Vuluntà, astiu, insistenza, dicisioni :

Volonté, ambition, persévérence, décision :

 

« Chì ùn vuluntà è perseverenza, d’avè grazie da donne ùn speranza. »

Qui n’a pas de volonté ni de persévérence, n’a  aucune chance auprès des femmes.

«  Al primo colpo non cade un albero. » (Talianu)

«  No hay mayer dificultad que la poca voluntad. » (Spagnolu)

 «  Qui  peu endure, bien peu dure. » (Français)

«  Il n’est pire difficulté que la mauvaise volonté. » (Espagnol)

« La persévérence est un talisman pour la vie. » (Africain)

“L’avvena hè for di no, ma a noscia vuluntà hè in no.”  (v. avvena)

L’avenir n’est pas en notre pouvoir, mais la volonté dépend de nous.

«  Il futuro è nelle mani di Dio. » (Talianu)

 «  Toutes les fleurs de l’avenir sont dans les semences d’aujourd’hui. » (Chinois)

«  Ce que je sais pour demain, c’est que la Providence se lèvera avant le soleil. » (Lacordaire)

«  saluta, travaddu è vuluntà si vinci ugni difficultà. »

Avec la santé, le travail et la volonté on surmonte toutes les difficultés.

«  saluta, travaddu è lealtà, in ugni locu si trova à guadagnà . » (v. saluta, travaddu, difficultà)

Avec la santé, le travail et la loyauté, on gagne son pain partout.

«  Chi ha volontà, non teme povertà. » (Talianu)

“ Muchos amenes llegan al cielo.” (Spagnolu)

«  La letra con sangre entra. » (Spagnolu)

 «  On n’a rien sans rien. » (Français)

«  On obtient tout ce qu’on désire à force d’insistance. » (Espagnol)

«  On n’apprend rien sans peine. » (Espagnol)

«  La bonne volonté raccourcit le chemin. » (Brésilien)

«  Bonne volonté donne aile au pied. » (Allemand)

«  Deux bras et la santé font le pauvre aisé. » (Français)

«  A cœur vaillant, rien d’impossible. » (Français)

« Pour réussir il faut croire qu’on y arrivera. » (Africain)

« Tempu è vuluntà, spessu mutani. »  (v. tempu chì faci)

Le temps et la volonté changent souvent.

«  viaghjatu a santa nuttata. »

Il a marché toute la nuit.

« Chì pò u più pò u menu. » 

Qui peut le plus peut le moins.

„Avemu betu lu mare, pudemu beie lu fiume.“

Nous avons bu la mer, nous pouvons boire le fleuve.

« Trenta, trentunu. »

Trente, trente et un.

« Quandu si , si . »   (v. forza)

Quand on veut, on peut.

«  Chi vuole puole. » (Marche)

«  Chi vuole ottiene. » (Talianu)

«  A vorè se tuttcoss. » (Lombardia)

«  Con la voglia, cresce la foglia. » (Talianu)

«  A chi vuole non mancano modi. » (Talianu)

«  A vorè se tuttcoss. » (Lombardia)

«  Già che hai fatto trenta, puoi fare trentuno. » (Talianu)

«  A quien lo quiere celeste, que le cueste. » (Spagnolu)

«  El que ha de ser bachiller, menester ha deprender. » (Spagnolu)

«  Hace más el que quiere que el que puede. » (Spagnolu)

«  No dar la ida por la venida. » (Spagnolu)

«  A quien lo quiere celeste, que le cueste. » (Spagnolu)

«  Vouloir, c’est pouvoir. » (Français)

«  Qui peut le plus peut le moins. » (Français)

«  La fin justifie les moyens. » (Français)

«  Pour celui qui veut, le mélia deviendra canne à sucre. » (Inde méridionale)

«  Se mettre en quatre pour obtenir ce qu’on désire. » (Espagnol)

«  Quand on a avalé un bœuf, il ne faut pas s’arrêter à la queue. » (Français)

«  Que celui qui a mangé le diable mange aussi les cornes. » (Néerlandais)

«  Puisque tu as fait l’église, fait l’autel. » (Espagnol)

« À chì vole, tuttu face. »

Qui veut vraiment peut tout faire.

« Dove la voglie è pronta, le gambe son leggieri. » (Talianu)

« À chì tuttu vole, tuttu ottene. »

Qui veut tout, obtient tout.

