idda fala in coddu à se stessu, com’è a dicini i pruverbii :

La justice est réclamée pour défendre ses intérêts, mais pas toujours pour défendre ceux de son adversaire ou lorsqu’elle se retourne contre soi, comme dans les proverbes suivants :

“ Justicia, mas no por mi casa.” (Spagnolu)

 «  Vive la justice, mais pas chez moi. » (Espagnol)

«  Où règne la justice, c’est la liberté d’obéir. » (J. Montgomery)

«  On aime la justice en la maison d’autrui. » (Français)

« A raghjò hè a toia, ma a capra hè a meia. » (v. inghjustizia)

Tu as la justice pour toi (tu as raison), mais la chèvre m’échoit.

«  La raison se trouve entre l’éperon et la bride. » (G. Herbert)

« Mettasi in manu. »

Se rendre à la justice.

«  Rendre les armes. » (Français)

« Si sorti di ghjustizia unu spugliatu, l’altru in camisgia. »

Les procès sont une véritable ruine pour les plaignants et pour les acuusés.

«  Chi va in mano all’avvocato, come un pollo vien spennato. » (Talianu)

«  Processo, taverna e orinale, mandan l’uomo all’ospedale. » (Talianu)

« I scocchi e gli ostinati arrichiscon gli avvocati. » (Talianu)

«  Chi va ‘mmano all’avvucato, se magna ‘nfine all’urdemo ducato. » (Campania)

«  I testard e i litigatt, ingrassa i avovat.” (Lombardia)

 «  Après le procès, l’une des parties est nue et l’autre est en chemise. » (Serbo-Croate)

«  Qui gagne son procès est en chemise ; qui le perd est tout nu. » (Français)

«  Qui gagne son procès gagne poule et perd vache. » (Chinois)

«  Au jardin de l’avocat, un procès est un arbre fruitier qui s’enracine et ne meurt pas. » (Italien)

«  Les mains d’un avocat sont toujours dans la poche de quelqu’un. » (Indien)

«  Le paysan entre deux avocats est comme le poisson entre deux chats. » (Espagnol)

«  La justice coûte cher. C’est pour ça qu’on l’économise. » (Marcel Achard)

«  L’avocat moissonne, le médecin glane. » (Occitan)

« Hè megliu un cattivu accomodu chè una bella sentenza. »

Il vaut mieux un mauvais arrangement qu’une bonne sentence.

«  Meglio un cattivo accordo che una causa vittoriosa. » (Talianu)

«  Meglio un magro accordo che una grassa sentenza. » (Talianu)

«  E’ meglio ‘nu mal’ accordo ca ‘na causa vinta. » (Campania)

«  Más vale mal concierto, que buen pleito. » (Spagnolu)

«  Más vale salto de mata que ruego de buenos. » (Spagnolu)

«  El vencido, vencido, y el vencidor, perdido. » (Spagnolu)

 «  Maigre accomodement vaut mieux que gras procès. » (Alsacien)

«  Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès. » (Lituanien)

«  Gagne assez qui sort de procès. » (Français, XVII° s.)

«  Dieu préfère toujours la clémence à la justice. » (Robert Gauvier)

«  La justice est chère ; prenez une pinte et arrangez-vous. » (Anglais)

«  Si on m’accusait d’avoir volé les tours de Notre Dame je commencerais par prendre la fuite. » (Français)

« Hè megliu un magru accordu chè una bella sentenza. »

Mieux vaut un mauvais accord qu’une bonne sentence.

« Sò quant’è a ghjustizia. »   (v. forza)

Ils sont aussi nombreux que la justice.

« Sò quant’è i brughi. »

Ils sont aussi nombreux que les vers ou chenilles.

« Sò quant’è i furmiculi. »

Ils sont aussi nombreux que les fourmis.

« Sò quant’è i sturnelli. »

Ils sont aussi nombreux que les étourneaux.

« Erani cent’è undici. »

Ils étaient cent et onze (c.à.d. très nombreux)

« Eranu quant’è i culombi collati. »

Ils étaient aussi nombreux que les pigeons à collier.

« N’ esci da suttu à i petri. »

Il en sort de dessous les pavés.

