Incertezza, dubitu, scucciura,  lascia corra, ghjirandulera :

Incertitude,  doute, insouciance, frivolité, vagabondage :

 

« Parola è pula, u ventu e spula. »

« I paroli si spignani ma micca u scrittu. » (v. inutilità, prumessi, campagna, diciaredda)

Le vent emporte les mots et la poussière.

«  La memoria si perde e la scrittura resta. » (Talianu)

 «  Les paroles s’en vont, les écrits restent. » (Français)

«  Ce qui est mauvais, écris-le sur de l’eau courante. » (Roumain)

«  Les paroles sont les femelles, les écrits les mâles. » (Breton)

«  Les paroles sont vides, le pinceau laisse des traces. » (Chinois)

Pari essa in cuntradizzioni incù u pruverbiu chì suveta :

Semble être en contradiction avec le proverbe :

 « I boi si liani pà i corra, l’omini si liani pà a parola ». (v .onori)

On attache les bœufs par les cornes et les hommes par la parole.

A parola data valia un attu signatu. Ùn valia a pena di signà tal attu, tal ingagnamentu tra dui parti quanddu si daghjia a so parola.

 La « parole donnée » était l’équivalent d’un acte signé. Inutile de signer tel acte, tel engagement réciproque pris sur l’honneur.

In un antru rigistru, l’azzioni anch’iddi lasciani più stampa chè i paroli, com’è a dicini i pruverbii chì suvetani :

Dans un registre différent, les actions aussi laissent plus de traces que les paroles, comme semblent l’indiquer les proverbes :

«  L’encre la plus pâle vaut mieux que la meilleure mémoire. » (Chinois)

«  Les paroles s’envolent, les coups restent. » (Anglais)

« Les actions parlent plus fort que les paroles. » (Américain)

« À a fame hè ridottu chì s’imbarca senza biscottu. » (v. fami)

Celui qui s’embarque sans provision aura faim.

«  Non bisogna imbarcarsi senza biscotti. » (Talianu)

 «  Il ne faut pas s’embarquer sans biscuits. » (Français)

« Chì ùn rispondi accunsenti. »

« Chì tace accunsente. »

«  Chi tace acconsente. » (Talianu)

«  Quien calla otarga. » (Spagnolu)

«  Qui ne dit mot consent. » (Français)

« Sbaglia ancu u preti à l’altari. »

Même le curé sur son autel peut se tromper.

« Infranasa ancu u prete à l’altare. » (v. preti, sbagli)

Même le curé sur l’autel commet des lapsus.

«  Sbalia anca ‘l prêt su l’altar. » (Trentino)

«  Sbaglia anche il prete a dir la messa. » (Talianu)

«  L’errore è umano, il perdono divino. » (Talianu)

«  Tutti pol sbagliar ; solo el vanzelo no. » (Venezia Giulia)

«  Sbaliar no xe vergogna. » ( Venezia Giulia)

“ Ogni Santo sbaglia sette volte al giorno. » (Talianu)

«  El mejor escribano echa un borròn. » (Spagnolu)

«  El que tiene boca, se equivoca. » (Spagnolu)

 «  Al mejor cazador se le va la liebre. » (Spagnolu)

 «  L’erreur est humaine. » (Français)

«  Les Dieux et les fées se trompent aussi. » (Chinois)

«  Bonne nature et bon sens doivent toujours se rejoindre ; l’erreur est humaine, le pardon, divin. » (A.Pope)

«  Il n’est pas d’homme si sage qu’il ne commette une sottise, ni de sot qui ne fasse aucun acte sensé. » (Français)

«  Il n’est si bon cheval qui ne bronche. » (Français)

«   Laisse toujours une petite place à l’erreur. » (Chinois)

«  Bons nageurs sont à la fin noyés. » (Français)

«  Il n’y a si bon charretier qui ne verse. » (Français)

« Stà à coglie in manu. »

Il reste les couilles dans les mains.

