Pruvucazioni, diranghjamentu, essa à a risa :

Provovation, dérangement, être la risée :

 

« Ùn parlà di funa in Bastelica. »  (v.paesi)

N’évoque pas le mot de corde à Bastelica. (La corde n’a probablement pas de secret pour les habitants de Bastelica)

« Ùn dumandà mai in Petra Curbara ne in Siscu, se tiranu a cipolla   funa di pelu. » (v.paesi)

Ne demande jamais à Petra Curbara ni à Siscu, s’ils tirent l’oignon avec une corde en poils de chèvre.

Ùn dumandà mai in a Petra Curabara o in Siscu, s’iddi tirani Cipolla, nomu di u monti, incù una funa di pilu caprunu. Allusioni fatta à una litica tra i dui paesi, chì vinia da u fattu chì ugnunu vulia fassi patronu di u cantonu tirendulu incù una corda.

Ne demande jamais à Petra Curbara et à Siscu, s’ils tirent Cipolla, nom du mont, avec une corde faite avec du poil. Allusion faite à une querelle entre les deux villages, consécutive à l’appartenance d’un rocher que chacun voulait ramener chez soi en le tirant avec une corde.

« Ùn parlà di cuccu in Chidazzu ! » (v.paesi)

Ne parle jamais de coucou à Chidazzu.

Ùn parlà mai di cuccu in Cidazzu ! Parchì i so abitanti erani patroni di tutti i cucchi.

Ne parle pas de coucou à Chidazzu ! Car ses habitants avaient la propriété de tous les coucous.

« Ùn parlà di rogna in Balogna !“  (v.paesi)  

Ne parle jamais de gâle à Balogna !

« Ùn parlà d’agliu in Altiani ! » (v.paesi)

Ne parle pas d’ail à Altiani.

« Ùn parlà di razza in casa di i bastardi. »

Ne parle pas de race dans la maison des bâtards.

« Ùn parlà di pesciu sturiò in Ersa ! » (v. paesi)

Ne parle pas d’esturgeon à Ersa.

« Non nominar la fune in casa dell’impiccato. » (Talianu)

«  In domo de s’impiccadu non nomines sa fune. » (Sardegna)

«  In casa del diavolo non parlar d’acqua santa. » (Talianu)

«  En casa del ahorcado, no hay que no se ha mentar la soga. » (Spagnolu)

«  No hay que mentar la soga en casa del ahorcado. » (Spagnolu)

 «  Il ne faut pas parler de corde à un pendu. » (Français)

«  Ne t’avise pas de vendre de la glace aux esquimaux. » (Américain)

«  Ne montre pas ton pain parmi les affamés. » (Iraq)

« È loda e pignule à u pignulaghju. »  (v. inutilità)

Ne pose pas de questions oisives et provocatrices.

«  Non chiedere all’oste se è buono il vino. » (Talianu)

« À chì circa trova. »

Qui ne fuit pas (les histoires) les cherche.

« À chì ùn li fughji i circa. »

Qui ne les évite pas les cherche.

« Celui qui joue dans le sable, c’est sable qui va rentrer dans ses yeux. » (Africain)

« A merda, più si rimena è più puzza. »  (v. baruffa)

La merde, plus on la remue, plus elle pue.

 «  La merda, più la giri e più puzza. » (Talianu)

«  ‘A porcaria cchiù la varvarjì e cchiù puzza. » (Calabria)

«  Plus on remue la merde et plus elle pue. » (Français)

« Ùn mi circà chì ùn ti circu. »

Ne me cherche pas car je ne te cherche pas.

« Futtami u canu ! »

Fiche-moi le chien.

«  Fiche-moi la paix. » (Français)

« Metta l’esca vicinu à u focu. »

Mettre l’amadou près du feu. (Provocation, manque de vigilance)

«  Jouer avec le feu. » (Français)

«  Ne montre pas ton pénis parmi les veuves. » (Iraq)

« Caccià u sonnu à calchissia. »

Dégourdir qqn., le secouer.

« U boiu chjama currutu à l’asinu. » (v. boiu, cattivezza)

Le bœuf se moque des cornes de l’âne.

«  Il bue dice cornuto all’asino. » (Talianu)

«  U voiju chiama curnutu ‘u ciucciu. » (Calabria)

«  U voi ci dici curnutu ‘o sceccu. » (Sicilia)

«  Dijo la sartén a la caldera : quitate allá, culinegra. » (Spagnolu)

 «  Le tamis dit à l’aiguille : «  Tu as un trou à la queue ». » (Indien)

«  La marmite dit au chaudron : « tu as le derrière noir ». » (Guadeloupe)

«  La pelle se moque du fourgon. » (Français)

«  C’est l’hôpital qui se moque de la charité. » (Français)

«  Le chaudron trouve que la poêle est trop noire. » (Néerlandais)

«  La passoire reproche à l’écumoire d’avoir des trous. » (Persan)

« U sumere chjama pitone à cavallu. »

L’âne se moque du cheval.