 « Sò quant’è a rimigne sarda. »

Ils sont aussi nombreux que le chiendent sarde. (Se dit d’une famille nombreuse)

« Quant’ellu ne benedisce u prete. »

Autant que peut en bénir le curé.

 «  Ser ciento y la madre. » (Spagnolu)

 « Sò quant’è i beati Paoli ! »

Ils sont aussi nombreux que les Beati Paoli.

Allusioni fatta à a creazioni di una massunaria, chjamata i « Beati Paoli » chì s’arrimbava annantu a suciità siciliana di i vindicatori. I « Beati Paoli » sò stati numarosi… (La Franc-maçonnerie dans le rural corse de Philippe Guglielmi – ADECEC – Cervioni)

Allusion faite à la fondation d’une contre maçonnerie, dite des « Beati Paoli » qui s’appuyait sur la société sicilienne des vengeurs. Les Beati Paoli furent nombreux…(La Franc-maçonnerie dans le rural corse de Philippe Guglielmi –ADECEC –Cervioni)

« U bisognu abbatti a leggi. » (v. bisognu)

«  Il bisogno fa trottar la vecchia. » (Talianu)

«  La fame non conosce legge. » (Talianu)

«  La necessità rompe ‘a legge. » (Campania)

«  Su famine non hat lege. » (Sardegna)

«  Hombre pobre, todo es trazas. » (Spagnolu)

«  La necesidad carece de ley. » (Spagnolu)

«  La necesidad hace maestro. » (Spagnolu)

«  Force fait (passe) loi. » (Français)

«  Nécessité n’a point de loi. » (Français)

« Nécessité n’a ni roi ni loi. » (Basque)

«  Nécessité est mère d’industrie. » (Français)

«  La nécessité ne connaît pas de loi. » (Saint Augustin)

«  Si par hasard tu fais incliner la balance de la justice, que ce ne soit jamais sous le poids d’un cadeau, mais sous celui de la miséricorde. » (Cervantes)

«  Usage fait loi. » (Français)

«  Oui, mieux que la raison l’estomac nous dirige. » (Jacques Ancelot)

« L’usu faci leggi. »   (v. usi)

L’us (les coutumes) font loi.

A ghjustizia ùn hè micca listessa sicondu u mumentu, i circustanzi, i ghjudici, u locu, u paesu… U so impiegu strettu senza tena contu d’altri fatti pò purtà à l’inghjustu. L’usi è i maneri di fà di un paesu intriciani lei è reguli cumuni accittati da a cumunità. A so custruzzioni si faci annant’à u sennu, a saviezza è annant’à u sapè, a pratica è i cridenzi di u populu. Raprisentani una spezia di tavula di i leggi è di i rigulamenti nati da tutti sti fatti. Sò diffarenti di i leggi ufficiali à spissu senza anima, senza fiatu è luntanu da i rialità lucali, da u fattu ch’iddi piddani in contu è ripruduciani tutta a diminsioni umana è spirituali di un populu.

La justice n’est pas identique selon le moment, les cirtonstances, les juges, le lieu, le pays… Sa stricte application sans tenir compte d’aucuns de ces facteurs peut conduire à l’injustice. Les us et coutumes d’un pays établissent des liens et des règles communes acceptées par la communauté. Leur élaboration repose sur le bon sens, sur la sagesse et sur les savoirs, les pratiques et les croyances du peuple. Ils représentent une sorte de table de lois et de règlements  intégrant toutes ces données. Ils diffèrent des lois officielles souvent sans âme et loin des réalités locales, par le fait qu’ils intègrent et reproduisent toute la dimension humaine et spirituelle d’un peuple.

«  L’usu viecchiu è legge. » (Calabria)

«  La costumbre hace ley. » (Spagnolu)

«  Usage fait loi. » (Français)

« Les coutumes charrient les lois. » (Basque)

« L’usage est le tyran des langues (il prévaut sur les règles). » (Français)

« C’est être fou que d’être sage selon raison contre l’usage. » (Français)

 « Plaisante justice, qu’une rivière borne ! Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà. » (Pascal)

« Vérité hier, erreur aujourd’hui, faute demain. » (Montaigne)

«  Peccadilles dans mon pays, grands péchés à l’étranger. » (Magyar)

«  Un renard ne devrait pas être jugé au procès d’une oie. » (Anglais)

«  Stricte jusice, grande injustice. » (Allemand)

« A fami ùn cunnosci leggi. »  (v. fami)

La faim ne connaît pas la loi.