«  Être Grosjean comme devant. » (Français) 

« Paga e buchje. »

«   Il paie les pots cassés. » (Français)

« À forza d’allungà (di tirà), a funa strappa. » 

« Cù u troppu tirà a corda strappa. » (v.  esagerazioni)

«  La corda a forza di tirarla si rompe. » (Talianu)

«  A tirèr tròp, la corda la se spèza. » (Emilia)

«  A forza de tirar, el fil se spaca. » (Venezia Giulia)

“ Mucho estirar, hace hender o quebrar.” (Spagnolu)

 «  Trop tirer romp la corde. » (Français)

«  Tirer sur la ficelle. » (Français)

«  Quand on tire trop, on fait deux bouts. » (Français)

«  Quand la corde est trop tendue, elle se rompt. » (Espagnol)

« I cordi longhi duventani sarpi. »  (v. esagerazioni)

Les mauvaises et longues  affaires ou les disputes s’enveniment et ne s’arrêtent jamais.

« Ùn sà s’iddu codda o s’iddu fala. »

Il ne sait s’il monte ou s’il descend.

« Ùn sà da rida o da pienghja. »

« Il ne sait sur quel pied danser. » (Français)

« Ùn sapè da curra ad andà pianu. »

Il ne sait s’il faut courir ou marcher lentement.

« Ùn sapè da tena o da lintà. »

Il ne sait s’il faut tenir ou lâcher.

« Ùn sapè chì pesciu piglià. »

Il ne sait quel poisson attraper.

«  No saber a qué carta quedarse. » (Spagnolu)

«  A quien dan en qué escoger, le dan en qué entender. » (Spagnolu)

«  Tourner autour du pot. » (Français)

«  Ne pas savoir sur quel pied danser. » (Français)

«  Être dans l’embarras du choix. » (Français)

«  Ne pas savoir à quel saint se vouer. » (Français)

«  Qui choisit trop n’aura que les restes. » (Serbo-Croate)

«  Qui hésite entre deux mosquées, s’en retourne sans avoir prié. » (Turc)

« Ùn sapè da curra à andà pianu. »

Ne pas savoir quoi faire.

« Ne pas savoir sur quel pied danser. » (Français)

« Tra lumu è lustru. »

Entre chien et loup.

« Ùn hè groncu nè murena. »

Il n’est ni congre ni murène.

« Si ni và di foli in canzoni. »  (v. difetti)

Tout finit par des chansons. (Frivolité)

« Ci porta di foli in canzoni. »  (v. difetti)

Il nous porte de contes en chansons.

«  Mener en barque. » (Français)

«  Il nous mène par le bout du nez. » (Français)

« Trenta, trent’ondici. »

Peu importe le nombre.

Manera tarruccona di muscià u pocu intaressu ch’iddu s’hà pà u risultatu.

Façon plaisante d’exprimer son peu d’intérêt pour le résultat.

« À chì cambia spessu di facende, ormai varuna li sende. »

Qui change souvent de métier, n’en fait aucun en vérité.

« Chì più hà prufessione, menu ne sà fà. »

Plus on a de métiers et moins on sait en faire.

 « À chì cambia spessu di prufessione, o ellu hè un grand’omu o un gran cuglione. » (v. travaddu, mistieri)

Celui qui change souvent de profession est un grand homme ou un grand couillon.

«  Par-dessus tout, ne soyez pas négligent, car la négligence est le pire ennemi de la vertu. » (Fo-Sho-Hing-Tsan-King)

«  Qui réforme souvent déforme. » (Allemand)

« Chì muta latu, muta statu. »  (v. paesi)

Qui change de côté, change d’état.

« Ùn n’hà nè casa nè tettu. »  (v. casa)

N’avoir ni maison ni toit.

Si dici di calchissia chì ùn sà induva andà.

Se dit de qqn. qui ne sait où aller.

 « Esse à ghjudiziu in prestu. »  (v. dibulezza)

S’en remettre à l’avis d’autrui.

« À chì svilisce e difficultà, nunda di grande puderà mai fà. »  (v. tranchjara)

Celui que les difficultés découragent ne fera jamais rien de grand.

«  Le travail n’épouvante que les âmes faibles. » (Louis XIV)

«  Celui qui hésite n’atteindra jamais Jérusalem. » (Juif)

« Hè com’è a lesdina ind’u saccu, ùn ci pò stà. »

Vouloir garder des clous dans un sac.

