Sfurtuna, dispiacè, fatalità, suspresa :

Malchance, déboires, fatalité, surprise :

 

 

« Chì circhendu ch’ùn devi, scontra spissu ch’ùn credi. »

Celui qui s’occupe de ce qu’il ne faut pas rencontre souvent des mauvaises surprises.

«  A volte l’erba che non desideri ti spunta nell’orto. » (Talianu)

«  A li volti chiddha erva chi non voi ti nescia all’ortu. » (Calabria)

 « Furtuna è sfurtuna affari di luna. »  (v. furtuna, ricchezza)

Chance et malchance sont une affaire de lune.

«  I beni di fortuna, passano come la luna. » (Talianu)

 «  La chance et la malchance sont deux godets d’un même puits. » (Indien)

«  Le hasard, dans certains cas, c’est la volonté des autres. » (A.Capus)

« Le vent, la femme et la fortune sont muables comme la lune. » (Basque)

« Si la chance veut venir à toi, tu la conduiras avec un cheveu ; mais si la chance veut partir, elle rompra une chaîne. » (Berbère)

« À chì ùn saliva, ùn s’arizzi di bon’ora. »

« À chì sfurtunatu, ùn vale d’arrizzassi à bon ora. »

Celui qui n’a pas de chance (de force et de courage) n’a pas besoin de  se lever tôt.

«  Mieux vaut avoir de la chance que se lever tôt. » (Gaélique)

«  Le hasard, voyez-vous, ne sert que les hommes forts et c’est ce qui indigne les sots. » (Emile Gaboriau)

Andà da Erode à Pilatu. »

Aller de Erode à Pilate.

« Cascà di vescu in prete. » (v. preti)

Tomber d’évèque en prêtre.

« Puleghju, puleghju, anderai di male in peghju.”   ( v. puvertà,  difficultà)

Menthe pouliot, tu iras de mal en pis.

« Cade in Scilla chi vuole evitar Cariddi. » (Talianu)

«  Escapar del trueno y dar en el relámpago. » (Spagnolu)

«  Andar de zocos en colodros. » (Spagnolu)

« Abyssus abyssum invocat. » (Latin)  (L’abîme appelle l’abîme)

«  Aller de mal en pis. » (Français)

«  Tomber de Charybde en Scylla. » (Français)

«  Tomber de fièvre en chaud mal. » (Français)

«  Sauter de la poêle en la braise. » (Français)

«  Si vous montez à terre, vous rencontrez le tigre; si vous descendez dans un barque, vous rencontrez le crocodile. » (Thaï)

«  L’abîme appelle l’abîme. » (Français)

« Ciò chì veni sunendu si ni cantendu. »

Ce qui vient en jouant de la musique, s’en va en chantant.

«  Los dineros del sacristán, cantando se vienen, cantando se can. » (Spagnolu).

 «  Ce qui vient par la flûte s’en va par le tambour. » (Français)

«  Ce qui vient de fifre retourne au tambour. » (Français)

«  un puntu Martinu persi la cappa. »  (v. cridenza)

Pour un point Martin perdit sa cappe.

«  Per un punto Martin perse la cappa. » (Talianu)

«  Par un punt Giuvanin l’à perdü l’àsan. » (Canton Ticino)

«  Por un punto ruin, perdiò su asno Martin. » (Spagnolu)

«  Por carta de más o de menos se pierden los juegos. » (Spagnolu)

«  Por un clavo se pierde una herradura. » (Spagnolu)

 «  Pour un point Martin perdit son âne. » (Français) (A cause d’un point oublié sur le i qui entraîna un contre sens)

«  Faute d’un clou le fer fut perdu,

Faute d’un fer le cheval fut perdu,

Faute d’un cheval le cavalier fut perdu,

Faute d’un cavalier la bataille fut perdue,

Faute d’une bataille le royaume fut perdu,

Et tout cela faute d’un clou de fer à cheval. » (Franklin)

« Faute d’un point, Martin a perdu son bien. (Québec)

« Pour un point on perd la mule. » (Catalan)

« Vigne palate è vacche nentru ! »  (v. agricultura)

Vignes entretenues et vaches au milieu. (Se dit quand tout va mal)

« Quandu faciu i cappeddi nascini omi senza capu. »  (v. avvena , inghjustizia)