«  La fame non conosce legge. » (Talianu)

«  Su famine non hat lege. » (Sardegna)

«  La fame è cattiva consigliera. » (Talianu)

 «  L’affamé  n’a ni religion ni foi. » (Persan)

«  L’amour, le travail, la famille, la religion, l’art, le patriotisme sont des mots vides de sens pour qui meurt de faim. » (O’ Henry)

«  Crois-tu qu’on puisse être bien tendre lorsqu’on manque de pain ? » (Abbé Antoine François Prévost)

«  Le ventre n’a pas de conscience. » (Allemand)

«  La faim est mauvaise conseillère. » (Français)

«  Rassasié on devient Bouddha, affamé on devient un diable bienfaisant. » (Vietnamien)

« A leggi hè a leggi. »

La loi c’est la loi. Invitation à respecter la loi dans toute sa rigueur.)

« Duna lex sed lex. » (Latin)  (La loi est dure, mais c’est la loi)

« Avè forza di legge. »

Avoir force de loi.

« Nulla paena sine lege. » (Latin)  (Nulle peine sans loi)

« Ignorant a juris neminem excusat. » (Latin)  (Nul n’est censé ignorer la loi)

« Dumandà hè leggi. »

Demander, questionner, est un droit.

« Ùn averà studiatu a legge in Canavaghja ! »   (v. paesi)

Il n’a pas appris la loi à Canavaghja ! (Ironique)

« À chì hè perseguitatu da a ghjustizia, camina di notti com’è i topi pinnuti. »  (v. animali)

Qui est poursuivi par la justice, marche la nuit comme les chauves souris.

« Patti chjari, amici cari. »  

Comptes clairs, amis chers.

« Conti chjari, amicizia longa. »  (v. amicizia)

Comptes clairs, longue amitié.

«  Patti chiari, amici cari. » (Talianu)

«  Conti chiari, amicizia lunga. » (Talianu)

«  Amici cari, patti chiari e borsa del pari. » (Toscana)

«  Conti ciari, amici cari.» (Trentino)

«  Amici cari e borsa del pari. » (Toscana)

«  Las cosas claras y el chocolate espeso. » (Spagnolu)

«  Entre amigos, un notario y dos testigos. » (Spagnolu)

«  Cuenta y razón conserva amistad. » (Spagnolu)

«  Cuentas claras, amistades largas. » (Spagnolu)

«  Les bons comptes font les bons amis. » (Français)

«  En affaire il n’y a pas d’amis. » (Espagnol)

«  Quand on marchande, on n’a ni amis ni parents. » (Américain)

« O tutti o nimu. »

Le droit doit être le même pour tous et l’interdiction doit être appliquée à tout le monde.

« Stricte justice, grande justice. » (Allemand)

« Biatu San Gasparu, feti vo i parti à paru. »  (v. cumunu, festi)

Bienheureux Saint Gaspar, faite les parts égales.

« Esse patti è pagati. »

Être absolument en compte, quittes.

« Pulitica è tribunali sò ruina di u casali. »   (v. pulitica, debiti)

La politique et le tribunal sont la ruine de la maison.

« L’affari sò in Francesi. »  (v. paesi)

«Ça tourne au vinaigre » comme comme contre les Français.

Sprissioni chì veni pò dassi in seguita di i ghjudicamenti di a ghjustizia francesa duranti u periodu di a cunquista di a Corsica. I sintenzi, monda duri, erani letti in piazza publica. Da ritena, curiosamenti, chì a sprissioni « ça se corse », hè vicinu, in un cuntestu altru chè quiddu di a ghjustizia.

Expression sans doute consécutive aux jugements de la justice Française durant la période de la conquête de la Corse. Les sentences, extrêmement dures, étaient lues sur la place publique. Il est à remarquer, paradoxalement, que l’expression, «  ça se corse », est proche, dans un contexte autre que celui de  la justice.