« Hè quant’è à tena chjoda ind’u saccu. » (v. difficultà)

 Vouloir garder l’alène du cordonnier dans un sac. (Peine perdue. D’une chose impossible à éviter)

«  L’on ne peut cacher aiguille en sac. » (Français)

«  On ne cache pas une alène dans un sac. » (Russe)

«  L’on ne peut cacher aiguille en sac. » (Meurier 1 568)

« Incù i « si » è i « ma » si mittaria Pariggi in buttiglia. » (v. paesi)

«  Il « se » e il « ma » son due minchioni da Adamo in quà. » (Talianu)

«  Avec des « si » on mettrait Paris en bouteille. » (Français)

«  Si la mer bouillait, il y aurait des poisons cuits. » (Français)

«  Si le ciel tombait, il y aurait bien des alouettes de prises. » (Français))

«  Si les chiens chiaient des haches, ils se fendraient le cul. » (Québec)

«  De l’union de « si » avec « mais » naquit un enfant nommé « plaise à Dieu que… » (Persan)

«  On a semé un si, mais il n’a pas poussé. » (Grec)

« Avec des « si » on ferait du ski au Sénégal. » (Africain)

“Andassine in pacchetti è minuetti.”

«  S’en aller en fumée. » (Français)

« Hè sempri listessa canzona. »

«  Siempre la misma murga. » (Spagnolu)

«  C’est toujours la même rengaine. » (Français)

« Lascia cora u pesciu in mari. »  (v. mari)

Laisser nager le poisson dans l’eau. (Ne pas s’en faire)

« Lascià falà tuttu per fiume. »  (v. qualità)

Laisse descendre tout le long du fleuve.

 «  Laisser courir l’eau. » (Français)

«  Laisser pisser le mérinos. » (Français)

«  Laisser tout filer à vau-l’eau. » (Français)

« Lascia cora u tribbiu in l’arghja. »  (v. agricultura)

Laisser tranquille la pierre dans l’araire.

Ùn inchietassi micca. Esisti una cridenza chì dici di ùn caccià micca u tribbiu da l’arghja, par via ch’idd’ùn accaddi una disgrazia. Nighendu sta cridenza, oghji monda di sti petri sò divintati guarnitura di pilastri o d’intrata di casa.

 Ne pas s’en faire. Une croyance veut que l’on ne déplace pas la pierre de l’araire, sous peine de porter malheur. Faisant fi de cette croyance, aujourd’hui bon nombre de ces pierres sont devenues des parements de piliers ou d’entrée de maison.

« Prendre les choses du bon côté. » (Français)

« Lascià bolle a pignatta. »

Laisse bouiilir la marmite. Ne pas s’en faire.

 « Mandà da a fica à u piru. »  (v. agricultura)

Renvoyer du figuier au poirier.

« Mandà da u piru à a mela. »

Renvoyer du poirier au pommier.

«  Mener en barque. » (Français)

« Poi stattine à labbri asciuti. »

Rester avec les lèvres sèches.

«  Tu peux toujours courir. » (Français)

« Passà da a stalla à a stella. »

Passer de l’écurie à l’étoile.

« Passà da salice in sambucu. »  (v. campagna)

Passer   du saule au sureau.

«  Passer du coq à l’âne. » (Français)

« Pecura nera, pecura bianca,  à chì mori mori, à’ chì campa campa. »  (v. individualisimu, pecura, morti)

Peu importe qui meurt ou qui vit. Les vivants vivent, les morts sont morts. (Egoïsme, individualisme.)

«  Chi muore giace, chi vive si dà pace. » (Talianu)

“ I murt in tèra, i viv a la scudèla.” (Emilia)

«  Solo chi è morto, chi è vivo si dà conforto. » (Toscana)

«  A muertas y a idos, no hay amigos.” (Spagnolu)

«  Tan presto se va el cordero como el carnero. » (Spagnolu)

 «  On ne sait ni qui meurt ni qui vit. » (Français) 

«  Le mort n’a pas d’amis. » (Français)

«  Autant meurt veau que vache. » (Français)

« À chì a voli cotta, à chì a voli cruda. »

Qui la veut cuite, qui la veut crue.

“Nè cotta nè cruda.”

Ni cuite ni crue.