Monda pruverbii si cuntradicini o si cumplettani, parchì si dici dinò ; « À chì troppu voli, nunda ottene ».

De nombreux proverbes sont contraditoires ou complémentaires, car on dit aussi : « À chì troppu vole, nunda ottene ».

“À chì cerca trova, chì seguita piglia.”

Qui cherche trouve (réussit), qui suit se contente de ramasser ce qui reste.

« L’aiguille trouée arrive pourtant à faire son trou. » (Tunisien)

« Ghjunghje à e soie. »

«  Arriver à ses fins. » (Français)

« Appendesi à i rasoghji. »

S’accrocher aux branches.

« Vulè passà u so puntu. »

Vouloir atteindre son but quoiqu’il en coûte, contre vents et marées.

« Se sempri à tempu. »

Tu es toujours à temps.

« Meddu tardi chè mai. »

Mieux vaut tard que jamais.

« Ùn mai troppu tardi. »  (v. tempu chì passa)

Il n’est jamais trop tard.

«  Non è mai troppo tardi. » (Talianu)

«  Il n’est jamais trop tard pour bien faire. » (Français)

«  Mieux vaut tard que jamais. » (Français)

« L’ vulsutu, avali u ti teni. »

«  lo quisiste, fraile mostén, te lot en. » (Spagnolu)

«  Tu l’as voulu, tu l’as eu. » (Français)

«  Tu l’as voulu, Georges Dandin ! » (Français)

« À chì faci ciò ch’iddu scusatu. »

Celui qui fait tout son possible est excusé.

« À piuma à piuma s’empii u cuscinu. » (v. pacenzia)

Plume à plume se remplit le coussin.

«  Plume à plume, on plume l’oie. » (Italien)

«  Petit à petit l’oiseau fait son nid. » (Français)

«  De goutte en goutte, on remplit le tonneau. » (Catalan)

«  Goutte à goutte on emplit la cuve. » (Français)

«  Goutte à goutte, l’abreuvoir se remplit. » (Grec)

«  Gouttelette sur gouttelette a rempli la rivière. » (Foulfouldé, Afrique)

«  Maille à maille se fait le hautbergeon. » (Français)

« Chì voli vaga, chì ùn voli mandi. » (v. cumandu, travaddu)

Ne laisse pas aux autres le soin de s’occuper de tes affaires.

«  Chi vuole vada e chi non vuole mandi. » (Talianu)

«  Qui queret andet, qui no queret mandet. » (Sardegna)

«  Si serviziu vacci, si ‘u lu mannacci. » (Calabria)

«  Si vuò vai, si nun vuò manna. » (Basilicata)

«  Chi vuole un bon messo, mandi se stesso. » (Talianu)

 «  On n’est jamais si bien servi que par soi-même. » (Charles Guillaume Etienne)

«  Ne laisse personne choisir tes boucs émissaires. » (Henri Michaux)

« L’astiu casa, l’invidia sterpa. »  (v. invidia)

L’émulation est constructive, l’envie est destruction.

« À chì ùn astiu, ùn face mai nunda di bonu. »

Sans ambition on ne réussit rien de bon.

« À chì l’astiu si distingue prestu. »

Qui a de l’émulation (ambition) se distingue rapidement.

«  L’ambition et la vengeance ont toujours faim. » (Danois)

« Pocu essa è più pocu fassi a vera manera di ghjitassi. »  (v. niscintria, nascita)

« Ùn esse è ùn fassi una manera di ghjitassi. »

Être peu de chose et se diminuer encore est la vraie manière de se dévaloriser.

« Ùn essa è ùn fassi una manera di sfassi. »

Ne pas être et ne rien faire pour devenir qqn. est une façon de se détruire.

 « A forza d’andà à a funtana, a sechja si rompe. »   (v.  esagerazioni)

A force d’aller à la fontaine, la seille se casse.

« Tane volti a ciaretta à l’acqua ch’à a fine si rompe. »

Tant de fois la cruche va à l’eau qu’à la fin elle se casse.