« Chì hà manghjatu a pulpa si devi roda l’ossu. »

Qui a mangé la chair doit ronger l’os.

« Hai manghjatu l’aligosta ma ti costa. » (v. manghjà è bia)

Tu as mangé de la langouste mais tu le paieras cher.

«  Chi ha mangiato la carne deve godere gli ossi. » (Talianu)

«  Chi ha mangiaa el bon, dev mangià anca el gramm. » (Lombardia)

«  Quien hizo el bro que lo lleve al hombro. » (Spagnolu)

 «  Qui a mangé le lard ronge l’os. » (Français)

« Qui mange la chair doit ronger l’os. » (Catalan)

«  Paie le mal avec la justice, et la bonté avec la bonté. » (Lao-Tse)

«  Il a fait la faute, qu’il en boive la sauce. » (Espagnol)

« Qui mange peau doit chier poils. » (Africain)

« Chì manghja u dulci, caca l’amaru. »  (v. manghjà è bia)

Celui qui mange le sucré, chie l’amer.

Invitazioni à ùn micca esagirà, à ùn micca prufittà for di misura, à ùn micca spulà, parchì sidinò più tardi tuccarà à fà i conti, è à pagà. St’avvicinera di i cuntrarii (u dulci è l’amaru, u bonu è u malu, u riccu è u povaru…) hè cumunu à monda pruverbii, ciò chì moscia bè chì l’estremi ùn sò tantu à luntanu l’unu da l’altru comu si credi. Inveci, l’unu hè à spissu a causa di l’altru. A circa di l’equilibriu è di u ghjustu hè una garanzia à long’andà. I dui pruverbii chì suvetani a mosciani dinò.

Invitation à ne pas exagérer, à ne pas profiter outre mesure, à ne pas dilapider, car plus tard il faudra faire les comptes, et payer. Ce rapprochement des contraires (le doux et le sucré, le bon et le mauvais, le riche et le pauvre) est commun à beaucoup de proverbes, ce qui montre que les extrêmes ne sont pas si éloignés que l’on pense. Au contraire, l’un est souvent la cause de l’autre.  La recherche de l’équilibre et du juste est une garantie à long terme.

«  Chi ha agro in bocca, non può sputar dolce. » (Talianu)

«  Non c’è dolce senza amaro. » (Talianu)

«  Dopo il dolce viene l’amaro. » (Talianu)

«  Chi mangia il dolce, sputa l’amaro. » (Talianu)

«  Chi ha mangnato er dorce, caca l’amaro. » (Lazio)

«  Chi mangia il pesce, caca le lische. » (Toscana)

«  Quien come la vaca del Rey, a cien años paga los huesos. » (Spagnolu)

 «  Qui a bu le bon, boit la lie. » (Français)

«  Qui fait la faute la boit. » (Français)

«  Qui mange la vache du roi, à cent ans de là en paie les os. » (Espagnol)

«  Si tu manges ton pain blanc en premier, tu manges ton pain noir plus tard. » (Québec)

« Chì hà fattu u piccatu, facci a penitenza. » 

Qui pêche fasse pénitence.

« Chì pecca, paga. »

Qui pêche paie.

« À chì hà pulgi si gratti. »    (v. piccatu, tortu)

Celui qui les puces se gratte.

«  Chi ha fatto il male, faccia la penitenza. » (Talianu)

«  Quien se quemare, que sople. » (Spagnolu)

 «  Qui se sent galeux se gratte. » (Français)

«  Qui se sent morveux, qu’il se mouche. » (Français)

«  Il faut rougir de faire une faute, et non de la réparer. » (J.J.Rousseau)

«  A qui ça démange, qu’il se gratte. » (Allemand)

«  Un péché d’or est suivi d’un châtiment de plomb. » (Russe)

“Ochju ùn vede, core ùn dole. » 

Il faut voir pour croire.

“Ochju chì ùn vedi, core ùn credi. »

Ce que l’œil ne voit pas le cœur ne le croit pas.

« Ci voli à veda pa creda. » 

Il faut voir pour le croire.

« Ochju ch’ùn vede ùn pò ghjudicà. » (v. incertezza)

L’œil qui ne voit pas ne peut pas juger.