“ Ognuno ha i suoi gusti.” (Talianu)

«  Chi la vòl còta, chi la vòl cruda, chi vòl la tòurta, chi vòl i turtì. »  (Emilia)

«  Chini ‘a vò cotta e chini ‘a vò cruda. » (Calabria)

«  Chi la vol lessa, chi la vol rosta. » (Venezia Giulia)

«  Dei gusti non se ne disputa. » (Talianu)

 «  A chacun ses goûts. » (Français)

«  Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. » (Français)

«  Ne pas savoir sur quel pied danser. » (Français)

«  Bœuf au piquet demande à aller en savane, bœuf en savane demande à aller au piquet. » (Créole)

« Ùn si sà ciò chì badda in u saccu. »

On ignore ce qui se trame.

« Ce qui est certain dans la vie c’est que rien n’est certain. » (Africain)

« Sai induva tù nasci, ma micca induva tù hai da mora. »  (v. nascita, morti)

Tu sais où tu es né, mais tu ignores où tu vas mourir.

«  Si sapa duva si nescia, non si sapa duva si mora. » (Calabria)

 « On sait bien quand on part, mais jamais quand on revient. » (Français)

« Si sà à chì à face (a casa), ùn si sà à chì a gode. » (v. casa)

On sait qui construit la maison, mais on ignore qui en jouira.

« Nimu pò risponda, ci saraghju dumani. »  (v. avvena)

Nul ne peut prétendre être là demain.

«  Parlez de l’année prochaine, et le démon sourira. » (Japonais)

«  Par la rue « tout à l’heure », on arrive à la maison «jamais ». » (Cervantes)

«  Oh ! Demain, c’est la grande chose ! De quoi demain sera-t-il fait ? » (V. Hugo)

«  La vie est comme un œuf sur la pointe d’une corne. » (Malais)

«  Qui vivra verra. » (Français)

« Ùn si pò mai sapè di ciò chì hè fattu dumani. »  (v. avvena)

On ignore ce que l’avenir nous réserve.

«  L’avenir, fantôme aux mains vides, qui promet et qui n’a rien. » (V. Hugo)

«  Il n’y a rien de plus beau qu’une clé, tant qu’on ne sait pas ce qu’elle ouvre. » (Maurice Maeterlinck)

« Quand’ì tù ùn sà, stattini bassu. »

Quand tu ne sais pas, tais toi.

«  Nel dubbio astienti. » (Talianu)

« Nel dubbio decidere in favore del reo. » (Talianu)

«  Dans le doute abstiens toi. » (Zoroastre)

«  Je n’écris plus une phrase affirmative sans être tenté d’y ajouter : « peut-être ». » (André Gide)

«  Le doute est un hommage rendu à l’espoir. » (Comte de Lautréamont)

«  Le doute est le commencement de la sagesse. » Français)

« Le doute est la clé de toute connaissance. » (Arabe)

«  Dans le doute, il faut choisir d’être fidèle. » (François Mauriac)

«  Le plus sûr est donc de n’être sûr de rien. » (Voltaire)

«  Pour croire avec certitude, il faut commencer par douter. » (Polonais)

«  Le doute est la clé de toute connaissance ; qui ne doute de rien, ne sait rien. » (Kurde)

« La pensée ne commence qu’avec le doute. » (Japonais)

« Ùn lascià mai core u certu per l’incertu. » (v. prudenza)

N’abandonne jamais ce qui est sûr au détriment de l’incertitude.

“ Meglio avere in borsa, che stare a speranza.” (Talianu)

«  No besogna mai lassà el cert per l’incert. » (Lombardia)

«  E’ meglio pace certa che vittoria sperata. » (Talianu)

«  Mal si lascia il certo per prendere il forse. » (Talianu)

«  E’ meglio un presente che due futuri. » (Toscana)

«  No besogna mai lassà el cert per l’incert. » (Lombardia)

«  Dejar lo cierto por lo dudoso. » (Spagnolu)

 « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. » (Français)

«  Un bon tiens vaut mieux que deux tu l’as eu. » (Jacques Audiberti)

«  Ne jette point l’eau sale avant d’avoir l’eau propre. » (Danois)

«  Assure toi que la bougie est allumée avant d’éteindre l’allumette. » (Créole)

«  Ne dis donc pas : « je verrai quand j’aurai le loisir. » Qui te dis que tu en auras ? » (Juif)

«  Mieux vaut le mal connu que le bien inconnu. » (Anglais)

«  Que l’espoir ne te fasse jamais lâcher ce que tu tiens. » (Gaélique)

“Ochju ùn vede, core ùn dole.” 

