Paci, grazia, beni, beni stà, accordu :

Paix, bonheur, bien, bien être, accord :

 

« Cù u travagliu è cù a pace l’abbundanza ancu si face.  (v. travaddu, ricchezza)

Avec le travail et la paix l’abondance suit.

« Paci è saluta. »

Paix et santé.

« Saluta è paci a robba si faci. »

Les biens viennent avec la santé et la paix.

« Paci à i vivi, riposu à i morti. »

Paix aux vivants, repos aux morts.

«  Il n’y a pas d’autre bonheur que la paix. » (Thaï) 

« Paci è saluta, ma donna puppuluta. »

Paix et santé, mais une femme avec une abondante poitrine.

Brami di paci, di saluta è di divizia.

Vœux de paix, de santé et d’abondance.

« Hè megliu à avè 4 in pace chè 8 in guerra. »

Mieux vaut 4 en paix que 8 en temps de guerre.

« Si tù voli andà in paci, ùn stuzzicà u ghjacaru chì ghjaci. »  (v. ghjacaru)

Si tu veux ta tranquillité, ne cherche pas le chien qui sommeille.

«  Chi tocca il can che giace, ha qualcosa che non gli piace. » (Toscana)

«  Cani chi dormi, nun lu scuitari. » (Sicilia)

«  Lassà stà i can che dorma.” (Lombardia)

 «  Qui bat les buissons fait sortir des couleuvres. » (Chinois)

«  Il ne faut pas réveiller le chat qui dort. » (Français)

« À chì tace ùn face pace. »

Celui qui se tait ne contribue pas à instaurer la paix.

In un sensu più largu mintuighja l’idea chì u silenziu ùn hè micca una suluzioni sicura com’è a dici u pruverbiu chì suveta :

Dans un sens plus large il développe l’idée que le silence n’est pas forcément une solution comme dans le proverbe :

« Qui ne dit mot consent. » (Français)

U pruverbiu chì suveta pari metta in accusazioni  quiddu chì stà zittu. Stendu bassu s’accusa o palesa :

Le poverbe suivant semble mettre en accusation celui qui se tait. Par son silence il s’accuse ou se confesse :

« Chi tace confessa. » (Talianu)

« À chì more ghjace è chì vive si dà pace. » (v.morti)

Qui meurt gît en paix et qui vit cherche la paix.

« Ùn avarete da fà cum’è Ghjuvan Petru è Ghjuvan Ghjiseppu. »

Ne faites pas comme Jean Pierre et Jean Joseph.

Allusioni fatta à una litica tra dui frateddi annant’à a sorti di un caprettu chì unu vulia venda è l’altru vulia addivà. A litica s’hè compia incù a morti di l’unu. Hè una chjama à u calmu, à a paci.

Allusion à une dispute entre deux frères sur le sort d’un cabri que l’un voulait vendre et l’autre élever. La dispute se termina par la mort de l’un d’eux. Appel au calme, à la paix.

« Si tù senti, fatti sordu, si tù vedi, fatti cecu. » 

Si tu entends fais le sourd, si tu vois, fais l’aveugle.

« Nè ùn sentu nè ùn diciu. »  (v. prudenza)

Ni j’entends ni je parle.

Invitazioni à stà zitti. « Parlà » o « palisà » in u sensu di tradì, d’essa un ruffianu. Una spezia « d’omertà » chì riponi pò dassi annant’à u pocu cunfidenza in a ghjustizia, ma dinò annant’à a paura.

Invitation à ne pas parler. « Parler » dans le sens de trahir, d’être un  délateur. Sorte d’omerta qui repose probablement sur le manque de confiance dans la justice, mais également sur la peur.

«  Celui qui cherche la paix doit être sourd, aveugle et muet. » (Turc)

«  Le plus sage se tait. » (Pierre Gringore)

« Chì hà u beni stà, hè riccu è ùn la sà. »  (v. ricchezza)

Le bien être est une richesse.

«  Chi sta bene, non si muove. » (Talianu)

«  Assai è ricco chi di nulla manca. » (Talianu)

«  Chi ha la sanità, è ricco e non la sa. » (Talianu)

“ Chi è contento è ricco.” (Talianu )

“ Ese te hizo rico, que te hiso el pico.” (Spagnolu)

 «  Celui dont la subsistance est assurée, réalise  facilement des économies. » (Espagnol)

« Di u bè, tuttu u mondu ni stà bè. »

Le bien-être est apprécié par tous.

« Ind’è u bè tutt’u mondu ci stà bè, ind’è u male, tutt’u mondu ci stà male. »

Du bien être tout le monde est satisfait, du mal, tout le monde en pâtit.

« U bè, quand’ellu ci hè, tocca sempre à tutti. »

Le bien, lorsqu’il est présent, touche tout le monde.

 «  Il bene fa bene a tutti. » (Talianu)

 «  Abondance de biens ne nuit pas. » (Français)

«  Que celui qui dit que le bien est un âne aille lui mettre le licol ! » (Dicton de l’Orient)

«  Cherche le bien, et quant au mal, laisse-le venir. » (Espagnol)

« Hè in alivetu. »

« Il est comme un coq en pâte. (Français)

« Chì faci u bé racoddi u bè. »  (v. bravezza)

Qui fait du bien récolte du bien.

«  U bene che tu fai nun è perso mai. » (Sicilia)

“ Chi ben fa, ben trova.” (Talianu)

«  La mano che dà raccoglie. » (Talianu)

«  El que sigue la caza, ése la mata. » (Spagnolu)

«  La charité n’est une vertu que dans la mesure où elle est un sacrifice. » (F.Van Den Bosch)

«  Qui bien fera, bien trouvera. » (Espagnol)

«  Tu recevras avec la même main que tu as donné. » (Persan)

«  Un bienfait n’est jamais perdu. » (Français)

«  Donner, c’est honneur ; demander, c’est douleur. » (Espagnol)

« U bè ùn hè mai tardi. »

Le bien n’est jamais tardif.

