Tistardizia, insistenza, cuntradizioni :

Entêtement, insistance, contradiction :

 

« Tirà a coda à u ricciu. »

Pas moyen de lui faire entendre raison.

« Ùn vulè arà tribbiu. »  (v. agricultura)

Ni labourer, ni pierre pour battre le grain dans l’aire de battage. (Ne pas vouloir entendre raison)

« S’ellu mi chjappa a muvrina ! » (v. muvra)

« S’ellu mi s’incorna ! »

Se buter.

«  un cattivu fiscà u cane chì ùn vole senta. » (v. ghjacaru)

Impossible de commander un chien qui ne veut rien entendre.

« Ùn chjamà dui volti quiddu chì ùn ti voli stà à senta. »

N’appelle pas deux fois celui qui ne veut pas entendre.

« U più gran sordu quellu ch’ùn vole sente. »

Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

«  arrichji di marcanti. » 

Faire le sourd comme le marchand.

«  È un gran sordo quel che non vuol sentire. » (Talianu)

«  ‘U peju surdu è cui non mu senta. » (Calabria)

«  Non c’è peggior ceco di chi non vuol vedere. » (Talianu)

«  No gh’è on pesg orb de quell che voeur minga vedè. » (Lombardia)

«  Hacer orejas de mercader. » (Spagnolu)

«  No hay peor sordo que el que no quiere oìr. » (Spagnolu)

«  Por más que silbes no va a beber. » (Spagnolu)

 «  Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. » (Français)

«  A des oreilles sourdes, il n’est pas bon de prêcher. » (Allemand)

«  A l’œil qui ne veut point voir, ne faut lunettes ni bougeoir. » (Allemand)

«  Faire la sourde oreille. » (Français)

«  un cattivu cede à chì a zucca dura. »

Difficile de faire céder qqn. qui a la tête dure.

« Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas ; il n’y a que les imbéciles qui changent du jour au lendemain. » (Africain)

« À chì ùn vole capì, accincatura ! »

Que celui qui ne veut rien entendre devienne sourd !

« Mettasi a mascara à l’ochji. »

Ne pas vouloir s’en rendre compte.

« Ùn pignula chì rompa. »

Ce n’est pas un couvet qui casse. (Se dit d’une personne peu malléable)

« Torna à Vignale chì un bellu paese (casale). »   (v. paesi)

Refaire ou répéter cent fois la même chose. (Refaire la même erreur. Revenir au point de départ)

«  sempri listessa funa. »

C’est toujours la même corde.

«  sempri listessa canzona. »

C’est toujours la même chanson. (C’est un éternel recommencement)

« C’est toujours la même rengaine. » (Français)

« Ùn fiscà u cavallu chì ùn vole beie. »  (v. cavaddu)

Ne siffle pas le cheval qui n’a pas envie de boire.

« U boiu chì ùn voli bia, un cattivu zifulà. »  (v.boiu)

Inutile de siffler le bœuf qui ne veut pas boire.

« Si bellu chè nannà u zitellu quand’ell’ùn vole dorme. »

Inutile de bercer un enfant qui n’a pas sommeil. (On ne saurait déterminer quelqu’un d’entêté à faire ce qu’il n’a pas envie)

«  È inutile zufolare, quando i buoi non hanno sete. » (Talianu)

«  Si può portare il cavallo all’acqua, ma non costringerlo a bere. » (Talianu)

«  Por más que silbes no va a beber. » (Spagnolu)

 «  Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. » (Français)

«  On a beau mener le bœuf à l’eau, s’il n’a pas soif. » (La Véprie, 1 495)

«  D’un âne qui ne veut pas boire on ne peut abaisser la tête. » (Chinois)

«  Vous pouvez conduire un cheval à la rivière, mais il boira quand et ce qu’il lui plaira. » (G. Herbert)

« Chjucutu cum’è un muntone. » (v. pecura)

Têtu comme un mouton.

« Têtue comme une mule. » (Français)

« Tistardu com’è a mula. »  (v. cavaddu, mula)

«  Háblanle en cesta y responde en ballesta. » (Spagnolu)

«  Cerrado como îe de muleto. » (Spagnolu)

«  Testarudo como un mulo. » (Spagnolu)

«  Tener cascabel. » (Spagnolu)

«  Têtue comme une mule. » (Français)

«  Têtu comme un mulet (un âne, une bourrique). » (Français)

«  N’entendre ni à dia ni à hue. » (Français)

«  Quand on lui dit blanc, il répond noir. » (Espagnol)

«  Avoir martel en tête. » (Français)

«  zuffutu. »

«  zuccutu. »

Être têtu.