Œil qui ne voit pas, cœur ne souffre pas.

“Ochju chì ùn vedi, core ùn credi.”

Œil qui ne voit pas, cœur ne le croit pas.

« Ci voli à veda pà creda. »

Il faut voir pour croire.

« Ochju ch’ùn vede ùn pò ghjudicà. » (v. ghjustizia) 

Œil qui ne voit ne peut juger.

«  Occhio non vede, cuore non dole. » (Talianu)

«  Occhiu nun vidi, cori nu cridi. » (Sicilia)

“ Chi nun tocca nun prova.“ (Campania)

“ Vedere per credere. » (Talianu)

«  Chi non va, non vede; chi non prova, non crede. » (Talianu)

«  Provare per credere. » (Talianu)

«  Antes que conozcas, ni alabes ni cohondas. » (Spagnolu)

«  Antes que conozcas, ni alabes ni cohondas. » (Spagnolu)

«  No alabes ni desalabes hasta siete navidades. » (Spagnolu)

 «  Gardez-vous de juger les gens et les choses sur la première impression. » (Français)

«  Ce que les yeux ne voient pas ne fait pas mal au cœur. » (Français)

«  Cent entendus ne valent pas un vu. » (Breton)

«  Dix langues qui affirment ne valent pas deux yeux qui voient ; deux yeux qui voient ne valent pas une main qui palpe. » (Thaï)

«  Ne juge pas à la légère. » (Français)

«  Être comme Saint Thomas : ne croire que ce que l’on voit. » (Français)

« Fighjulà incù a coda di l’ochju. »

« Fighjà sott’ochju. »

« Regarder du coin de l’œil. » (Français)

« L’ochji sò d’acqua. »

De la difficulté à certifier ce qui a été vu.

 « Essa tra forvici è rasoghju. » (v. difficultà)

Être entre les ciseaux et le rasoir. (En difficulté)

«  Andar con el fuste en las costillas. » (Spagnolu)

«  Être entre l’enclume et le marteau. » (Français)

«  Se trouver dans une situation difficile. » (Espagnol)

« Si n’infutti com’è di l’annu quaranta. »

Il s’en fout comme de l’an quarante.

«  Dársele a lo mismo que de las coplas de Calainos. » (Spagnolu)

«  Dársele tanto por lo que va como por lo que viene. » (Spagnolu)

«  Se moquer du tiers comme du quart. » (Français)

«  Se soucier d’une chose comme de colin-tampon ou comme de l’an quarante. » (Français)

« Infutasini. Impipassini. »

«  S’en balancer. » (Français)

« Lascià bolle. »

Laisser courir. Laisse tomber.

« Lascià corre u pesciu in mare. »  (v. pesciu)

Laisse courir le poisson dans l’eau.

«  Dejar que ruede la bola. » (Spagnolu)

 «  Laisser aller les choses. » (Espagnol)

«  Laisser courir l’eau. » (Français)

« Stà à mani in bunetta (in stacca). »

Rester les mains dans les poches.

«  Rester les bras croisés. » (Français)

«  Ne pas bouger le petit doigt. » (Français)

« Ùn spalmu micca per quessa. »

Cela ne me fait pas passer la nuit en blanc.

“Allegru è senza dinari cusì vanu i me affari.”  (v. soldi)

Content et sans argent, ainsi va ma vie.

«  I soldi non fanno la felicità. » (Talianu)

 « Des malheurs évités le bonheur se compose. » (Alphonse Karr)

«  L’argent ne fait pas le bonheur. » (Français)

« Nè à rasu nè à colmu. »

«  Ni peu ni prou. » (Français)

« Ùn tenesi caru quattru soldi. »  (v. soldi)

«  Faire bon marché de sa peau. » (Français)

“Manghja senza pinseri com’è u porcu in a trovula.” (v. purceddu)

Manger sans souci comme le cochon dans l’auge.