«  Occhio non vede, cuore non dole. » (Talianu)

«  Occhiu nun vidi, cori nu cridi. » (Sicilia)

“ Chi nun tocca nun prova.“ (Campania)

“ Vedere per credere. » (Talianu)

«  Chi non va, non vede; chi non prova, non crede. » (Talianu

“ Provare per credere. » (Talianu)

«  Antes que conozcas, ni alabes ni cohondas. » (Spagnolu)

«  No alabes ni desalabes hasta siete navidades. » (Spagnolu)

 «  Gardez-vous de juger les gens et les choses sur la première impression. » (Français)

«  Ce que les yeux ne voient pas ne fait pas mal au cœur. » (Français)

«  Cent entendus ne valent pas un vu. » (Breton)

«  Dix langues qui affirment ne valent pas deux yeux qui voient ; deux yeux qui voient ne valent pas une main qui palpe. » (Thaï)

«  Ne juge pas à la légère. » (Français)

« Être comme Saint Thomas : ne croire que ce que l’on voit. » (Français)

« Avucatu di i causi persi. »

Avocat des procès perdus.

«  Abogados Peperris o sea de secano. » (Espagnol)

 «  Des avocats sans causes. » (Espagnol)

«  De jeune avocat, héritage perdu. » (Français)

«  De jeune procureur, cas mal entendu. » (Français)

« Causa apprulungata ùn hè mai persa. »

Il y a toujours e l’espoir tant qu’une affaire n’a pas été jugée.

« Manghjà, manghji chì voli, ma chì i bivuti sighini pari. »

Vous pouvez manger à votre gré, pourvu que les boissons (le vin) soit partagé également.

«  A una boca, una sopa. » (Spagnolu)

«  Tirar de la cuerde para todos o para ninguno. » (Spagnolu)

«  A chacun son dû. » (Français)

«  Ne pas faire deux poids et deux mesures. » (Français)

« Quandu sparti, sparti bè ; quandu tona ùn trimà. »

Quand toutes les parts sont égales il n’y a rien à craindre, même pas le tonnerre.

« Appena per unu in collu à mamma. »

A chacun son tour de profiter. (D’une faveur ou d’un avantage)

« Chì rumpi paga. »

Qui casse paie.

« Chi rompe paga e i cocci sono i suoi. » (Talianu)

« Chi imbrutta spazzi. » (Talianu)

«  El que rompe, paga. » (Spagnolu)

«  Pagar los elotes. » (Spagnolu)

«  Les casseurs seront les payeurs. » (Français)

«  Qui casse les verres les  paie. » (Français)

« Ad ugnunu u soiu. »

Chacun a droit à ce qui lui appartient.

« A chacun le sien, c’est justice. » (Basque)

« À chì faci di so capu, paga di so schiena. »

Qui en fait à sa tête, paie de sa personne.

« À chì ghjoca di testa paga di borsa. »

Celui qui fait à sa tête paie de sa poche.

“Pagà e buchje. »

«  Payer les pots cassés. » (Français)

“À chì ùn pienghji ùn sughji.”

Celui qui ne sait pas se plaindre n’aura rien.

“ Quién no llora no mama.” (Spagnolu)

 « U parenti para. »  (v. parenti)

Le « Parent » protège et intervient dans le besoin ou dans le cours de la justice.

« Battasi da omu à omu. »  (v. baruffa)

Se battre d’homme à homme.

«  Se battre à armes égales. » (Français)

« Freddu com’è a ghjustizia. »

Froid comme la justice.

«  Raide comme la justice. » (Français)

«  Le glaive de la justice n’a pas de fourreau. » (J. de Maistre)

«  Ce qu’il y a de plus horrible au monde, c’est la justice séparée de la charité. » (Fr. Mauriac)

«  Dieu préfère toujours la clémence à la justice. » (Robert Garnier)

« Tantu vale à agguantà chè scurticà. » 

On est aussi responsable à tenir la bête qu’on a volée qu’à la dépouiller.

« Tanto vale quel che tiene, quanto quel che scortica. » (Talianu)

« Tantu hè à tena chè à scurticà. » 

Tenir ou dépouiller c’est pareil.