«   Tanto va la secchia al pozzo che ci lascia il manico. » (Talianu)

« Tante volte al pozzo va la secchia ch’ella vil ascia il manico e l’orecchio. » (Talianu)

« Tanto va l’orcio per acqua, che è si rompe. » (Talianu)

« Tanto va la gatta al lardo che ci lascia lo zampino. » (Talianu)

«  Tanto va la mosca al miele, che ci lascia il capo. » (Talianu)

«  Tanto va l’oca al torso, che ci lascia il becco. » (Talianu)

«  Tanto va la rana al poggio, che ci lascia la pelle. » (Talianu)

«  Tanto va la capra al cavolo, che ci lascia il pelo. » (Talianu)

«  Tanto vola il parpaglione intorno al fuoco, che vi s’abbrucia. » (Talianu)

«  Tantu va la quartara all’acqua, fina chi si rumpi o si ciacca. » (Sicilia)

« A folza d’andà a lea, la brocca ti si fiacca. » (Gallura)

«  Tant va poz a l’iaue qu’il brise. » (Rég. Français)

«  Tant va la chèvre aux choux qu’elle y laisse du poil. » (Italien)

«  Tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se casse. » (Français)

«  Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin l’anse se casse. » (Tchèque)

«  La cruche va au puits tous les jours ; un jour, elle perdra sans doute son anse. » (Guitchi, Langue indienne d’Amérique)

« Ùn bisogna à lascià di suminà pe’ e passere. »  (v. agricultura)

N’arrête pas de semer à cause des passeraux.

« Non cessar per gli ucelli di seminar i piselli. » (Talianu)

«  Non devi evitare di seminare per paura delle cornacchie. » (Talianu)

«  Il ne faut pas laisser de semer par crainte des pigeons. » (Français)

«  Il ne faut cesser de semer parce que les oiseaux auront mangé quelques grains. » (Danois)

In un sensu più largu, ùn ci voli micca à stà à senta l’altri. Troppu chjocchi di campana inciunchisciani. Medd’hè à i so affari senza troppu ascultà titti i  critichi.

Dans un sens plus large, il ne faut pas écouter les autres. Trop de sons de cloches finissent par rendre sourd. Mieux vaut faire ses affaires sans trop écouter les ragots.

« Bien faire et laisser dire. « (Français)

“È boca è dalli !”

Bottu è dalli !”

Et vas-y donc! Continue, recommence..

« Dalla in briglia è in sella. »

«  Donner du fil à retordre. » (Français)

« À populu fattu bisogna à marchjà. »

Quand la décision est prise, il faut s’y tenir.

« Pichja  ripichja è sarai apertu. »

Tape et retape et on t’ouvriras.

«  A las tres va la vencida. » (Spagnolu)

«  La troisième tentative est souvent la bonne. » (Espagnol)

«  Le premier coup de hache ne fait pas tomber l’arbre. » (Danois)

« Chì a dura a vinci. »

Qui dure finit par vaincre.

«  Chi la dura, la vince. » (Talianu)

«  Chi la tira la strappa. » (Lazio)

«  Qui veut durer doit endurer. » (Français)

«  Au premier son, on ne prend pas la caille. » (MS. XV° s.)

«  Qui veut goûter la noix doit briser la coquille. » (Allemand)

« Ùn ci ma mo. »

« Il n’y a pas de mais qui tienne. » (Français)

« Sia com’idda sia, ci voli à falla. »

Quoiqu’il arrive, il faut le faire.

“ Il fine giustifica i mezzi.” (Talianu)

«  Hágase el milagro y hágalo el diablo. » (Spagnolu)

«  La fin justifie les moyens. » (Français)

«  Pourvu que la chose se fasse peu importe la main. » (Espagnol)

“U tuttu hè d’avvià u mulinu. »   (v. travaddu, difficultà)

Le tout c’est de lancer le moulin.

«  Ogni principio è difficile. » (Talianu)

«  Ol piö l’è a comensà. » (Lombardia)

«  Il più triste passo è quello della soglia . »(Talianu)

“ El comer y el rascar todo es empezar.” (Spagnolu)

«  Lo que no se empieza no se acaba. » (Spagnolu)

«  Le  plus difficile c’est  de commencer. » (Français)

«  C’est le premier pas qui coûte le plus. » (Français)

«  Mettre la cognée à l’arbre. » (Français) (Commencer un travail)

«  Il n’y a que le premier pas qui coûte. » (Français)

«  Il n’y a que la première pinte de chère. » (Français)

«  Or commence le merle à faire son nid. » (Prov. Gallica, XV° s.)