«  Vivre sans soucis. » (Français)

« S’è sempre in giru cum’è a cascia di Macumettu. »

Tu es toujours par monts et par vaux comme le cercueil de Mahomet.

« Girà quant’è a capra di Trampe. »

« Girà a cacabonchja. »

« Girà e sette chjappelle. »

« Girà e sette cappelle. »

« Girà a trebizonda. »

« Girà quant’è u soldu. »

« Gira quant’è u pinseru. »

« Hè sempre in bondula (gondula).” (v. difetti)

Vagabonder. Voyager beaucoup. Ne pas rester en place. Vadrouiller sans cesse. Faire le tour du monde.

«  Errer par monts et par vaux. » (Français)

« Ghjirandulà com’è un’anima persa. »  (v. straziera)

«  Errer comme une âme en peine. » (Français)

« Hè cum’è i lamaghjoni, s’appiccia induv’ellu passa. »  (v. campagna)

Comme les ronces il s’accroche à tout ce qui passe.

« Và di fiore in fiore cum’è l’apa. »  (v. apa)

Il butine de fleur en fleur comme l’abeille. (Errer, vagabonder)

„Batte e furiane. »

« Batta a campagna. »  (v. campagna)

Battre la campagne. (Divaguer)

« Batta a Trasagna. »

« Aller par monts et par vaux. » (Français)

« Andassine in casa di Tiziu è di Fulanu. »

N’être pas capable de rester chez soi, s’en aller du Tel au Tel autre.

« Esse à caccia. » (v.caccia)

Être à la chasse. (Voir suivant)

« Avè u so capu à caccia. »  (v. caccia)

Avoir la tête à la chasse. (Être distrait. Rêver. Être en même temps en deux lieux distincts. Son imagination vagabonde)

« Hà armatu u spasseghju. »

«  Faire le va-et-vient. » (Français)

 Se dit surtout lorsque le père attend la naissance de son enfant.

« Essa sempri à stracci à coddu. »

Déménager souvent.

« Hè sempri in andara (andura). »

Être toujours en errance.

«  Andar de Ceca en Meca. » (Spagnolu)

«  Errer par monts et par vaux. » (Français)

« Se sempri in andura com’è u signari. » (v. caccia)

Être toujours en errance, à la recherche de sa nourriture comme le sanglier.

« Être toujours par monts et par vaux. » (Français)

« U lacatu hè persu. » 

Ce qui est laissé (oublié) est souvent perdu. Le laisser faire conduit à la perte.

«   A « Lasciastà » gli rubarono la moglie. » (Talianu)

 «  Ce qui tombe dans le fossé est pour le soldat. » (Français)

« Ùn n’hè nè carri nè pesciu. »  (v. pesciu)

N’être ni chair ni poisson.

« Ùn hè nè groncu nè murena. »

N’être ni congre ni murène.

«  No ser carne ni pescado. » (Spagnolu)

 “Mischjià u sacru è u prufanu.”

Mêler le sacré et le profane. (Mêler des sujets fort différents)

 « Ùn lu cunnoscu nè di babbu nè di mamma. »

Je ne le connais ni par son père ni par sa mère.

«  No conocer a sino para servirle. » (Spagnolu)

«  Je ne le connais ni d’Eve ni d’Adam. » (Français)

«  N’avoir pas l’honneur de le connaître. » (Espagnol)

 « Ci hè  (o fà) u tira è modda. »

Il y a du tirage. (Mésentente. Se montrer tantôt déterminé, tantôt hésitant)

« Par un sì o par un nò. »

Pour un oui ou pour un non.

« Ma trè ma quattru. »

Mais trois mais quatre.

«  A tout bout de champ. » (Français)

«  Pour un oui pour un non. » (Français)

« À l’usu di a canzona, nè ti negu, nè ti pagu. »

Comme dit la chanson, ni je te nie, ni je te paie.

«  En bon normand, je te dis ni oui ni non. » (Français)

« Tra un cancaru è l’altru. »

« Tra u stricchi è u stracca. »

«  Entre une chose et l’autre. » (Français)

« Avvinghje a ceppa. »

«  Tourner autour du pot. » (Français)

« Par un arrichji si senti è pà l’altra si lenta. »

Par une oreille on entend, par l’autre on lâche.