Lorsque je confectionne des chapeaux naissent des hommes sans tête. (Comble de la malchance)

«  Fatta la gabbia, morto l’ucello. » (Talianu)

«  Nadar, nadar, y a la orilla ahogar. » (Spagnolu)

 «  Quand nous avons le sac, il nous manque le blé ; quand nous avons le blé, il nous manque le sac. » (Espagnol)

«  Se faire poissonnier la veille de Pâques. » (Français)

«  Faire naufrage en arrivant au port. » (Français)

«  Nous sommes devenus fossoyeurs et plus personne ne meurt. » (Grec)

« Si une pierre tombait du ciel, elle me trouverait. » (Catalan)

« Le jour où je voulais de la viande, on pendit le boucher. » (Catalan)

« Ùn micca Pasqua par tutti. »  (v. festi)

Ce n’est pas pâques pour tout le monde.

«  Unos nacen con estrella y atro nacen estrellados. » (Spagnolu)

«  La chance ne sourit pas à tout le monde. » (Français)

«  accada (succeda) à tutti. »

«  En todas partes cuecen habas, y en mi casa a calderadas. » (Spagnolu)

«  Cela peut arriver à tout le monde. » (Français)

« Essa natu à mal destinu. »   (v. disgrazia, avvena)

Être né sous un mauvais destin.

«  Être né sous une mauvaise étoile. » (Français)

« Essa scunghjuratu. »

«  Ser el rigor de las desdichas. (Spagnolu)

«  Tener el santo de espaldas. (Spagnolu)

«  Jouer de malheur. » (Français)

«  Avoir de la guigne. » (Français)

 « Essa scumunicatu. »

« Avè a scumunica addossu. »

« Avè a scopa à quellu locu. »

Être poursuivi par le mauvais sort.

« Quand la merde tombe du ciel, le malchanceux n’a pas de chapeau. » (Africain)

« Di canapu o di funa i prublemi sempri quì. »

Cables ou cordes, les problèmes sont toujours là.

« À chì dannu risa. »

Qui subit des dommages subit aussi les rires.

Di a tindenza di l’aghjenti à ridasini di i guai di l’altri.

De la tendance des gens à se moquer des malheurs d’autrui.

« Li ghjunghenu tutte cum’è à u curnutu. »

Tous les malheurs lui arrivent (comme à un cocu)

« Quand tout va de travers vous rencontrerez des os dans votre bouillie. » (Africain)

« Les vaches du malchanceux sont mortes d’un coup de pied de mouche. » (Rundi)

« Spiranze perdute. »

«  No hallar nidos donde se piensa hallar pájaros. » (Spagnolu)

«  Quedarse tocando tabletas. » (Spagnolu)

«  Espoir perdu. » (Français)

«  Perdre sa fortune, son espoir. » (Espagnol)

«  Voir tous ses espoirs s’envoler ; rentrer complètement bredouille. » (Français)

« Perda capra è fiddatura. »  (v. capra)

Perdre la chèvre et sa portée. (Perdre tout)

« Perde saccu, funa è fera. »

Perdre le sac, la corde et l’animal. (Perdre le tout)

« Lasciassi ghjunghje l’acqua à e corne. »

Laisser l’eau arriver jusqu’aux cornes. (Se laisser surprendre)

« Ci mancatu un pil’ di ghjatta (un pil’ di cunnu, di culu). »

«  Ancu un pel di gattu eppoi era fatta. » (Talianu)

«  Il s’en est fallu de peu. » (Français)

« Andassine à caternu. »

«  S’en aller à vau-l’eau. » (Français)

« Allegru è senza dinari, cussì vani i me affari.”

Content et sans argent, ainsi vont mes affaires.

« Cor’allegru ùn camisgia. »   (v. gioia, puvertà)

Un cœur content n’a pas de chemise.

U povaru pocu primura di pruteghja u so o u so patrimoniu. Ùn purtà pinseri dassi u principiu di a grazia. U pruverbiu chì suveta pari rinfurzà st’idea.

Le pauvre n’a pas le souci de protéger ses biens ou son patrimoine. L’absence de soucis et de tracas est peut être le début du bonheur. Le proverbe suivant semble conforter cette idée.