« U sumere chjama à u cavallu « pidaghjolu ». » (v. sumeri)

L’âne appelle le cheval « pêteur ».

« Si tutti i curnuti purtassinu un lampione, misericordia ch’illuminazione! »

Si tous les cocus portaient chacun un lampion, mon Dieu, quelle illumination !

« Mettasi in bucca à u paesu. »  (v. paesi)

Faire parler de soi en mal dans tout le village.

« T’aghju da cuncià u zucchinu. »

Je vais te tanner la gourde.

„T’aghju da accuncià pè e feste.“

Je vais t’arranger pour les fêtes.

“T’aghju da accuncià pà i to nati ghjorni.”

Je vais t’arranger pour les jours qui te restent à vivre.

“T’aghju da caccià a frenesia da capu.”

Je vais t’enlever la frénésie de la tête.

“T’aghju da caccià a picundria.”

Je vais te débarrasser de ta mélancolie.

„T’aghju da stiddà.“

Je vais t’étoiler le front.

„T’aghju da stupizzà.“

Je vais te trouer l’occiput.

«  datu u sfidu. »

Le défi est jeté.

« Ti faciu tirà a peta mosciata. »

Je te fais lâcher le pet mou.

« Essa u stantaruculu. »

Être la risée. Comme un menhir sans valeur planté là.

« Sbilicassi da a risa. »

Se tordre de rire.

« Se tenir les côtes. » (Français)

« Essa u scaccu di issi loca. »

Être la risée publique.

« Esse a ciantara di u paese. »  (v. paesi)

Être la fable du village.

« U si torrani u ciaccottu. »

«  u ciarlottu di tutti. »

Être la risée de tous.

 « U si ghjocani à u bussò. »

On le joue à la toupie.

« U si ghjocani à a risa. »

On se moque de lui.

« Rida suttu suttu. »

« Rire sous cape. » (Français)

« Rida à scaccanera. »

Rire à plein gosier.

« Fanne un carnavale. »

En faire un Carnaval (un ridicule)

 «  On le tourne en bourrique. » (Français)

« Rumpa i stifali à calchissia.”

“Les casser à quelqu’un.” (Français)

« Ni facini u stacciu. »

On le passe au tamis. (Ridiculiser, maltraiter qqn)

«  sempri à mezu à i pedi. »

Il est toujurs au milieu des pieds.

« Hè sempre tra i pedi cum’è a spazzula.”

Il est toujours entre les jambes comme le balai.

« Il est toujours entre les jambes. » (Français)

« Ziricà a cimiciccula. »

Toucher le point sensible de qqn.

Ziricà u vispaghju.”

Stuzzicà u vespaghju.”

Exciter le nid de guêpe.

«  Réveiller le chat qui dort. » (Français)

« Il ne faut pas émouvoir les frelons. » (Français)

« Quiconque taquine un nid de guêpes doit savoir courir. » (Africain)

« Circà u petrusellu. »

Chercher des histoires.

« Ùn andà à circà u petrusellu. »

Ne cherche pas des histoires.

« Circassile a ruspula. »

« Circalle u ruspulone. »

« Circà pilacca è pan’ di granu. »

« Una ne face, una ne pensa. »  (v. cativezza, niscintria)

Chercher des noises à tout prix. Faire tout ce qui passe par la tête.

«  Donner des verges pour se faire battre. » (Français)

«  Les chercher toutes. » (Français)

« Dalla (à unu) à pedi è à cavaddu. »

Mettre au défi. N’en avoir aucune crainte.

„Scherzu longu ùn fù mai bonu.“ (v. ghjochi, scherzu)

Plaisanterie longue n’est jamais bonne.

«  Ogni bel gioco dura poco. » (Talianu)

«  Scherzo longo non fu mai buono. » (Toscana)

“ Lo scherzo è bello quando è corto. » (Talianu)

«  Les plaisanteries les plus courtes sont toujours les meilleures. » (Français)

« À chì incù u maiò si prova suttu si trova. »  (v. difetti)

Qui se bat contre plus fort se fait terrasser.

«  meddu à mora chè d’essa ghjucatu à a risa. »

Mieux vaut mourir que d’être la risée.

«  Le ridicule déshonore plus que le déshonneur. » (La Rochefoucauld)

« Chì circhendu quellu chì ùn deve incontra spessu quellu chì ùn crede. »

Qui embête celui qu’il ne doit pas, rencontre souvent celui qu’il ne croit pas.

« Ùn parlemu di debiti à st’ora. »  (v. debiti)

Ne parlons pas de dettes à cette heure ci.

Parlà di debiti pari essa una discussioni pocu ben vista.

Si dici dinò quandu si voli arristà una cunvirsazioni micca vulsuta.

Parler de dettes ne semble pas être une conversation attendue.

Se dit aussi lorsqu’on veut interrompre une conversation non désirable.

 « Ne parlons pas de ce qui fâche. » (Français)

« L’avemu in culu è ci n’avanza. »

Se faire avoir.

« L’avoir dans le dos. » (Français)

« L’avoir dans le baba. (Français)