«  Entrar por un oìdo, y salir por el otro. » (Spagnolu)

«   Ce qui rentre par une oreille ressort par l’autre. » (Français)

«  Les chiens aboient, la caravane passe. » (Français)

«  Le chien aboie, le vent emporte. » (Russe)

« Cose attempate ùn venenu mai. »

Les  projets sans cesse remis au lendemain ne se réalisent jamais.

«  Per la via di « poi, poi », si arriva a casa di « mai, mai ». (Talianu)

 «  Un de ces jours, aucun de ces jours. » (Anglais)

«  Le livre des « peut-être » est un fort gros volume. » (Gaélique)

«  Demain est souvent le jour le plus chargé de la semaine. » (Espagnol)

« L’indécis laisse geler sa soupe de l’assiette à la bouche. » (Espagnol)

« À chì l’attempa a perdi. »

Celui qui diffère une chose finit toujours par la perdre.

« Qui choisit trop n’aura que les restes. » (Serbo-Croate)

« Qui hésite entre deux mosquées, s’en retourne sans avoir prié. » (Turc)

« Robba luntana si resta pulla via. »

« Robba di luntanu si ferma pè u pianu. »

« Di u bè luntanu ne ferma a metà in viaghju. »

Les choses que l’on possède au loin se perdent en route.

A distanza, u distaccamentu hani una grossa influenza nant’à u duvintà di a robba è di i parsoni ch’iddu s’ama o chiddu s’hà. A spicanza, tantu geograffica chè sintimintali, pesa annant’à i rilazioni, sminuinduli o appuculinduli in filu di u tempu è di a distanza  chì crescini. Hè cussì chì a robba ch’iddu s’hà à luntanu ùn pò essa intratinuta di cuntiniu. Si ni và prestu di mali par mancu di surviglianza.

La distance, l’éloignement ont une grande influence sur le sort des biens et des personnes que l’on possède ou que l’on aime bien. La séparation, aussi bien géographique que sentimentale, agit sur les relations, en les diminuant ou en les atténuant au fur et à mesure que le temps et la distance augmentent. Ainsi le bien que l’on possède au loin ne peut recevoir une attention soutenue et un entretien conséquent. Il a vite fait de se détériorer par manque de vigilance.

« A si scialla. »

«  Se la couler douce. » (Français)

« Quandu mai. »

«  A Pâques ou à Trinité. » (Français)

« À chì ùn hè à u corpu ùn piglia candela. » (v. tortu, morti)

Celui qui n’assiste pas à la levée du corps ne prend pas de cierge (les membres de la confrérie présents en reçoivent un).

«  Gli assenti hanno sempre torto.” (Talianu)

«  Ausente sin culpa, ni presente sin disculpa. » (Spagnolu)

«  Quien no parece, perece. » (Spagnolu)

L’absence et le retard sont cousins ; ils partagent le même sort:

«  Les absents ont toujours tort. » (Français)

«  Les buffles qui arrivent en retard boivent de l’eau troublée. » (Vietnamien)

« Fà u stacciu d’un uggettu. »

Ne prendre aucun soin de qq.ch.

« Cambia com’è u tempu (u ventu). »

« Cambia spissu cum’è a luna. »  (v. tempu)

Il change aussi souvent que le temps (le vent, la lune).

« Fà dissegni in aria. »

«  Faire des châteaux en Espagne. » (Français)

“Piglià i so attrazzi.”  (v. puvertà)

«  Prendre ses cliques et ses claques. » (Français)

« Caminà com’è i cechi à l’osteria. »

«  Marcher à l’aveuglette. » (Français)

« Hè cum’è u pidochju in a farina. »   (v. pidochju)

Être comme un pou dans la farine. (Être mal à l’aise)

«  Ci stà come il cavolo a merenda. » (Talianu)

«  Pegar como guitarra en un entierro. » (Spagnolu)

«  Comme un cheveu sur la soupe. » (Français) 

«  Comme un chien dans un jeu de quilles. » (Français)

« Esse cum’è un cecu in a funa. »

«  Ne pas savoir où donner de la tête. » (Français)

« Piglià e so palmule à collu. »

« Andassine cù i so strombuli à collu. »

«  Prendere le carabattole e andarsene. » (Talianu)

«  Prendre ses cliques et ses claques. » (Français)

« S’è vadu arditu, sò chjamatu gallu ; s’è vadu à a sciolta, un sfanfanzatu, sicchè, per mè, ogn’andamentu hè un fallu. »

Si je vais fier et hardi, on m’appelle gaulois ; si je vais, au contraire tortueux, un gueux ou pauvre hère, si bien que de toutes façons, mon comportement est une erreur.