Ma u fattu di dà subitu senza rifletta hà monda più valori :

Mais le fait de donner spontanément a beaucoup plus de valeur :

«  Qui donne promptement donne doublement. (Espagnol)

« Il n’est jamais trop tard pour donner. (Français)

« U bè di luntanu si ne và pè a via. »

Le bien lointain disparaît en chemin.

In fatti hè difficiuli d’occupassi, di mirà a so robba quandu si stà luntanu.

En effet il est difficile de s’occuper, de surveiller son bien lorsqu’il se trouve loin.

« Di u bè luntanu, ne resta a metà in viaghju. »

Du bien lointain, il en reste la moitié sur le chemin.

« Un benfattu ùn hè mai in troppu. »

Un bienfait n’est jamais de trop.

«  Hacer bien nunca se pierde. » (Spagnolu)

«  Le bienfait revient à la porte de son auteur. » (Persan)

«  Un bienfait n’est jamais perdu. » (Français)

« Comudi di a casa ùn sò mai di troppu. »

Il n’y a jamais trop de comodités dans une maison.

« Comudi di a so casa si trovani diffilcimente altrò. »

Les comodités de chez soi ne se trouvent pas ailleurs.

“A so casa ùn si trova in locu.” (v.casa)

Ma maison ne se trouve nulle part ailleurs.

«  Casa mia, letto mio, dentro a te faccio il comodo mio. » (Talianu)

“ Casa mia, mamma mia.” (Talianu)

 «  Un petit chez soi vaut mieux qu’un grand chez les autres. » (Français)

« Agnu di casa meia quantu vali. » 

Petit coin de ma maison, quelle fortune !

« Ugnunu stà bè à u so fuculaghju. »

Chacun est bien dans son foyer.

« Ogunu ama u so fucone. »  (v.casa)

Chacun aime son foyer.

«  Ogni formica ama il suo bucco. » (Talianu)

«  Casa propria non c’è oro che la paghi. » (Talianu)

«  Un petit chez soi vaut mieux qu’un grand chez les autres. » (Français)

«  Ma maison, ma maison, quoique tu sois petite, tu es pour moi l’Escurial. » (G. Herbert)

«  Pour un anglais, sa maison est un château. » (Anglais)

« Accurdeti i campani. »

Accordez les cloches.

«  Accordez vos violons. » (Français)

« Sò d’accordu com’è un chjoccu di campana. » (v. amicizia)

Ils sont d’accord comme le son d’une cloche.

«  Ils s’entendent  comme larrons en foire. » (Français)

« Essa com’è l’apa annant’à i fiori. »

Être comme l’abeille sur les fleurs.

«  Être aux anges. » (Français)

 « Tranquillu com’è un papa. »

Tranquille comme un pape.

« Tranquillu com’è Battistu. »

Tranquille comme Baptiste.

«  Béat comme un pape. » (Français)

« Essa papachjonu. »

«  Être comme un coq en pâte. » (Français)

« Essa in paparia. »

«  Être en grande pompe. » (Français)

« Hè megliu vint’anni à l’albergu chè vint’anni in caserna. »

Il vaut mieux vingt ans à l’auberge que vingt ans en caserne.

« Hè megliu à manghjà una suppa di cipolla in pace chè fà un pranzu senza accordu. »

Mieux vaut manger une soupe à l’oignon en paix que faire un festin dans la discorde.

« Vale megliu un pezzu di pane seccu, cù a pace, ca una casa piena di carne, cù e lite. » (A bibbia)

Mieux vaut un morceau de pain sec, avec la paix, qu’une maison pleine de viande, avec des querelles.

« Poco e in pace molto mi piace. » (Talianu)

« U benistà ( a ricchezza) face l’omu corciu. »  (v. tranchjara)

L’aisance rend l’homme paresseux.

« À chì hà a saluta hè riccu è ùn la sà. »  (v. saluta)

Celui qui a la santé est riche sans le savoir.

«  Chi ha la sanità, è ricco e non la sa. » (Talianu )

«  Chi è sano, è ricco. » (Talianu)

«  La saluta val più della ricchezza. » (Talianu)

«  Quando c’è la saluta, c’è tutto. » (Talianu)

«  Libertà e sanità, vale più di una città. » (Talianu)

 «  Santé passe richesse. » (Français)

«  O santé ! Santé ! Bénédiction des riches ! Richesse des pauvres ! qui peut t’acquérir à un prix trop élevé, puisqu’il n’y a pas de joie en ce monde sans toi ? » (Ben Jonson)

«  La santé est le plus grand des dons ; le contentement est la meilleure des richesses. » (Dhammapada)

«  Celui qui a la santé est riche. » (Français)

«  C’est une belle baronnie que la santé. » (Français)

Vision moins sûre de la santé parfaite dans la citation :

«  La santé n’est qu’un mot, qu’il n’y aurait aucun inconvénient à rayer de notre vocabulaire. Pour ma part, je ne connais que des gens plus ou moins atteint de maladies plus ou moins nombreuses à évolution plus ou moins rapide. » (Jules Romains)

« Hè bè è meddu »

Il se porte bien ou il est à son aise.

« Guerra crudele è pace senza viziu. »  (v. guerra)

La guerre doit être cruelle mais la paix doit être sans ruse.

« Si vis pacem, para bellum. » (Latin)  (Si tu veux la paix, prépare la guerre)

« Femu trè libri incù u saccu. »

Chercher à faire un compromis.