« Même un chemin de mille lieues commence par un pas. » (Japonais)

« Tuttu stà à u primu passu. » (v. vulintà)

Le tout est de faire le premier pas.

«  Lo que no se empieza no se acaba. » (Spagnolu)

«  El salir de la posada es la mayor jornada. » (Spagnolu)

«  Il n’y a que le premier pas qui coûte. » (Mme du Deffand)

« Mi veni in quidda di… »

J’ai l’intention de…

« O entri o sorti. »

Ou tu rentres ou tu sors.

«  Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée. » (Français)

« E truite ùn si pescanu micca senza incrosciassi i scarpi. »

On ne peut pêcher les truites sans se mouiller les chaussures.

« Chì ùn chjerchja calzu mancu chjerchja botte. »  (v. travaddu)

Qui ne courbe pas le cep n’a pas besoin de cercler le tonneau.

«  Bisogna rompere la noce se si vuol mangiare il nocciolo. » (Talianu)

«  Chi nulla ardisce, nulla fa. » (Talianu)

 «  Il faut se courber pour ramasser. » (Juif)

«  Il faut casser le noyau pour en avoir l’amande. » (Tuet, 1 789)

« Ùn si micca manghjà u diavule senza ingolle e corne. »  (v. diavuli)

On ne peut pas manger le diable sans avaler les cornes.

«  Qui veut la fin veut les moyens. »  (Français)

« Chì manghja pan’ di la nave, bisogna à navigà. »

Qui mange le pain du bateau (qui est marin), doit naviguer.

« À chì cinghje u zanu busca orzu o granu. »

« Qui ceint la besace obtient de l’orge ou du blé.

Dumandate è vi sarà datu, circate, è à chì cerca trova, è à chì pichja, li serà apertu. » (U Vangelu)

Demandez et on vous donnera, cherchez et vous trouverez, frappez et l’on vous ouvrira.

«  Frappez et l’on vous ouvrira. » (Les Ecritures)

 « A sua (a sola) più battuta, più bona. »

Une semelle bien battue est de meilleure qualité.

«  Cent fois sur le métier, remets ton ouvrage. » (Français)

« È pichja è chì ti pichja ! »

A force d’insister.

« À forza di pichjà, a petra rompe. »

À force de taper, la pierre se casse.

«  À rombu di tirà, a funa strappa. »

À force de tirer, la corde casse.

« Ùn ci volte tetti ! »

Inutile d’insister. Il n’y a rien à faire.

« Ùn ci ma mo. »

« Il n’y a pas de mais qui tienne. » (Français)

« Fin chì u mondu mondu ! »  (v. mondu)

Tant que le monde sera le monde.

Sprissioni di determinazioni par muscià chì a dicisioni difinitiva è ch’idd’ùn si più cambià.

Expression de détermination pour montrer que la décision est irrévocable dans le temps.

« Vultulà mezu mondu. » (v.mondu)

« Remuer ciel et terre. » (Français)

«  e dumande si à Roma. »  (v. paesi)

En demandant son chemin, on arrive à Rome.

 « Chì bitu u fiumi bia u ghjargalu. »  (v. forza, campagna)

Qui a bu le fleuve peut boire le ruisseau.

« Quand on a avalé le bœuf il ne faut pas s’arrêter à la queue. » (Français)

«  Qui  peut le plus peut le moins. » (Français)

«  Qui a bu toute la mer en peut bien boire encore une gorgée. » (Italien)

Stessa prova ma in a suttumissioni :

Même prouesse mais dans la soumission :

«  Qui s’est abaissé devant une fourmi, n’a plus qu’à s’abaisser devant un lion. » (Henri Michaux)

« Celui qui a nagé dans la mer n’a pas peur du marigot. » (Africain)

« Certu è più chè certu. »

« Sûr et certain. » (Français)

«  meddu unu dicisu chè deci indicisi. »

Il vaut mieux une personne décidée que dix indécises.

Di l’oportunità è di l’impurtanza di piddà una decisioni prestu prestu.

De l’opportunité et de l’importance d’une décision prise rapidement.

« Vali puù una dicisioni chè centu pinsamenti. »

Une décision vaut davantage que cent réflexions.

«  megliu à « cusì aghju fattu » ch’à « s’avessi fattu ».

Il vaut mieux dire « j’ai fait ainsi » et non « si seulement j’avais fait ». (Incitation à se décider)