« Andà à Roma è ùn veda micca u papa. »  (v. paesi)

Il a été à Rome mais n’a pas vu le pape. (Renoncer ou perdre au dernier moment. Négliger l’essentiel)

«  Aller à Rome et ne pas voir le pape. (En être pour ses frais). » (Français)

U cuntrariu :

«  Chi va a Roma, vede il papa. » (Talianu)

« U pruvisoriu dura, spessu, più ch’omu ùn crede. »

«  Il n’y a que le provisoire qui dure. » (Français)

« À chì si ne spassa à chì si ne passa. »

Qui s’en  moque, qui s’en passe.

« Un ochju a ghjatta è l’altr’a pignatta. » (v. ghjattu, prudenza)

Un œil au chat et l’autre à la marmite.

«  Con un occhio guarda il gatto e con uno friggi il pesce. » (Talianu)

 «  Avoir un œil à la poêle et l’autre au chat. » (Français)

«  Un oeil sur la casserole et l’autre sur le chat. » (Espagnol)

 « Viaghjà à pasponu. »

« Andà à ceca bughjonu. »

«  Aller (marcher) à tâtons. » (Français)

« Hè bughju cecu. »

C’est le noir aveugle.

« Hè bughju com’è in culu. »

Il fait noir comme dans le trou du c..

« Ùn si vede mancu à ghjastimà. »  (v. ghjastimi)

«  Il fait nuit noire. » (Français)

“A bolta a bolta in coll’a mamma.”

De temps en temps sur le dos de la mère.

« Una cosa fatta à impici è imbrogli. »

«  Une chose rafistolée à la diable. » (Français)

« Fà u codda è fala. »

Monter et descendre sans cesse.

“Piglià u Nebbiu  (u Cruzzini).” (v. paesi)

Entreprendre un long voyage. (Aller au bout du monde)

« Chì avessi è chì fussi, morse in un fornu. »

Ceux qui prétendent posséder ou être ont été brûlés dans le four.

«  Avec des si, on mettrait Paris dans une bouteille. » (Français) 

«  En restant entre deux mosquées, on revient sans avoir prié. » (Arabe)

« Ùn spezzà mancu sonnu. »

Ne pas perdre un peu de sommeil. Ne pas s’inquiéter.

« Tenaci cum’è u cane à a cibolla. »  (v. ghjacaru)

Tenir autant que le chien tient à l’oignon. (Dédaigner. N’accorder aucune importance, aucune attention)

« Ci voli à pruvà per crede. »

Il faut essayer pour croire. (Et tout naturellement : qui a essayé croit)

« U megliu ùn si sà. »

Le mieux, nul ne le sait.

« Chì ùn hà duveri versu di l’altri ne hà pocu versu di sè. »

Qui n’a pas de devoirs envers les autres, en a très peu envers lui-même.

« Un bellu si è un bellu no valenu più chè centu se è centu ma. »

Un beau oui et un beau non valent plus que cent si et cent mais.

« Mandà à e calende greche. »

 « Rimandare q. c. alle calende greche. » (Talianu)

« Ad calendas graecas. » (Latin)

« Renvoyer aux calendes grecques. (Français)

« Prima ch’o facci st’affare hanu da passà i niulati. »

Avant que je ne fasse ce travail il va en passer des nuages.

« Il passera (coulera) de l’eau sous les ponts. « (Français)

« Stà à sente quant’è i topi à veghja. »  (v. topi)

Ecouter autant que les souris à la veillée. (Pas du tout)

« Induva và a barca và Bachjichju. »

Où va la barque va Bachjichju. (De qqch. non maîtrisé ni contrôlé)

« Va comme je te pousse. » (Français)

« Ghjunghje à affare fattu. »

Arriver une fois les choses faites.