«  Cerrado de mollera. » (Spagnolu)

 «  D’esprit borné. Bouché à l’émeri. » (Français)

« Passà u so puntu. »

« Avella vinta. »

« Avoir le dernier mot. » (Français)

« Ghjunghjani à i soii. »

Arriver à ses fins.

« Cavaddu di trent’anni ùn muta andatura. »

« Cavaddu vechju ùn cambia andatura, o s’iddu cambia, pocu la dura. » (v. educazioni, cavaddu, apparenza)

Un vieux cheval ne change pas de comportement. S’il le fait, cela ne dure guère.

 «  Chi è d’una natura, fino alla fossa dura. » (Talianu)

«  El natural el se cambia più. » (Lombardia)

«  Ciascuno segue la propria natura. » (Talianu)

«  La cabra siempre tira al monte. » (Spagnolu)

«  Muda el lobo los dientes, mas nos las mientes. » (Spagnolu)

«  Al que no está hecho a bragas las costuras le hacen llagas. » (Spagnolu)

 «  Chassez le naturel, il revient au galop. » (Des touches)

«  L’habitude est une seconde nature. » (Français)

«  Chasse la nature, elle rentrera par la fenêtre. » (Russe)

«  Le loup peut changer de peau, il ne changera pas de caractère. » (Bulgare)

«  Le serpent change de peau, non de nature. » (Persan et Géorgien)

«  Le chat qui se fait moine n’oublie pas ses habitudes. » (Amharique, parlé en Ethiopie)

«  Le loup mourra dans sa peau. » (Français)

«  Quand tu es né rond, tu ne meurs pas pointu. » (Martinique)

«  Les coutures blessent celui qui n’a pas l’habitude de porter le culotte, il est difficile de contracter de nouvelles habitudes. » (Espagnol)

« Chì à i vinti ùn è à i trenta ùn , mai statu è mai sarà. »

Qui à vingt ans n’a pas de situation et à trente ne sait encore rien, ne fera jamais rien de bon.

« Tuttu Porru ùn pobbe beie u sumere. » (v. asinu, paesi)

Tout le village de Porru n’a pas pu faire boire l’âne.

«  Trenta monaci ed un abate non farebbeno bere un asino per forza. » (Talianu)

«  No se pöl fa bev l’asen per forza.” (Lombardia)

 «  Trente moines et un abbé ne peuvent faire braire un âne contre sa volonté. » (Cervantès)

«  Vous pouvez conduire un cheval à l’abreuvoir mais vous ne pouvez l’obliger à boire. » (Anglais)

«  Vous pouvez obliger un âne à traverser l’eau, mais vous ne pouvez pas l’obliger à boire. » (Créole)

«  On ne saurait faire boire un âne qui n’a pas soif. » (Néerlandais)

«  tortu è traversu. »

Tordu complètement, très indocile.

« T’ u spiritu di cuntrarietà. »

«  Avoir l’esprit de contradiction. » (Français)

« T’ u spiritu tortu. »

«  Avoir mauvais esprit. » (Français)

« Ùn cambià d’un acca. »

«  Ne pas changer d’un pouce. » (Français)

« Passà u so puntu. »

« Avoir le dernier mot. » (Français)

« Chì ùn senti chè una campana, ùn senti chè un chjoccu. » (v.  individualisimu)

«  Le campane bisogna sentirle suonare tutt’e due. » (Talianu)

«  A sentire una campana sola si giudica male. » (Toscana)

«  Chi sente una campana en un sente l’antra, è un brutto sono. » (Lazio)

«  Qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son. » (Français)

« Ùn chè i zucchi chì ùn cambiani parè. »

«  L’homme absurde est celui qui ne change jamais. » (Clemenceau)

«  Le sage change d’avis et le sot s’entête. » (Espagnol)

« Chì faci di so testa, paga di so stacca. »

Qui agit à sa guise, paie de sa poche.

« Chì capu face, capu paga. »

Qui se montre têtu en paie les conséquences.

« À forza di grattà nasce a muga. »

 A force de gratter nait la plaie.

« Cede a donna di malavoglia più chè u maritu à la moglia. »

La femme cède moins volontiers que le mari.

« A donna tistarda cum’è i muli. »  (v. donna)

La femme est têtue comme les mules.

«  un muntonu buzincu. »  (v. pecura, paesi)

C’est un mouton de Boziu. (A cause de l’entêtement prétendu de ses habitants)

« Par un colpu ùn casca l’arburi. »

Un coup ne suffit pas à abattre l’arbre.