Suttumissioni :

Soumission :

 

« S’hè messu u cappiu à collu. »

Il s’est attaché la corde autour du cou.

« U troppu ghjimbà u culu mostra.

« Chì troppu si cala, moscia u so culu.  (v. falsità)

Qui se courbe (se penche)  trop montre son derrière.

«  Chi troppo s’inchina, mostra il sedere.” (Talianu)

«  A chi troppo s’ ‘acala, ‘o culo se vede. » (Campania)

«  Quien mucho se baja, el culo enseña. (Spagnolu)

 «  La soumission ne doit pas aller jusqu’à la bassesse. » (Espagnol)

«  Soumission et usage de la raison, en quoi consiste le vrai christianisme. » (Pascal)

 U stessu sensu, ma pisendu u capu :

«  Quanto più la scimmia va in alto, più mostra il deretano. » (Talianu)

 « Manghjà di capu in a sacchetta. »

Il mange avec la tête dans le sac.

« Manghjà à tutti i sachetti. »   (v. falsità, manghjà è bia)

Il mange dans toutes les musettes.

Conta annant’à l’altri. Ùn hà tantu pinsera à purtà.

Il compte sur les autres. Il n’a pas de soucis à se faire.

«  Manger à tous les râteliers. » (Français)

«  De celui dont je mange le pain, je chante aussi la chanson. » (Allemand)

«  La reconnaissance du ventre. » (Français)

« Ùn ti fà mai nè troppu povaru, nè troppu cuglionu. »  (v. niscintria, puvertà)

Ne te montre jamais ni trop pauvre ni trop couillon.

«  Tanto es lo de más como lo de de menos. » (Spagnolu)

 «  Ne fais pas semblant d’être pauvre devant qui ne te rendra pas riche. » (Danois)

«  Un homme bon on le dit bête ; un homme doux on le dit stupide. » (Cambodgien)

«  La sagesse est dans le juste milieu. » (Français)

« Esse sott’à Borgu. »  (v. paesi)

Être soumis à Borgu.

« Calà l’arichji à calchiadunu. »

Rabaisser le caquet.

« Malasciu à chì stà à l’affollu di l’altru. »  (v. individualisimu)

Malheur à celui qui vit aux dépens d’autrui.

«  S’il faut obéir par force on n’a pas besoin d’obéir par devoir. » (Jean Jacques Rousseau)

« Dassi vintu. »

Se soumettre. Abandonner le combat.

«  Darse por vencido. » (Spagnolu)

 «  Les peuples une fois accoutumés à des maîtres ne sont plus en état de s’en passer. » (Jean Jacques Rousseau)

«  Qui s’est abaissé devant une fourmi, n’a plus qu’à s’abaisser devant un lion. » (Henri Michaux)

« Marchjà capicalatu com’è a pecura. »

Marcher tête baissée comme la brebis.

« Stradà à picurinu. »     (v.dibulezza, pecura)

Marcher comme les brebis.

«  Ovejas bobas, por do va una van todos. » (Spagnolu)

«  Suivre comme les moutons de Panurge. » (Français)

«  Voilà ce que c’est que les moutons. Ils obéissent aux chiens qui obéissent aux bergers qui obéissent aux astres. » (Charles Albert Cingria)

«  Quand une vache lève la queue, toutes les autres font de même. » (Lituanien)

« Quellu chì manghja, beie, dorme è caca, stà megliu chè u Papa. »

Celui qui mange, boit, dort et va à la selle, vit mieux que le pape.

Avè robba da manghjà è essa in bona saluta hè una vera ricchezza.

 Avoir de quoi se nourrir et être en bonne santé est une richesse.