« Tantu hè à bugà chè à parà u saccu. » (v.arubbera)

Pousser ou tenir le sac c’est pareil.

 «  Ladro è chi ruba e chi tiene il sacco. » (Talianu)

« Tanto ne va a chi ruba, quanto a chi tiene il sacco. » (Talianu)

«  È latru chi arròbba e chi teni lu saccu. » (Calabria)

 «  Autant pèche celui qui tient le sac que celui qui met dedans. » (Français)

« Ogni casa vede u sole. »  (v.casa)

Chaque maison voit le soleil.

« U soli si pesa par tutti. » (v.cumunu, natura)

Le soleil se lève pour tout le monde.

«  Quando nasce, il sole nasce per tutti. » (Talianu)

«  Cuando Dios amanece, para todos amanece. » (Spagnolu)

«  Cuando el sol sale, para todos sale. » (Spagnolu)

 «  La rue est à tout le monde. » (Français)

«  Le soleil luit pour tout le monde. » (Français)

«  Le ciel est bleu partout. » (Français)

«  Le soleil n’oublie pas un village parce qu’il est petit. » (Yoruba, Afrique)

«  Quand le soleil se lève, il se lève pour tous. » (Brésilien)

„Ugnunu porta u so saccu.“

Chacun porte son sac (de responsabilité). (À chacun ses responsabilités)

« Ugnunu hè fiddolu di i so azzioni. »

«  Quien se quemare, que sople. » (Spagnolu)

«  Chacun est responsable de ses actes (actions). » (Français)

« Nè per veru nè per bucia, fà ch’imputata ùn ti sia. »

Ni vraiment ni faussement, qu’on ne puisse te l‘imputer.

« Dà casgiu per furmagliu.  (v. baruffa)

«  Rendre la monnaie de la pièce. » (Français)

« U più culpevule hè quellu chì face u male à casu pinsatu. »

Le plus coupable est celui qui fait le mal prémédité.

« Ognunu hà a so ghjeda. »

Chacun a son opinion.

« Cù a mazza chì si misura, s’hè misurati. » (v. piccatu, verità)

«  Chi giudica, sarà giudicato. » (Talianu)

«  Secondo la misura che farai, misurato ancor sarai. » (Talianu)

«  Come che si misure si ven misurâz. » (Friuli)

«  Piensa el ladròn que todos son de su condiciòn. » (Spagnolu)

«  Du bâton que l’on tient souvent on est battu. » (Français)

«  On est souvent puni par où l’on a péché. » (Français)

«  Ne jugez point, afin de ne pas être jugés, car on vous jugera comme vous avez jugé, et l’on se servira pour vous de la mesure dont vous avez mesuré les autres. » (Nouveau Testament)

«  Il est avis au renard que chacun mange poule comme lui. » (Méry, 1 828)

«  On juge autrui d’après soi-même. » (Espagnol)

«  Qui veut chapitrer le prochain, fasse d’abord son examen. » (Italien)

«  Tel blâme autrui qui soi-même condamne. » (Italien)

«  C’est la graisse du cochon qui a cuit le cochon. » (Martinique)

« Ugnunu pensa com’iddu voli. »

Chacun pense comme il veut.

« Ugnunu balla à so sensu. » (v. diffarenza)

Chacun danse à sa manière.

“ Ognuno a suo modo è gli asini all’antica.” (Talianu)

«  Ognidun l’è padron de pensà come el voeur. » (Lombardia)

«  Cada quisque busca en la feria lo que mejor le cuadre. » (Spagnolu)

«  Cada maestrillo tiene su librillo. » (Spagnolu)

«  Debajo de mi manto, al rey mato. » (Spagnolu)

«  Chacun est libre de ses opinions. » (Français)

«  Chacun prend son plaisir où il se trouve. » (Français)

«  Autant de têtes, autant d’avis. » (Français)

«  A chacun sa vérité. » (Français)

«  A chaque fou sa marotte. » (Français)

«  Chaque renard porte sa queue à sa manière. » (Français)

« Chì accetta rigali perdi a so libartà. »

Celui qui accepte des cadeaux perd sa liberté.

« Chì piglia denari vende a so libertà. » (v. onori, qualità)

Celui qui prend de l’argent vend sa liberté.