«  L’argent ne fait pas le bonheur. » (Français)

«  Celui qui n’a ni vache ni veau dort bien. » (Indien) (Ne rien avoir libère l’esprit)

« Ùn ti tuccà indocu. »

Ne te touche nulle part. (Inutile d’espérer, de te faire des illusions)

« Per chì ne prufittà, e disgrazie ne imparanu più chè a furtuna. »  (v. disgrazia)

Pour celui qui sait en tirer profit, les malheurs en apprennent plus que la chance.

“ Bisogna fare buon viso a cattivo gioco.” (Talianu)

“ Bisogna fare di necessità virtù.” (Talianu)

«  A mal dar, tomar tabaco. » (Spagnolu)

«  A mal tiempo, buena cara. » (Spagnolu)

«  Hacer de tripas corazòn. » (Spagnolu)

 «  Faire contre mauvaise fortune bon cœur. » (Français)

«  Faire de nécessité vertu. » (Français)

«  Faire bonne mine à mauvais jeu. » (Français)

« Piddà una gattiva strada. »

Prendre un mauvais chemin.

«  Mal tourner. » (Français)

« Zoza di mala furtuna : d’inguernu mai soli, d’istati mai luna. »  (v. paesi)

Zoza, village mal exposé. Jamais de soleil en hiver et pas de lune en été.

 « Sdicciatu cum’è i topi rossi. »

Malchanceux comme les rats rouges.

« Corre un bruttu cavallu. »  (v. cavaddu)

Courir un malheureux cheval. (Être sur un mauvais chemin, une mauvaise affaire)

« Si rompe più piani chè bichjeri. »

On casse plus de plans que de verres. (Des projets non réalisés)

« Passacci com’è un tinenti à cavaddu. » (v . morti)

Y passer comme un lieutenant à cheval. (Ne pas pouvoir l’éviter)

« Être bon comme la romaine. » (Français)

«  ristatu in tron’ di capechja. »

 Echouer de peu.

« Metta i pedi in barca. » (v. risicu)

Mettre les pieds sur la barque.

Si dici di l’ubligazioni ch’idd’hà u corsu di piddà u batellu par andà à circà a furtuna in altrò, o ancu par truvà una situazioni meddu chè quidda ch’iddu cunnisciva in casa soia.

 Se dit de l’obligation pour le corse de prendre le bateau pour aller chercher fortune ailleurs, ou pour trouver une situation  meilleure à celle qu’il connaissait chez lui.

« Cascà da i nivuli. »

Ne pas en revenir. Être surpris.

« Firmà à bucca aparta. »

« En rester baba. » (Français)

« Esse à bocca in telaghju. »

« Rester bouche bée. » (Français)

« Ùn li pari mancu vera. »

Il n’en croit pas ses yeux.

« Oghji à , dumani à . »

Aujourd’hui ça tombe sur moi, demain ce sera ton tour.

Si dici supratuttu i disgrazii.

Se dit surtout pour les malheurs.

«  La porte de l’univers ne tourne pas toujours sur le même gond. » (Persan)

« Sta sera le fritelle è dumane u baccalà. » (v. pesciu)

Ce soir les beignets et demain la morue.

U baccalà di cattiva qualità ùn era tantu stimatu. Si dici quandu a rota di a furtuna ghjira in u cattivu sensu.

La morue n’étant pas de bonne qualité n’était pas très appréciée. Se dit lorsque la roue de la fortune tourne dans le mauvais sens.

« Veni da a Mecca. »

D’où il sort celui-là.

« Omu avisati mezu salvu. »

Homme averti est à moitiè sauvé.

« Una persona avertita ne vale quaranta. » (v. forza, spirienza )

Homme averti en vaut quarante.

“ Uomo avvisato è mezzo salvato. » (Talianu)

«  Hombre apercibido, medio combatido. » (Spagnolu)

 «  Homme averti en vaut deux. » (Français)

« Homme surpris est à moitié pris. » (Anglais)

L’inverse est confirmé dans le proverbe :

«  Homme surpris est à moitié pris. » (Anglais) 

« À chì perde à u ghjocu furtunatu in amore. » (v. ghjocu, furtuna)

Qui perd au jeu est chanceux en amour.

« Cascà à l’ultimu scaleddu. »

« Echouer au port. » (Français)