«  Chi dono prende, libertà vende. » (Talianu).

« Chi d’altri prende la sua libertà vende. » (Talianu)

«  Chi aceta d’ regai a vend soa libertà. » (Piemonte).

«  Meglio un’oncia di libertà che dieci libbre d’oro. » (Talianu)

«  Qui accepte un cadeau vend sa liberté. » (Magyar)

«  Qui prend s’oblige. » (Français, XIII° s.)

«  Dieu fit la liberté, l’homme a fait l’esclavage. » (M.J. Chenier)

A libartà tanta cara à i pueta com’è in a citazioni chì suveta :

La liberté, si chère aux poètes comme dans la citation :

«  Moi je préfère ton pain noir, liberté. » (V. Hugo)

«  Libre n’est celui qui sert autrui. » (Gruter 1 610)

« Chì liberu pò stà ùn s’incateni. »  (v. qualità)

Qui libre veut vivre, n’aille pas s’enchaîner.

«  La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent. » (Montesquieu)

«  Tant il est aisé d’écraser, au nom de la liberté extérieure, la liberté intérieure de l’homme. » (Radindranath Tagore)

«  La vraie liberté, c’est de pouvoir toute chose sur soi. » (Montaigne)

«  Manger, moi je préfère ton pain noir, liberté. » (V. Hugo)

«  Liberté et pain cuit. » (Français) Indépendance et subsistance.

« Aceddu in cabbia ùn canta d’amori ma di rabbia. »  (v. aceddu)

L’oiseau en cage ne chante pas de joie mais de rage.

“ Ucello in gabbia, non canta per amore, canta per rabbia.” (Talianu)

« È meglio esser ucello di bosco che di gabbia. » (Talianu)

« La bella gabbia non nudrisce l’ucello. » (Talianu)

 «  Même dans une cage d’or, le rossignol regrette son bosquet. » (Russe)

«  Mieux vaut être oiseau de bois que de cage. » (Italien)

«  Mieux vaut être oiseau de bocage que de cage. » (Français)

«  L’oiseau en cage rêvera des nuages. » (Japonais)

«  La belle cage ne nourrit pas l’oiseau. » (Français)

«  Cage dorée ne nourrit point l’oiseau. » (Italien)

«  Mieux vaut être oiseau libre que roi captif. » (Scandinave)

«  Il vaut mieux être homme libre dans une petite maison qu’un esclave dans une grande. » (Norvégien)

«  Mieux vaut être un chien en liberté qu’un lion en cage. » (Arabe)

« Hè più ladru quellu chì apre a porta chè quellu chì arubba. (v. arubbera) »

Celui qui ouvre la porte est plus voleur que celui qui vole.

« L’anima à Diu, u corpu à a terra, a robba à chì si deve. » (v. Diu)

L’âme à Dieu, le corps à la terre, toutes choses à qui on les doit.

« Dare a Cesare quel che è di Cesare. » (Talianu)

«  Dar a Dios lo que es de Dios y al césar lo que se del césar. » (Spagnolu)

 «  Rendre à Dieu ce qui est à Dieu, et à César ce qui est à César. » (Français)

“À chì lampa i so stracci in piazza, ognunu arricoglia i soi.”

Si on jette ses frusques sur la place publique, chacun doit récupérer son bien.

« À chì ride reste risu. »

On rira de celui qui rit.

« Fà chì ti ne fà ùn hè peccatu. »  (v. piccatu, rispettu)

Rendre la pareille à qqn. n’est pas un péché.

« Taglia cap’è ghjetta ! »

Coupe la tête et jette-là.

Expression évoquant la justice expéditive et radicale.

« Metta dui omini. »

Mettre deux hommes.

Si tratta in fatti di circà un omu par raprisintà ugni parti liticanti in casu di una litica tra dui famiddi. Tuccava à iddi di niguzià à a piazza di a ghjustizia troppu cara è di volti pocu sicura, una suluzioni à l’affari in discussioni.

Il s’agit en effet de désigner un homme pour représenter chaque partie plaignante, lors d’un litige entre deux familles. Ils avaient pour mission de négocier, à la place de la justice honéreuse et parfois peu fiable, une solution au différent.